Test – Danger Zone 2, le retour des zones de crashs 2.0

Three Fields Entertainment revient avec un nouvel épisode de Danger Zone, un jeu qui vous propose de crasher votre véhicule pour engendrer le carambolage le plus dingue possible. Si le premier opus était sympathique, le studio enrichie la formule initiale pour en faire de Danger Zone 2 une véritable suite qui apporte bien des nouveautés. Attachez votre ceinture, on fait le point sur les nouveautés dans ce test.

PAR-FAIT ! Je suis direct sur la dépanneuse, direction la prochaine zone de crash !

Quoi de neuf docteur ?

Danger Zone 2 n’est pas qu’une simple mise à jour du premier opus. Les développeurs se sont appuyés sur le feedback effectué par les joueurs pour améliorer leur proposition et cela se voit tout de suite. Tous les aspects du jeu ont subi des changements ; plus beau, plus ouvert, plus de possibilités et plus maniable pour un résultat étonnant.

Tout d’abord le premier changement que l’on remarque se situe dans la structure des niveaux. Ces derniers sont situés dans de véritables environnements. Exit le simulateur du premier épisode qui gâchait l’immersion. Dans DZ2 les niveaux sont également de manière générale plus vastes, il faut souvent rouler une vingtaine de secondes avant d’atteindre la zone de crash. Ce temps supplémentaire permet de réaliser un défi spécifique à chaque level pour engranger un bonus de cash supplémentaire : détruire tous les taxis de la zone, crasher 20 véhicules avant la zone, enchaîner 7 boosts consécutifs, etc. Ces derniers sont une nouveauté de DZ2 pour pimenter l’expérience et une obligation pour décrocher la médaille de platine. La plupart se révèlent funs, bien que très faciles avec un peu de concentration.

Three Fields Entertainment introduit également de nouveaux véhicules pour diversifier les situations. En gros on peut résumer les zones de crash que l’on doit faire à bord du camion comme un gros défouloir où on ne réfléchira pas beaucoup au comment du pourquoi, des zones un peu plus techniques à bord d’une Formule 1 ou d’une hyper-car, ainsi que des zones plus classiques avec un bon vieux taxi. L’idée est excellente car cela empêche la redondance de pointer le bout de son nez. De plus le nouveau moteur physique permet de mieux diriger notre véhicule et la conduite sera bien entendu différente selon le type de véhicule.

Enfin, le studio a retravaillé le système des bonus disséminés dans chaque zone de crash. Dans le premier épisode il fallait récolter trois médailles de bronze et deux en argent pour que le bonus en or apparaisse. Dans Danger Zone 2, le système est simplifié : une en bronze, une en argent et une en or et ces dernières sont toutes accessibles dès le départ. Pour les récolter la mécanique du crashbreaker permettant d’exploser votre véhicule est de retour et on note même l’apparition d’un bonus de vitesse sur des zones spécifiques.

A réserver aux adeptes de scoring ?

Danger Zone 2 est fun, addictif et voir les voitures s’encastrer les unes dans les autres dans un joyeux bordel rappelle forcément la glorieuse époque de Burnout et son mode dédié. Malgré cela il faut bien faire attention car une fois passé le temps de la découverte de la vingtaine de zones disponibles, le jeu semble s’adresser uniquement à celles et ceux qui cherchent à truster les leaderboards mondiaux.

Une première place mondiale ça fait toujours plaisir !

En ce sens, le studio a retravaillé l’un des aspects les plus ‘’négatifs’’ du premier épisode : les temps de chargement et la mise en scène. Vous pouvez dire adieu à la petite saynète d’introduction qui vous permettait de vous faire une idée du chemin à prendre pour tenter le platine d’entrée de jeu. D’un côté cette disparition est dommage car on se lance à l’aveuglette, ce qui nécessite en général plusieurs essais avant de comprendre l’intégralité du tracé. De l’autre côté, l’action est non-stop car elle n’est plus entrecoupée par des temps de chargement lorsque nous retentons un autre run. Il faut bien compter une à deux secondes d’attente mais cela est ridicule par rapport au premier Danger Zone dans lequel nous avions droit à la cinématique d’intro à chaque essai. Ce changement était une demande de la communauté et force est de reconnaître que c’était une bonne idée, bien réalisée par les développeurs.

Si vous n’êtes pas adeptes de scoring, je ne peux évidemment pas vous promettre que vous allez vous amuser plus de trois ou quatre heures, ce qui reste relativement peu à la vue du tarif pratiqué (19.99€).

Si Danger Zone 2 est excellent, il n’en reste pas moins que je remarque le même petit bémol que pour le premier épisode. Pour scorer une médaille de platine, il faudra obligatoirement ramasser toutes les médailles (bronze, argent, or), réaliser le défi annexe et veiller à bien détruire le maximum de véhicules en passant par un tracé qui ne laisse pas beaucoup de place à l’improvisation. Le trafic n’est pas généré de manière procédurale et il suffit alors de retenter plusieurs fois pour comprendre par où passer pour réaliser le high score. Si les zones de crashs sont plus ouvertes qu’avant, elles n’en restent pas moins ultra dirigistes dans leur level-design, ce qui est dommage. De plus, ce type de jeu se prêterait parfaitement à l’intégration d’un éditeur de niveaux, même si cette remarque est à comprendre comme un souhait et non un reproche.

A noter que trois niveaux bonus sont débloqués une fois les trois régions du jeu finies et vous demanderont de prendre part à un Time Attack sur des circuits fermés qui requièrent l’utilisation en continu du boost. Pas exceptionnels, ces niveaux sont davantage à considérer comme une occasion de montrer votre talent via les classements, voire d’être un préambule à ce qui nous attend dans Dangerous Drive dont le studio fait le teasing dans les crédits du jeu ? Réponse en fin d’année avec l’arrivée du prochain titre de Three Fields Entertainment.

Conclusion

Three Fields Entertainment a retravaillé la formule initiée avec le premier épisode pour faire de Danger Zone 2 le digne héritier du mode crash de Burnout tout en proposant sa propre vision de la chose. Plus beau, plus immersif, plus fun, tout a été amélioré afin que les fans se challengent pour la première place des leaderboards et permettent aux nouveaux venus de découvrir un titre bien réalisé. Attention toutefois car une fois le plaisir de la découverte passé, seuls les aficionados de scoring passeront des heures à try hard les zones de crash pour figurer dans le top mondial.

+ Les plus

  • La diversité (véhicules, environnements)
  • Plus beau et moteur physique retravaillé
  • Toujours aussi fun, voire davantage

- Les moins

  • A réserver aux fans de scoring
  • Pas assez de liberté pour platiner les zones
7

Je suis tombé dans la marmite Xbox en 2003 et depuis je n'ai plus besoin de potion magique pour m'intéresser à tous les jeux qui sortent sur ces belles machines au fil des années. Je suis accessoirement un PGM en mousse.

Vos réactions

Mot de passe oublié