Test – Cyber Protocol, le PUNKzzle-game exigeant

Voir sur le Microsoft Store

Qu’on se le dise, le cyberpunk est à la mode. On ne va pas y couper. On va en bouffer à toutes les sauces et ma foi, ENFIN ! Force est de constater que ces univers sont assez peu représentés dans les jeux vidéo alors qu’ils permettent toutes les fantaisies possibles. Donc joie. Oui mais voilà, on va surtout voir débarquer des titres opportunistes pour surfer sur la vague. Qu’en est-il du titre qui nous intéresse présentement ? Je vous livre mon ressenti dans le test de Cyber Protocol.

Pas besoin de scénar quand on a la classe

Cyber Protocol ne s’embarrasse pas d’histoire. T’es un hacker, donc tu hackes et basta. Mais le plus impressionnant est l’ambiance imprimée instantanément avec ces couleurs néon, ces effets de tubes cathodiques et les musiques rétro. Tout ce maelstrom typé années 80 fonctionne et s’articule parfaitement pour créer une identité visuelle et sonore forte à Cyber Protocol.

Le piratage est un art. Il faudra faire montre de précision, de sang froid et de dextérité à travers les 100 niveaux pour compléter le mode solo. De très nombreux pièges et subtilités s’invitent très rapidement et mettent la barre de difficulté assez haute. Trop haute ? En tout cas, le hacking prend rapidement des allures de cyber casse-tête où le scoring est roi et les essais nombreux. Pas de panique, il n’y a pas de limites de try. Rassuré.e ?

L’avis de Sourille

Je pense que c’est la série des Trials qui m’a fait apprécier les Die and Retry. Auparavant, je n’aurais jamais pensé passer plusieurs minutes voire heures à recommencer encore et encore un niveau pour trouver la meilleure trajectoire possible. J’ai retrouvé cet esprit dans Cyber Protocol qui s’inscrit parfaitement dans le genre qu’on ne peut qu’aimer ou détester, il n’y a pas de demi-mesure. Et en l’occurrence, j’aime. Un gameplay dynamique où il faut prendre rapidement la bonne décision, des niveaux assez courts pour ne pas être frustrants mais assez machiavéliques pour offrir du challenge, tout est là pour nous inciter à nous dépasser et à pulvériser les highscores. Il est difficile de s’arrêter sur un échec et on est vite atteint du syndrome « allez encore une tentative après j’arrête ». Bref, si vous êtes capables de rester en apnée cinq minutes sans cligner des yeux, ce jeu est fait pour vous !

Cyber Protocol ou le truc pour savoir si tu es épileptique

Concrètement et prosaïquement, il faut mener un palet jusqu’à la sortie en récupérant un maximum de boules façon Pac-Man et en minimum de temps, pour peu que vous visiez un score correct. Sur le papier, ça a l’air assez simple. Sauf que, ah ah ! Votre bidule glisse jusqu’au prochain obstacle, il ne s’arrête pas tout seul. Il n’y a pas de frein dans le cyberespace. Autant vous dire que les développeurs de Cyber Protocol ont pris un malin plaisir à créer des pièges très nombreux et particulièrement sadiques. Et que l’on meurt très souvent si on n’est pas un minimum concentré. Des cases qui explosent au bout de 2 secondes, d’autres qui se solidifient après un premier passage, etc. Soit autant de joyeusetés qui rendent le titre particulièrement retors.

Du challenge à chaque plateau proposé, sur fond de musiques 8-bits trépidantes, on a affaire à un bon puzzle-game punchy. Malheureusement, sa partie visuelle fatigue également très vite. En tout cas, ma petite personne. Vous voilà prévenu. Il existe également un mode pour jouer jusqu’à 4 en local, que je n’ai pas pu essayer. A noter que Cyber Protocol est intégralement en Anglais ce qui, au final n’est absolument pas gênant.

Conclusion

Cyber Protocol est un bon passe-temps pour les amateurs de casse-tête, de course au scoring et d’ambiance cyberpunk flashy… encore faut-il avoir le cœur bien accroché, étant visuellement exigeant, en tout cas pour mes pauvres yeux.


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV4K  Jeu fourni par l’éditeuroui
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu2 heures pour Bibi, 8 heures pour Sourille
  Niveau de difficultén.a.  Jeu terminénon

 

+ Les plus

  • un sacré challenge dès le début
  • ambiance 8-bits réussie
  • les musiques délicieusement rétro

- Les moins

  • visuellement exigeant

Mot de passe oublié