Test – Casey Powell Lacrosse 2018, la découverte décevante

Sport national au Canada et populaire aux Etats-Unis, la crosse est un sport collectif dont on n’entend quasiment pas parler en France. Non ce n’est pas du cricket et pour résumer de manière triviale, on peut y voir des similitudes avec le handball, le hockey ou encore le rugby. Big Ant Studios avait déjà porté cette discipline il y a deux ans et revient à la charge avec un nouvel opus de Casey Powell Lacrosse version 2018.

C’est quoi la crosse ?

Comme je l’ai mentionné en introduction, la crosse est une discipline très peu connue chez nous et si tout le monde connait les règles du football ce n’est pas forcément le cas pour ce sport ultra violent qu’est la crosse. Cela me permet déjà de vous signaler qu’aucun tutoriel n’est intégré au jeu, on apprend les règles au fur et à mesure de nos erreurs et des matchs.

La crosse oppose deux équipes de dix joueurs qui se composent d’un gardien, de trois défenseurs, de trois milieux et de trois attaquants sur un terrain où deux buts s’opposent. L’aire de jeu est découpée en trois zones distinctes qui correspondent aux postes éponymes. La particularité de la discipline est qu’il faut constamment aller vers l’avant : le gardien dispose de 4 secondes pour relâcher la balle, les défenseurs de 20s pour trouver les milieux qui eux-mêmes ont 10s pour trouver les attaquants. C’est évidemment à ces derniers de marquer le plus de buts pour l’emporter.

La discipline se veut violente car les contacts physiques sont autorisés et chaque joueur est équipé d’une crosse (plus ou moins grosse en fonction du poste) avec laquelle il faut tenter de récupérer la balle en défense. Certaines règles spécifiques sont à noter : l’interdiction pour les attaquants de mettre le pied dans la zone circulaire autour du but adverse ou le fait que la balle soit rendue au joueur le plus proche de cette dernière lors d’une sortie en dehors des limites du terrain (très spéciale celle-ci…).

A noter que Casey Powell Lacrosse 2018 dispose de toutes les licences officielles du championnat universitaire et officiel. Forcément les noms des joueurs et des équipes ne vous diront pas forcément quelque chose mais c’est un bon point notamment pour le marché nord-américain. Sachez que la crosse est officiellement apparue dans nos contrées au début des années 2010 et que la discipline se développe petit à petit.

Peu de modes de jeux

Etant donné qu’il s’agit du deuxième opus dédié à la crosse, Big Ant Studios propose du classique. Un mode Carrière qui permet soit de prendre la tête d’une équipe, soit de créer son propre joueur pour devenir la star du sport. Le mode Carrière se révèle peu inspiré et est surtout l’occasion de participer à un championnat en enchaînant les rencontres.

Un mode match rapide est bien entendu présent et permet de lancer rapidement une rencontre entre deux équipes issues du circuit Pro ou universitaire. A noter que les paramètres de partie sont nombreux et permettront à tout le monde de maximiser l’expérience en fonction de ses préférences : difficultés de l’IA, durée des quatre quart-temps, etc.

Casey Powell Lacrosse 2018 propose également un mode online et il faut bien avouer que c’est un peu la tristesse de côté-là. Cet aspect souffre de l’audience réduite du jeu auprès des joueurs. La fonctionnalité de match rapide est à privilégier car si vous commencez à rechercher une partie personnalisée avec quelques critères, autant vous dire que vous allez attendre longtemps. C’est dommage car avec des matchs en 6v6, le online se révèle finalement bien plus fun que les matchs de la Carrière. Bien entendu, vous pouvez brancher jusqu’à quatre manettes pour jouer avec vos amis en local.

Un contenu classique complété par un éditeur de joueurs, d’équipes, de ligues et même d’arbitres qui se révèle complet et très pratique à l’utilisation. Les modes de jeu se suffisent à eux-mêmes pour tous les curieux qui sont intrigués par la discipline.

Et au niveau du gameplay ?

Big Ant Studios ne s’est pas loupé sur les contrôles à la manette, le mappage des touches est clair, simple et efficace : passes, tirs, mouvements d’esquive avec notre joueur, contrôle à 360° de notre crosse via le stick droit, sprint, etc. Tout est présent, même un menu permettant de mettre en place des tactiques de jeu via la croix multidirectionnelle.

