Preview – Code Vein, quand la Japanim’ s’inspire de Dark Soul

Code Vein est un dark soul like développé par Namco-Bandai qui devait sortir le 28 septembre 2018 mais dont la date de sortie s’est vue repousser à 2019. Discret depuis, il a refait parler de lui lors de l’inscription à la phase de bêta fermée pour laquelle j’ai eu la chance d’être sélectionné. C’est donc du 31 Mai au 3 Juin qu’avait lieu la bêta fermée et il m’a été possible de m’y frotter pendant quelques jours. En ce qui concerne les conditions de l’aperçu, je tiens à préciser que je joue sur Xbox One x (car le jeu est optimisé pour) et avec un écran 4k. Maintenant que tout est clair, il est temps de passer à l’important. Quelles impressions m’a laissé ce Code Vein une fois la manette en mains ?

Voici Erza. Oui j’avoue, j’adore Fairy Tails

Le début du périple…

Dès l’arrivée à l’écran d’accueil il vous sera possible de paramétrer les choses habituelles telles que la luminosité ou la langue. La bêta ne comporte pas de doublage français et il y a fort à parier que le jeu définitif non plus. Vous aurez donc le choix entre l’anglais et le japonais. Il va sans dire que vu le style graphique du jeu j’ai choisi le japonais sans hésitation. Ensuite vient la création de votre personnage car dans Code Vein vous n’incarnerez pas un personnage prédéfini mais bien un avatar créé par vos soins. Si la personnalisation n’atteint pas celle d’un Black Desert Online, il faut souligner qu’elle est plutôt complète. Les chances de croiser un personnage identique au vôtre sont donc très minces. Petit bémol lors de cette bêta, certaines approximations graphiques viennent ternir quelque peu le tableau (les cheveux passent à travers certains couvre-chefs par exemple). Celles-ci seront à régler avant la sortie définitive du jeu car il n’y a pas que lors de la personnalisation qu’elles interviennent. Nous poursuivrons avec un pan scénaristique que je tairai volontairement pour éviter tout spoiler, car la première partie de la bêta nous fait découvrir le début du jeu. Tout ce que je dirais c’est que l’histoire est mature, sombre et complexe tout en gardant une part de féerie souvent présente dans les animes japonais. Ce morceau d’histoire nous amène au didacticiel qui va permettre d’apprendre les bases du combat et les diverses possibilités en termes d’équipement, de sorts et surtout les différentes classes utilisables (appelé code sanguin). Si peu nombreux au départ (trois pour être précis), à la fin de ma session j’avais déjà sept codes sanguins différents. Vous pourrez les récupérer au moyen du sang de vos adversaires une fois vaincus ou grâce à des PNJ alliés que vous rencontrerez, qui vous feront don de quelques gouttes de leur sang.

Une pousse. L’équivalent du feu de camp dans DS.

Un Dark Soul version anime ?

Une fois le didacticiel terminé, place à la première mission qui se déroulera en souterrain. Le jeu est beau sans pour autant nous faire saigner la rétine si je puis dire. Les animations sont un peu raides mais il reste du temps à Bandai-Namco pour peaufiner son titre. Et là, les joueurs de Dark Soul (DS) ne seront pas trop dépaysés. En effet, les niveaux sont construits de la même manière avec de la linéarité, tout en incluant des passages secrets et des raccourcis vers des pousses (l’équivalent du feu de camps dans DS) qu’il faudra purifier à l’aide de sang. Les premiers mobs nous font comprendre que l’esquive et la parade devront être maîtrisées rapidement sous peine de mourir en deux ou trois coups. Encore une fois l’expérience durement acquise jusqu’ici sera perdue et il faudra revenir sur le lieu de votre trépas afin de la récupérer. Tout en évitant de mourir à nouveau avant la récupération sous peine de la perdre définitivement (oui, comme dans DS). Vous pourrez dépenser toute cette expérience en vous reposant vers une pousse (ce qui fera réapparaître les ennemis du niveau…comme dans…enfin vous savez qui maintenant) afin de monter en level mais aussi apprendre de nouveaux pouvoirs. Et c’est bien là que Code Vein va se démarquer de son homologue de chez Fromsoftware (en plus de ne pas avoir de personnage prédéfini). Les différents pouvoirs et rôles que votre personnage peut avoir, offre une profondeur de gameplay plus poussé que dans Dark Soul, surtout lors de parties co-op où l’un pourra se spécialiser en soigneur par exemple et l’autre en DPS (au moyen d’éééénormes épées ou haches). Car oui, dans Code Vein vous pourrez faire appel à un ami (pas de co-op local, en ligne uniquement) mais pas de 50/50 par contre… heu… je m’égare. Pour cela rien de plus simple, une simple pression sur la touche menu et vous pourrez demander de l’aide ou proposer la vôtre (pas de marque au sol ici). Il est possible de créer un salon protégé par mot de passe pour ne jouer qu’avec vos amis également. Une autre différence, mais moins flagrante, est la difficulté du titre. Certes le jeu est punitif mais moins que Dark Soul, surtout en co-op où vous aurez la possibilité de donner du sang à votre ami tombé au combat afin qu’il se relève et éviter de réapparaître à une pousse. Et bien sûr, comme dans Dark Soul, le niveau se termine par un affrontement contre un boss disposant d’une très grande barre de vie et dont les enchaînements dévastateurs seront fatals.

Le premier boss et il est violent…très violent

Un peu de repos bien mérité.

Après plusieurs morts et un combat difficile, la première mission touche à sa fin et nous voilà amené via le scénario à notre base. Elle est d’aspect plutôt simple et les PNJ ne sont pas très nombreux mais l’essentiel est là. On y retrouve des marchands, un cartographe, des figurants dirons-nous et un bar mais sans serveur (quelle déception après un dur combat de ne pas pouvoir se rafraîchir). Discuter avec ce petit monde nous permet d’en apprendre plus sur l’histoire ainsi que sur le rôle que nous avons à y jouer. Au vu de sa conception et du nombre de pièces inoccupées, il est fort probable que dans le jeu final de nouveaux PNJ viendront compléter la population de votre lieu de détente. Et c’est ici que se termine la première partie de la bêta, en effet le niveau suivant est un niveau exclusif à la bêta qui permet de monter rapidement jusqu’au niveau 40 et ne sera pas dans le jeu final. Une volonté de Bandai-Namco de ne pas dévoiler trop de scénario, tout en nous permettant de continuer à jouer afin de découvrir certains pouvoirs que posséderont nos personnages plus tard dans l’aventure.

Un remake de cocktail ? Oui…mais sans Tom Cruise.

Pour conclure.

Difficile de se faire un avis précis de Code Vein après cette bêta fermée. Le jeu est beau malgré quelques imprécisions graphiques et un gameplay encore rigide par moment mais avec de nombreuses possibilités grâce au système de code sanguin. L’histoire s’annonce mature et très sombre. Le jeu divisera certainement à cause de sa difficulté et de son style graphique. Pour ma part j’ai pris plaisir à parcourir cette bêta et suis impatient d’en découvrir plus.

Dévoreur de jeux et de mangas depuis le plus jeune âge, j'ai rejoint la famille Xbox en 2006 et ne l'ai plus jamais quittée. Aimant tous les styles de jeux, j'ai un affect particulier pour les J-RPG.

2

  1. Je passe mon tour. Je ne suis pas forcément fan du genre et le graphisme typé manga ne me fait plus rêver depuis longtemps.

  2. Le graphisme clairement inspiré de mangas reste génial pour une fan d’anime comme moi je testerais donc avec plaisir

Vos réactions

Mot de passe oublié