Preview Saints Row : Fast and Furious chez les Saints

Saints Row

4K Ultra HD HDR Optimisé Xbox Series X|S Xbox One Xbox Series X|S Xbox Smart Delivery

Preview Saints Row : Fast and Furious chez les Saints

Ils sont forts chez Koch Media. Très forts. Afin de nous immerger dans l’univers du prochain Saints Row, ils ont commandé la météo pour qu’elle soit au plus proche de celle de Santo Ileso. 40°C à l’ombre et des rues désertées, le pied (bon pas vraiment hein). Si ça c’est pas de la campagne marketing efficace, je ne sais pas ce qu’il vous faut ! Ils n’ont pas poussé jusqu’à mettre des gens dans les rues qui tirent sur tout ce qui bouge par contre. Mais je dois avouer que ça me va très bien comme ça. Enfin bref, j’ai eu l’occasion d’essayer le prochain Saints Row pendant un peu plus de 4h, sur un build dont je ne connais pas l’ancienneté. Le jeu tournait sur PC, directement dans les locaux de l’éditeur. Je vous laisse découvrir mes impressions en détail, mais personnellement je suis plutôt emballé !

Du n’importe quoi toujours, mais un peu moins qu’avant !

Avant toute chose, il faut savoir que je ne suis pas un grand fan de Saints Row. Ou plutôt, des derniers épisodes, qui allaient trop loin dans le n’importe quoi à mon goût. Je vais donc tout de suite mettre les pieds dans le plat : cet épisode n’est pas dans la continuité du “toujours plus loin”, et revient sur des bases plus proches des premiers opus. Oh attention, on garde une bonne dose d’humour potache et un énorme lot de situations totalement improbables. Mais l’ensemble se veut tout de même un poil plus sérieux. Disons que nous sommes passés de Deadpool/Hancock à Expandables et Fast and Furious. Oui, ça reste n’importe quoi, mais sans aliens ni super pouvoirs. Tout du moins sur cette preview. Personnellement, je retrouve donc une ambiance qui me plait beaucoup plus. Même si cela ne sera pas forcément au goût de tout le monde.

Pour le reste, je parlais donc d’humour et de situations rocambolesques, et c’est bien ce qui nous est proposé durant les missions principales que j’ai pu réaliser. Vous êtes un petit groupe de losers, et bossez pour les différentes factions de la ville. Los Panteros, la mafia locale. Les Marshalls, la milice privée du coin. Des classiques. Et enfin les Idoles, sorte de militants anti-consumérismes et qui n’aiment pas les riches. Bon, cela ne les empêche pas d’avoir des casques à néon ou autre t-shirts fluos. On n’est pas sur un groupe écolo habillé en peaux de chèvres mais plutôt sur les révolutionnaires qui veulent faire la fête sans limite. Après quelques missions toutes plus folles les unes que les autres, vous allez avoir des problèmes avec chacun de ces groupes…

Le crime, c’est moi !

Il faut dire que vous avez une forte tendance à foirer tout ce que vous entreprenez. Comme cette attaque de convoi des Panteros, censée être une simple filature mais qui se termine à grand renfort de roquettes. Ou encore ce foirage lors d’une mission commanditée par les Marshalls avec un saccage complet de musée. On ne peut pas dire que votre boulot soit propre et sans bavure. J’ai en tout cas trouvé ces missions très agréables à jouer, et elles amènent des situations variées : du gunfight (beaucoup), de la conduite, du rail shooting, des missions en intérieur comme en extérieur… Et puis évidemment, ça pète de partout et l’action est frénétique. Bref, tout ce que l’on attend d’un Saints Row.

