Test – LEGO Les Indestructibles, la super-famille est de retour !

TT Games et Warner Bros reviennent avec un nouvel opus de la licence LEGO. Cette fois-ci les développeurs profitent de la sortie dans les salles obscures du nouveau volet des Indestructibles, film d’animation créé par les studios Pixar qui sort ce mercredi. Licence surexploitée pour certains, l’occasion de découvrir un nouvel univers tout en briquettes pour d’autres, la saga des LEGO constitue toujours un excellent prétexte pour jouer en coopération locale. Il convient de voir la place qu’occupe LEGO Les Indestructibles au sein de la collection et surtout si TT Games parvient à rendre hommage à la famille Parr.

14 ans et pas une ride

Oui les jeux LEGO sortent à un rythme effréné. Le récent LEGO Marvel Super Heroes 2 est encore dans les mémoires et le prochain LEGO DC Vilains débarque dans à peine 3 mois. Je suis un fervent défenseur de la licence car l’intérêt n’est pas de savoir si ce nouvel opus fait évoluer la série en termes de gameplay mais bien de vous poser la question de votre propre intérêt pour l’univers traité. Les Indestructibles est un film d’animation made in Pixar qui demeure une valeur sûre du studio et qui reste pour moi un excellent souvenir de plus de 14 ans (oui !). Je n’ai donc pas boudé mon plaisir pour découvrir le traitement réservé par TT Games à la famille Parr.

J’ai particulièrement apprécié le fait que les développeurs aient centré l’aventure sur les Indestructibles. Tout au long des 12 niveaux (6 pour le deuxième film puis 6 pour le premier), on incarne M. Indestructible, Elastigirl, Flèche, Violette ou encore Jack-Jack. L’ami de la famille, Frozone, est également jouable pour le plus grand bonheur des fans. Ce focus est très bien car j’ai été un peu dérouté par le dernier LEGO Marvel Super Heroes qui proposait des niveaux juxtaposés sans réel lien entre eux et une surenchère de personnages qui desservait le plaisir de jeu. Ici l’expérience se veut plus simple, à la fois dans son état d’esprit et sa conception. Cela fait énormément de bien de pouvoir suivre une aventure cohérente et on sent que TT Games a maîtrisé son adaptation.

Bien entendu je ne peux vous dire si la moitié de l’aventure réservée au deuxième film respecte ce dernier étant donné qu’il sort aujourd’hui en salles. Cependant, pour avoir vu le premier quelques fois, les scènes clés sont présentes et jouables. On comprend parfaitement le dilemme qui anime M. Indestructible au début du film qui cherche à redevenir un grand héros aimé et respecté. La suite vous la connaissez, il se fait prendre au piège par ce petit gamin qu’il a repoussé autrefois et toute la famille s’en mêle pour aller battre le super-vilain. Je déconseille à ceux qui souhaitent voir Les Indestructibles 2 de visionner la séquence de gameplay ci-dessous car elle correspond à la fin du sixième chapitre, soit la conclusion du film.

Simple. Basique.

Chaque LEGO propose souvent les mêmes énigmes : tirer sur un point fixe pour faire tomber des éléments, éteindre un feu, etc. Cet épisode reprend tout cela mais l’adapte à sa manière pour que les membres de la famille Parr utilisent leur capacité à bon escient. Peu de nouveautés en termes de casse-têtes mais je remarque que TT Games n’a pas cherché à miser sur une surenchère de pouvoirs et de capacités comme dans d’autres épisodes. Encore une fois, cette « simplicité » me convient parfaitement et présente un avantage. Tout le monde se pose la question dans un jeu LEGO : « Merde alors mais qui peut interagir avec ce truc ? ». Ici pas de tâtonnement, on comprend vite qui fait quoi. J’ai ce souvenir de LEGO Hobbit où j’ai abandonné le jeu car tous les personnages se ressemblaient : des nains partout et on perdait beaucoup de temps à justement identifier à quoi servait chaque nain.