Toutefois, une fois en jeu, certains aspects m’ont paru étrange. Tout d’abord le système de passes qui me semble trop automatisé. Il suffit de viser vers un autre joueur pour que celui-ci reçoive automatiquement la balle. Encore faut-il que vos coéquipiers veuillent bien se démarquer car la plupart du temps ces derniers restent statiques alors que votre opposant direct va chercher par tous les moyens à vous mettre KO pour vous faire perdre la balle. Un système assez étrange a été mis en place pour les phases défensives : une icône apparait au-dessus de votre joueur et celle-ci change de couleur à mesure que vous prenez des coups de crosse. Une fois noire, vous perdez automatiquement le contrôle de la balle laissant tout le loisir à l’adversaire de la récupérer. Un ersatz de barre de vie en somme. Là où le système est étrange c’est qu’il suffit d’effectuer une passe pour que votre joueur soit en pleine forme. Finalement on se retrouve à enchaîner les passes pour éviter de se faire agresser par la défense adverse.

Casey Powell Lacrosse 18 souffre surtout du même symptôme qu’un FIFA ou d’un autre jeu de sport avec un gardien. Ces derniers prennent rarement un but avec un shoot direct. Il faut la plupart du temps réussir à trouver un coéquipier démarqué qui parviendra à surprendre le gardien via un tir réflexe. Je ne saurais vous dire si c’est l’équilibrage des gardiens ou le système de tirs qui se révèle mal équilibré mais il est très difficile de marquer en confrontation directe. Un aspect auquel l’IA ne semble pas soumise puisque certains tirs à 30m rentrant comme un couteau dans du beurre vont vous faire rager.

Pétris de bonnes intentions, Big Ant Studios ne parvient pas à maintenir l’intérêt du titre sur le long terme. Alors certes le but du jeu est bien évidemment d’enchaîner des matchs et je ne demande rien de plus mais les rencontres se veulent trop stéréotypées. J’ai eu l’impression d’affronter à chaque fois la même équipe, de rejouer le même match encore et encore. Un sentiment qui fait que Casey Powell Lacrosse ne peut se consommer sur de trop grandes sessions de jeu sous peine de se retrouver lassé. C’est d’autant plus dommage car le titre se révèle agréable et au-delà des quelques bizarreries surnommées, le gameplay se veut violent à l’image de la discipline. Tel un jeu de hockey, le moteur physique permet de prendre du plaisir en ‘’rentrant dans le lard’’ des adversaires.

Côté technique, Casey Powell Lacrosse 18 oscille entre le moche et l’agréable. Les cinématiques d’introduction font peine à voir mais in-game les animations sont surprenantes et bénéficient d’un rendu particulièrement soigné. Sachez que si vous possédez une X, le jeu supporte le HDR, la 4K Ultra HD et bénéficie de petites optimisations. Côté ambiance, le jeu ne transpire par l’effervescence avec ses cinématiques beaucoup trop similaires d’une rencontre à une autre avec toujours les mêmes plans. Je me permets tout de même une mention spéciale pour les ralentis qui sont vraiment bien fichus !


Conclusion

Big Ant Studios peaufine l’expérience offerte par Casey Powell Lacrosse en offrant aux joueurs l’opportunité de découvrir une discipline qui mérite d’être plus exposée. Violent et addictif, le jeu rend hommage à ce sport avec un contenu qui se veut classique mais complet. Dommage que le gameplay soit si automatisé et que les rencontres soient finalement trop similaires pour garantir une expérience stimulante sur le long terme pour les non-initiés car il ne faut pas se leurrer : l’audience de Casey Powell Lacrosse 2018 sera faible en France.

La note sanctionne à la fois les qualités du titre tout en prenant en compte le fait que ce soit l’unique représentant de la discipline. Le tout est saupoudré de mon ressenti sur le jeu qui oscille entre le plaisir de la découverte du sport de crosse et la déception liée à quelques bizarreries dans le gameplay. Vous pouvez enlever un point si vous êtes totalement réfractaire aux jeux de sport et, au contraire, rajoutez un point si vous désirez découvrir une discipline vraiment sympathique sur le papier.

+ Les plus

  • Le plaisir de découvrir la crosse
  • Les animations
  • Un bon feeling manette en mains

- Les moins

  • Des gardiens trop forts !
  • Visuellement pas très agréable
  • Trop peu de mondes en online !
  • Défendre est vraiment difficile
5

Je suis tombé dans la marmite Xbox en 2003 et depuis je n'ai plus besoin de potion magique pour m'intéresser à tous les jeux qui sortent sur ces belles machines au fil des années. Je suis accessoirement un PGM en mousse.

2

  1. Ah ouais terriblement bizarre ce sport ! Et le jeu n’aide pas a le mettre en valeur je pense.

    • De ce point de vue là, FIFA ne met pas en valeur le foot non plus #Troll

Vos réactions

Mot de passe oublié