Test – The Adventure Pals, petit plaisir entre amis

Juillet 2016 : le collectif créatif anglais Massive Monster s’empare de Kickstater pour aller chercher les quelques dizaines de milliers de livres sterling qui leur manquent pour terminer le développement de The Adventure Pals. A l’époque déjà, le projet est présenté comme un jeu qui mêle plateforme et action-RPG en s’inspirant de Banjo-Kazooie, Zelda 2 et Castle Crashers. Un mélange qui met l’eau à la bouche et qui mérite que l’on s’y penche d’un peu plus près…

Vous incarnez un jeune garçon qui, le jour de son anniversaire, voit son père être enlevé par un méchant homme qui a la fâcheuse manie de kidnapper les personnes âgées pour les transformer en hot dogs. Jusque là, tout semble tout à fait normal.

Plateforme The Adventure PalsC’est parti pour l’aventure !

Il faut savoir que Massive Monster n’en est pas à sa première tentative avec The Adventure Pals. En effet, certains d’entre vous ont peut-être déjà entendu parler de Super Adventure Pals, un jeu flash disponible gratuitement sur le web depuis quelques années. Le jeu, qui nous arrive donc aujourd’hui sur consoles et PC pour la modique somme de 14,99 €, peut donc être considéré comme un Super Adventure Pals 2. Un cheminement du jeu flash gratuit vers le jeu commercial qui, généralement, s’opère sur des titres de qualité largement plébiscités par les joueurs.

Dans The Adventure Pals, vous incarnez un jeune garçon qui, le jour de son anniversaire, voit son père être enlevé par un méchant homme qui a la fâcheuse manie de kidnapper les personnes âgées pour les transformer en hot dogs. Jusque là tout semble tout à fait normal. Les choses deviennent nettement moins plausibles lorsque notre héros est ensuite rejoint par les deux compagnons rêvés dans ce type de crise : une girafe et un caillou.

Vous l’aurez compris, l’ambiance est complètement délirante et s’inspire, sans aucune retenue et jusque dans son nom, de créations de la chaîne Cartoon Network comme Adventure Time  ! Heureusement, Massive Montser a eu le bon goût de pousser le WTF bien au-delà du scénario, avec un souci du détail digne des grands studios indés.

Un sac à dos, comme dans Banjo-Kazooie

Certes le développeur cite Banjo-Kazooie dans ses références, mais le jeu étant en scrolling horizontal, les similitudes entre les deux jeux sont finalement assez limitées. Le principal emprunt que The Adventure Pals fait au titre de Rare est en réalité l’utilisation du sac à dos pour y fourrer Sparkles, la girafe. Avec ce compagnon harnaché dans le dos, on peut ainsi effectuer tout un tas de mouvements pour mieux évoluer dans les divers environnements. Ainsi, un l’instar de Kazooie déployant ses ailes pour freiner la chute de Banjo, notre girafe fera-t-elle tournoyer sa langue dans les airs pour aider notre héros à prolonger ses sauts (oui, oui). En réalité, sans elle, nous n’irions pas très loin puisque qu’elle nous aidera également à actionner les leviers, atteindre les points éloignés tel un grappin (un grappin avec un cou certes) et bien d’autres choses !

Bref, je parle beaucoup de Sparkles, sans doute parce que les girafes c’est cool et que c’est quasiment le seul personnage du jeu à avoir un nom, mais n’oublions pas pour autant notre second compagnon : le caillou ! Grâce à lui, on pourra réaliser quelques attaques à distance et actionner les interrupteurs qu’on ne pourrait pas atteindre autrement. Et ça, c’est chouette aussi ! Au final, il ne reste à notre personnage que son épée en bois pour défoncer les ennemis… et les jolis animaux de la forêt.

Gyrolienne - The Adventure PalsDe l’action et du RPG comme dans Zelda II

Au delà des phases de plate-forme qui, soit-dit en passant, ne vous donneront pas beaucoup de fil à retordre, The Adventure Pals propose une dimension RPG avec une progression basée sur la collecte de points d’expérience. Comme on peut s’y attendre, ces points sont cumulés pour monter en niveau et chaque palier atteint vous permettra de choisir entre améliorations ou nouvelles compétences. De nouvelles capacités, comme celles de Sparkles évoquées plus haut, viendront aussi compléter la palette de mouvements de nos compères au fil des niveaux. De quoi varier un peu les plaisirs et offrir un vrai sentiment de progression tout au long du jeu.

