JukeXbox – Piste 13 | DOOM (2016)

Avec JukeXbox, nous vous proposons chaque semaine de découvrir les bandes originales des jeux sortis sur Xbox qui ont marqué l’équipe de la XboxSquad. Cette semaine, c’est Jess Bond qui vous propose de prendre la direction des enfers avec DOOM (2016).

Si je dois parler un peu de ma petite personne avant de vous expliquer pourquoi l’OST de DOOM est si importante pour le soft, je dois vous avouer que je n’adhère pas à tout ce qui touche de près ou de loin, à l’horreur. Je m’étais faite cette idée que DOOM était un jeu flippant, notamment à cause du troisième opus de la franchise qui a dû en faire sursauter pas mal d’entre vous. Et puis finalement, j’ai décidé de sauter le pas et de me lancer dans l’aventure du reboot de 2016. Car la vidéo de présentation de l’E3 m’avait quand même bien donné envie, étant fan absolue des Fast FPS. Et puis, l’argument secondaire, c’était quand même sa bande-son avec du metal bien lourd, chose qu’on croise pas si souvent dans le monde vidéoludique.

Alors pourquoi l’OST de DOOM m’a marquée ? Car d’une part, je suis fan de metal, je trouve cet univers musical si riche et je suis presque sûre que même si vous n’en écoutez pas, il y a probablement un sous-genre qui pourrait vous plaire. Ici, on nage par exemple dans le metal industriel et le nouveau genre du djent metal qui puisent dans des sonorités très lourdes avec des guitares au gain élevé qu’on peut entendre avec des groupes comme Rammstein, Rob Zombie, Ministry ou encore Tesseract.

Rien de tel que du metal pour fricoter avec le monde satanique

La bande originale est signée Mick Gordon, compositeur australien qui possède pas mal d’OST à son actif. Il signe les compositions de titres comme Need For Speed Shift, Shootmania Storm ou encore Killer Instinct avant de rejoindre Bethesda en 2014 et de travailler sur la franchise Wolfenstein (avec The New Order et The Old Blood). Il est indéniable que son travail sur DOOM quelques temps après relève d’une qualité incroyable qui fait qu’aujourd’hui, le soft ne pourrait pas rêver d’une meilleure ambiance musicale.

Et ça, on le ressent dès les premières minutes dans le peau du Doom Guy, personnage emblématique de la série. On revêtit alors l’armure, qui n’ajoutera qu’un plus à la puissance déjà démesurée du héros sans nom, on monte dans l’ascenseur, le docteur Samuel Hayden nous parle et là les quelques notes bien lourdes de guitare qu’on entend m’ont personnellement donné les frissons car je savais que j’allais clairement me défouler dans le jeu.

Vous êtes la menace

Rarement un jeu procure autant de puissance au joueur. Et c’est l’OST qui va renforcer ce sentiment. C’est fusil à pompe en main au début, qu’on va littéralement anéantir des démons sur des rythmes particulièrement jouissifs de riffs assourdissants. Votre progression dans DOOM vous permettra d’accueillir un arsenal qui ne cesse de piocher dans la démesure. Lance-roquettes, plasma et autres grenades ne feront qu’accroître vos envies de meurtre.

Alors certes, vous n’aurez pas beaucoup de temps pour vous poser dans DOOM, mais de toute manière, vous n’êtes pas là pour passer un moment tranquille et contemplatif. Vous êtes là pour éradiquer une menace qui pèse sur l’humanité, c’est pas rien. Alors laissez-vous guider par cette OST qui certes ne plaira pas à tous les joueurs, mais là où elle mettra tout le monde d’accord, c’est qu’elle permettra à DOOM de se forger sa véritable identité. Vous retrouverez l’OST complète qui sort tout droit des enfers juste en dessous et sur ce, moi je vous laisse, j’ai encore du Cacodémon à anéantir.

Nous nous retrouvons la semaine prochaine pour un épisode consacré à Lollipop Chainsaw.

Épisodes précédents :

Traquant ardemment le succès, je n'hésite pas une seule seconde à ajouter un jeu à 100% à mon tableau de chasse. Sinon je ne vis que pour le jeu musical, les shooters et autres jeux de gestion.

Vos réactions

Mot de passe oublié