Une autre conséquence de cette simplification est que LEGO Les Indestructibles est relativement facile et que l’on finit l’aventure en six petites heures. Bien entendu un openworld est toujours présent. Ici c’est Municiberg qui vous permettra de prolonger l’expérience en explorant la ville à la recherche de nouveaux personnages et en réalisant des défis (courses, arrestations de criminels, etc). La métropole est d’ailleurs découpée en plusieurs quartiers qui affichent chacun la progression du joueur pour plus de clarté, bon point. Le level design profite de l’expérience acquise au fil des ans par les développeurs et se révèle moins alambiqué que dans d’autres productions. Cela sert surtout aux courses qui, pour une fois, ne m’ont pas parues d’une extrême difficulté en raison d’un parcours se résumant à un simple zigzag durant lequel la caméra fait ses petits caprices.

Quelques nouveautés au programme

Côté nouveautés, cet épisode adapte ses mécaniques pour être en accord avec le concept omniprésent de la famille. Les constructions familiales nécessitent de marteler B pour remplir une jauge avec chaque personnage. Cela vous sera plus parlant en visionnant l’une des séquences de gameplay enregistrées. Ces constructions permettent d’avancer dans l’histoire ou de débloquer de nouveaux personnages issus de tout l’univers Pixar en mode libre, ainsi que les célèbres briques rouges.

Deux nouveautés font leur apparition concernant le gameplay et elles font plaisir ; les éléments du décor à détruire pour progresser dans les niveaux sont désormais en surbrillance, ce qui vous évite de tout exploser en espérant trouver la solution, et le saut sur un trampoline est maintenant automatique. Une nouveauté qui a particulièrement plu à mes compagnons de jeu durant ce test car le timing n’était pas évident pour des joueurs occasionnels.

Petit bémol concernant la dernière nouveauté constatée qui concerne le déblocage des personnages. On gagne divers sachets LEGO durant les missions ou dans l’openworld qui permettent de déverouiller ces derniers. Mais pour ouvrir ces sachets il faut payer avec des pièces. J’avoue ne pas comprendre cette double mécanique car il est impossible d’acheter des sachets sans les avoir gagnés au préalable et inversement… Quoi qu’il en soit, avec les briques rouges multipliant les pièces récoltées, l’argent ne reste pas un problème bien longtemps.

En VF et contre tous

Côté réalisation, LEGO Les Indestructibles n’a rien à envier à ces prédécesseurs et profite, encore une fois, de toute l’expérience acquise par TT Games. Pas de réelle amélioration du point de vue visuel, je dirais que les effets de lumière sont plus éclatants. La déception concerne l’openworld qui bénéficie toujours d’un traitement inférieur aux niveaux proposés par le scénario. Sur cet aspect, il est temps que le studio passe la vitesse supérieure. A noter que les voix officielles françaises sont présentes et que c’est un régal que de les entendre à nouveau après plus d’une dizaine d’années !

Conclusion

TT Games et Warner Bros signent avec LEGO Les Indestructibles un épisode au sein de la saga qui n’aura jamais été autant familial. Toujours avec un respect total pour l’univers traité, le studio mise sur davantage de simplicité et évite de retomber dans le travers de la surenchère proposée par les précédents opus de la franchise LEGO. Peu de nouveautés mais ce n’est pas forcément ce que l’on recherche, si vous avez apprécié Les Indestructibles ou que vous aimez la licence LEGO, il n’y a aucun obstacle pour prendre du plaisir avec cet épisode.

+ Les plus

  • Un jeu vraiment... familial !
  • Le respect de l'univers
  • Toujours amusant en coopération locale
  • Pas de surenchère avec 400 persos et ça fait du bien !

- Les moins

  • L'ouverture des sachets
  • Pas d'amélioration visuelle pour l'openworld
7

Je suis tombé dans la marmite Xbox en 2003 et depuis je n'ai plus besoin de potion magique pour m'intéresser à tous les jeux qui sortent sur ces belles machines au fil des années. Je suis accessoirement un PGM en mousse.

1

  1. Les jeux lego ✋ non merci

Vos réactions

Mot de passe oublié