Une fois cet aspect RPG passé en revue, il nous reste entre les mains un système de combat bien bourrin sur lequel on se défoule en martelant le bouton X pour tabasser chatons miteux et autres hot dogs grincheux. En résultent des phases de combat qui ressemblent plus à un beat’em all qu’à un jeu d’action aventure.

Du fun, du fun et du fun, comme dans Castle Crashers

Que m’arrive t-il depuis quelques jours ? Je fredonne toujours les même mélodies, avec entrain et l’envie insatiable d’allumer ma console pour me faire quelques niveaux de The Adventure Pals ! Ce petit goût de reviens-y  n’est dû qu’à un seul et unique ingrédient : le fun.

S’il y a bien une source d’inspiration que les anglais de Massive Monster ne peuvent pas renier, c’est sans aucun doute celle des productions The Behemoth. Les graphismes, l’humour, la musique, on ne cesse de penser à Castle Crashers et Battleblock Theatre en jouant à The Adventure Time. La patte graphique rappelle en effet furieusement celle de Dan Paladin (un petit brin de folie en moins peut-être) avec des décors colorés et très cartoons ou des expressions de visage qui accentuent le côté WTF de certaines situations. Concernant la musique, vous vous rendrez également assez vite compte des similitudes si vous jetez un oeil à la vidéo de gameplay en fin d’article.

Massive Monster a donc plutôt bien choisi son modèle en terme de fun et ne s’arrête pas en si bon chemin en offrant aux joueurs du contenu en pagaille. Ainsi, on pourra collecter dans chaque niveau jusqu’à 5 cupcakes, parfois assez bien dissimulés. Ces délicieuses (et souriantes) pâtisseries seront ensuite utilisées pour nourrir un chat obèse qui nous donnera accès à toute une panoplie de vêtements tous plus loufoques les uns que les autres.

Breakfast Bad - The Adventure Pals

Mais quelques défauts, comme dans NORTH

Abordons maintenant les quelques points qui fâchent. Tout d’abord le mode coop : un peu dur de ma part de le lister parmi les points faibles du jeu car il a le mérite d’exister, mais si vous souhaitez profiter du jeu avec un ami, il devra impérativement être assis sur le même canapé que vous. Et oui, le Xbox Live fait partie de l’ADN de la console, et l’absence de mode online se fait toujours cruellement ressentir chez nous, joueurs Xbox. Surtout après avoir été habitués à jouer en ligne aux productions The Behemoth.

Si les cinq mondes que l’on sera amené à parcourir tout au long de l’aventure sont relativement variés, il reste néanmoins un problème de rythme. Quand on découvre un nouveau monde de The Adventure Time, il faut s’attendre à se faire 2 heures de jeu reprenant les mêmes éléments graphiques et la même musique. Même s’ils sont toujours plutôt réussis, cela manque de rythme et de variété quand on enchaîne les différents niveaux.

The Adventure Pals, amis pour la vie ?

Des graphismes colorés, des musiques entraînantes, un gameplay fun et facile d’accès, un mode coopératif : The Adventure Pals réunit tous les ingrédients d’un très bon jeu familial. Même si le jeu ne révolutionne pas le genre, Massive Monster a maîtrisé son sujet de bout en bout avec un certain souci du détail. Une vraie bonne surprise que je vous conseille si vous recherchez un jeu sans prise de tête à faire en coop local.

 

+ Les plus

  • Fun de bout en bout
  • Le languicoptère de Sparkles
  • Le gameplay efficace

- Les moins

  • Co-op local uniquement
8

Nintendosexuel de naissance, je suis tombé dans la marmite Xbox en 2005 avec l'arrivée de la Xbox 360. Depuis, je me suis fait greffer un pad dans les mains et un casque sur la tête en quête de nouvelles expériences indés ou multijoueurs.

1

  1. bon, tu insiste sur le fun, et ça, ça me parle. Ce serait bien que ce genre de petit jeu propose une demie-heure de jeu gratuit

Vos réactions

Mot de passe oublié