Au fond, pourquoi s’embêter à vouloir faire plaisir à tout le monde ? Autant monter son propre gang et créer son empire criminel. Nous n’avons malheureusement pas pu pousser bien loin, et voir en détail tout l’aspect gestion de gang qui devrait être la grosse nouveauté de cet épisode. Pour autant, nous avons pu en avoir un petit aperçu. Une fois votre QG établi, il faudra étendre votre influence, et faire couler l’argent à flots. Pour cela, vous pourrez installer vos commerces ou entreprises, plus ou moins légales, dans chaque quartier de la ville. Toutes ne sont pas accessibles au départ, mais c’est une quinzaine d’activités différentes qui seront proposées au final. Arnaque à l’assurance, garage automobile, station radio, food trucks…

Des activités comme s’il en pleuvait

Je n’ai pu tester (et rapidement) que l’arnaque à l’assurance. L’objectif :  se prendre des bagnoles de plein fouet pour se blesser… Sauf qu’à un moment, le mode Adrénaline s’enclenche et vous explosez tout ce que vous touchez. On se retrouve alors dans une sorte de mode Crash de Burnout, à rebondir sur des véhicules qui explosent à la chaine. Réaliste ? Non. Mais jouissif et bourrin. Il vous faudra également défendre vos territoires, décorer votre bastion ou encore recruter des troupes. Mais je n’ai pas pu tester ces aspects du jeu, et il faudra donc attendre encore un peu pour en savoir plus.

Et si ça ne suffit pas, de nombreuses autres annexes, plus ou moins originales, sont présentes. Par exemple, prendre des photos de lieux spécifiques débloque des points de déplacement rapide quand la fouille de poubelles permet de récupérer des éléments cosmétiques. On retrouve également des missions d’assassinats un brin scénarisées, histoire de varier les plaisirs. Je ne vais pas tout citer, mais le contenu est dense et varié. Tout n’est pas du même niveau toutefois, comme ces activités où vous devez noter un magasin (pensez à Google maps) puis en assumer les conséquences. Plus la note est basse, plus le gang associé au lieu voudra votre peau. Rigolo sur le papier. Sauf que dans les faits même avec la pire note, 2 ou 3 bagnoles d’ennemis me sont tombées dessus, mais ils n’ont présenté aucun challenge. A voir, cela dépend peut être de l’avancée dans le jeu.

Vous vous sentez plutôt reptilien ? Pas de problème

Toujours côté contenu, impossible de ne pas mentionner l’étendue du système de personnalisation. Essentiellement cosmétique. Vous avez déjà pu tester la création de personnage via la démo disponible sur le store. Petite précision tout de même : cet outil est disponible à n’importe quel moment dans le jeu. Il est donc tout à fait envisageable de passer d’un homme vert en costume de glace à une femme en tailleur. D’ailleurs, côté habillement (ou déguisement ?) de nombreux magasins sont présents partout, en plus de tous les éléments que vous débloquerez au fil des missions ou annexes.

Mais la customisation ne s’arrête pas là. Les véhicules en particulier peuvent être modifiés sous toutes leurs coutures avec des possibilités de tuning visuel très poussées. Le jeu a même la bonne idée de proposer quelques modèles préconçus pour ceux qui souhaiteraient profiter de cet aspect du jeu sans y passer trop de temps. On retrouve sensiblement le même niveau de personnalisation au niveau des armes, avec moult skins et peintures disponibles pour chacune.

On peut toutefois améliorer un peu armes et véhicules, via 3 paliers qu’il vous faudra acheter. Aucun choix ici, tout est automatique à l’achat.
Bref, personnage, véhicules ou armes, tout le monde devrait pouvoir trouver LE style qui lui convient. Et au pire vous pourrez toujours vous balader nu et à pieds, afin de montrer vos tatouages ou autres cache-tétons.

J’espère que vous aimez tirer sur des gens…

Parlons enfin du gameplay à proprement parler. Pas de surprise, nous sommes dans la lignée des précédents épisodes. Le jeu est très arcade et pousse à l’agressivité. Pas de système de cover ici : on est là pour tirer sur tout ce qui bouge ou presque, tout le temps. Le feeling des armes est bon, particulièrement sur les celles les plus puissantes. S’il n’y a pas de démembrement, cela n’empêche pas les corps de voler. Mention spéciale au tir dans la tête à la carabine, qui envoie vos ennemis faire un salto arrière du plus bel effet.

