Test – Mugsters, un coup de cœur estival signé Team17

La Team17 revient aujourd’hui avec un nouveau titre développé par Reinkout Games dont on aura eu du mal à définir le genre… Tout ce qu’il faut retenir de Mugsters pour l’instant c’est qu’il s’agit probablement de mon coup de cœur estival car je n’ai jamais été aussi agréablement surpris par un « petit » jeu ces dernières années. J’ai totalement accroché au concept proposé et je vous explique pourquoi dès maintenant.

The Island et Mars Attack réunis

Le principe de Mugsters ? L’action se situe sur 25 îles, autrement dit des niveaux, sur lesquelles les extraterrestres sont arrivés. Oui, il faudra mettre quelques torgnoles à des créatures rouges et quelques robots mais ce n’est pas vraiment le cœur du jeu. Non notre mission est simple : récupérer sur chaque île un certain nombre de cristaux et sauver les humains enfermés dans des cages (le nombre de cristaux et d’humains est variable à chaque île). Pour conclure un stage, il faudra également trouver le meilleur moyen de s’échapper du caillou, que ce soit en avion ou dans l’un des 30 véhicules proposés par les développeurs. Le but ultime étant bien évidemment de réussir le 100% dans chaque niveau pour débloquer différents bonus sur l’île principale faisant office de hub à chaque début de partie.

Le principe peut paraître superficiel mais je vous conseille de regarder la séquence de gameplay des quatre premiers niveaux que je vous ai préparé. Elle vous donnera une idée plus concrète et visuelle de ce qui vous attend dans Mugsters.

Un moteur physique explosif !

Vous l’avez sans doute remarqué en visionnant la vidéo, tout le gameplay de Mugsters s’appuie sur le moteur physique du jeu. Chaque île est en fait un gigantesque défouloir dans lequel il sera possible de tout exploser à l’aide de barils, de tout défoncer avec l’aide des véhicules mis à votre disposition ou de jeter un peu tout et n’importe dans une ambiance bon enfant. Attention toutefois car la difficulté des niveaux monte assez rapidement tous les cinq niveaux et ce gap peut parfois laisser place à de la frustration le temps que l’on comprenne quelle est l’idée permettant de s’en sortir. Car si les premiers niveaux sont relativement simples, on comprend que pour les derniers il faudra savoir faire preuve de sacrifice pour pouvoir progresser vers la sortie… Mais je n’en dis pas plus ! Si j’en ai bavé pour finir le jeu, il n’y a aucune raison pour que je vous facilite la vie, et puis quoi encore ?

Vous allez perdre quelques neurones

Passer le temps de la découverte, vous vous rendrez compte que chaque île est en fait un véritable casse-tête : comment rejoindre la sortie sans déclencher ce piège ? Comment faire baisser cette porte sans attirer l’attention de l’OVNI qui somnole à côté ? Par où passer ? Quels moyens utilisés ? Comment sauver les humains ? Où sont les cristaux ? Vous pouvez sortir votre bloc-notes et notez ces questions dessus, elles seront dans votre esprit à chaque niveau ! Oui cela fait du bien et me rappelle Human Fall Flat dans l’état d’esprit : de l’humour, de la réflexion et des énigmes basées sur la physique. Reinkout Games signe avec Mugsters un savoureux cocktail estival.

Entre fails et crises de nerfs !

Bien entendu, tout jeu qui base son gameplay sur le moteur physique se doit d’être irréprochable. Et malheureusement ce n’est pas le cas de Mugsters. Enfin uniquement dans une seule situation bien précise que je vais m’efforcer d’illustrer par des mots de la manière la plus limpide. Votre but est de récupérer des cristaux et de sauver des humains, vous l’avez compris. Une fois ces derniers en votre possession, ils vont vous suivre comme des toutous. Et que se passe-t-il quand il y a une explosion ou un élément du décor qui tombe sur eux ? Ils meurent, vous empêchant par la même occasion de faire le 100%. Idem concernant les cristaux qui, souvent par magie et sans que je ne l’explique, se retrouvent coincés sous le décor alors que vous les aviez en votre possession. La conséquence de tout ceci est que l’on cherche d’abord à connaître le chemin de la sortie avant de libérer qui que ce soit ou de récolter le moindre cristal, du moins quand c’est possible et qu’il ne faut pas enchaîner rapidement plusieurs actions sous peine de rester bloquer.

Et c’est ici tout le potentiel amusant du titre qui prend une dimension explosive. La Team17 ne s’est pas trompée en diffusant comme dernière bande-annonce, avant la sortie du jeu, les plus grands fails des développeurs. Oui vous allez mourir comme une merde : écraser par votre propre véhicule, par un piège ou tout simplement par une réaction en chaîne induite par le moteur physique du jeu. Et vous allez adorer ça ! Certes la mort est parfois frustrante mais tellement drôle qu’on se relance à corps perdu dans le niveau. Mugsters est totalement addictif !

Tout seul c’est bien, à deux c’est mieux !

25 niveaux en solo, c’est bien. La même aventure mais à deux en coopération locale, c’est mieux ! Les niveaux subissent d’ailleurs un lifting afin de proposer un challenge équivalent à la fusion de deux cerveaux humains. Mugsters devient carrément hilarant en multijoueur et le level-design revisité de chaque île tient du génie de la part des développeurs qui ne proposent pas juste la même aventure. En fait c’est simple, en coopération je n’ai absolument pas avancé car mon temps de jeu avec un ami s’est résumé à de l’amusement avec le moteur physique et des fous rires à n’en plus finir.

Conclusion

Mugsters est mon coup de cœur estival ! De la réflexion basée sur un moteur physique convaincant et permettant de faire le débile avec des tonneaux explosifs, bien entendu que j’adhère ! Heureusement qu’il est possible de partir en vrille (au propre comme au figuré) à tout moment à bord d’une trentaine de véhicules pour s’amuser. Avec son mode coopératif à deux joueurs, Team17 et Reinkout Games nous servent sur un plateau de longues soirées d’été à tenter de récupérer des cristaux et sauver les humains sur la vingtaine d’îles du jeu. Je n’ai pas été scotché à un jeu avec un tel degré d’intensité depuis un bon moment, et bordel qu’est-ce que cela fait du bien !

+ Les plus

  • Du fun et de la réflexion
  • Une réalisation exemplaire
  • Le level-design des îles
  • La coopération à deux joueurs

- Les moins

  • Parfois frustrant... mais on y revient toujours !
  • Euh...
  • ....
  • ?!
8

Je suis tombé dans la marmite Xbox en 2003 et depuis je n'ai plus besoin de potion magique pour m'intéresser à tous les jeux qui sortent sur ces belles machines au fil des années. Je suis accessoirement un PGM en mousse.

4

  1. Pourtant il ne paye pas de mine comme ça.

    • Je me suis dis exactement la même chose en lançant la première île !

  2. C’est dingue comme tu m’as donné envie d’y jouer. Typiquement le jeu duquel je serais passé à côté, sinon.

    • Ah merci c’est sympa ! Et encore je n’ai pas parlé de tout, notamment le mode Contre-la-montre qui se débloque une fois le 100% réussi sur une île et qui vient bien pimenté l’expérience :D

Vos réactions

Mot de passe oublié