On fonce donc dans le tas en tirant sur tout ce qui bouge. Quand notre vie commence à baisser, on va exécuter un malandrin au corps à corps pour remonter tout ça. Et si ça ne suffit pas, on utilise une de nos capacités spéciales pour faire un carnage. Comme par exemple celle permettant d’attraper un ennemi et de lui coller une grenade dans le slip avant de le jeter sur ses potes. Efficacité garantie. Ces différentes aptitudes se débloquent automatiquement au fil de la montée de niveau. Pas d’arbre de talent ici, comme dans tant d’autres jeux qui veulent à tout prix mettre du RPG même quand ça ne sert à rien : pas de choix à faire, tout se débloque dans un ordre prédéfini. Le seul but est de vous faire débloquer les capacités progressivement afin de mieux ressentir la montée en puissance. Ouf.

Côté conduite, là encore on est sur du très arcade, avec des véhicules très maniables où tout se fait au frein à main. Elles gardent tout de même un peu de poids pour que ça ne soit pas sans intérêt non plus. Et puis l’essentiel n’est pas forcément là mais dans les à-côtés : bump à droite ou à gauche afin d’envoyer les importuns dans le décor, possibilité de se coucher sur le toit pour utiliser une arme lourde, physique dans les airs très permissive permettant toute sortes de dingueries. L’objectif est clair : ne pas trop embêter le joueur et lui permettre de faire ce qu’il veut quand il veut. D’ailleurs, je pose ça là, mais il y a une wingsuit accessible à n’importe quel moment (dans les airs évidemment) et particulièrement maniable elle aussi.

Encore un mois pour corriger tout ça !

Après tout n’est pas parfait. Cette version était en particulier bien remplie de bugs en tout genre. Comme cet hélico garé sur une place de voiture et qui n’était clairement pas à sa place. Ou ces animations d’exécution où le corps à corps était plutôt du corps à gros vide à corps. Rien de bloquant de mon côté, et majoritairement des soucis qui devraient être réglés pour la sortie. D’autant plus que l’on ne savait pas de quand date la build que l’on a pu tester. Dans les autres points en retrait, j’ai noté que les PNJ “lambda” sont vraiment idiots. Disons que ça fait un peu tâche quand un citoyen vous regarde sans bouger pendant 2 minutes alors que vous tirez sur tout ce qui bouge, pour ensuite péter un câble et se mettre à courir comme un poulet sans tête.

Plus dommageable déjà, même avec un niveau de recherche maximum envers une faction, ceux-ci restent trop sages. De ce que j’ai testé avec la police, tout au plus le SWAT va débarquer avec un camion et quelques agents équipés de boucliers. Mais quand vous avez un lance roquettes, autant dire qu’ils ne font pas long feu. Espérons qu’au fil de l’avancement du jeu ceux-ci s’équipent en conséquence, et qu’hélicos, tanks ou autres joyeusetés viendront égayer nos carnages. Rien de bien méchant au final, mais des points qui me font douter de l’intérêt du jeu sur son aspect pur sandbox, sorti des missions et activités prévues.

J’aime

Il y aurait encore probablement beaucoup à dire. Comme ces 10 radios qui ne demandent qu’à être découvertes. La présence d’un mode coop (pas du tout testé). La qualité du level design. L’étendue du terrain de jeu que représente Santo Ileso. L’intérêt sur la durée… Mais 4h, même si c’est un temps de jeu déjà conséquent, ne sont pas suffisantes pour avoir un avis définitif sur ces aspects du jeu. Une chose est sûre : je suis ressorti vraiment rassuré de cette première approche, et je n’ai pas vu le temps passer. Plutôt bon signe non ? Nous serons en tout cas rapidement fixés, puisque le titre sortira dans un mois, le 23 août 2022 !

 

Mot de passe oublié

Inscription