Test – DragoDino, bien plus qu’un Rogue-like tout mignon

Que ce soit dit ici haut et fort, je ne suis pas fan du Rogue-like ! Mourir x fois pour développer mes compétences et devenir plus fort au fil de mes runs tout en sachant pertinemment que la mort pointera le bout de son nez est quelque chose qui me rebute d’ordinaire. Alors pourquoi avoir pris en charge le test de DragoDino me direz-vous ? Au même titre qu’Everspace, l’univers du jeu m’a de suite intrigué et charmé. Lorsque vous aurez fini votre lecture, vous comprendrez pourquoi le titre de Teal Rocks Studio m’a envoûté.

Un Rogue-like qui attire l’œil

Mignon et coloré, DragoDino attire tout de suite l’œil du joueur en quête d’un univers dépeint avec un style graphique vivant. Le titre tranche radicalement avec bon nombres de Rogue-like visuellement sombres où le thème de la mort transparaît dans la touche artistique. Et cela est déjà un bon point car quitte à mourir, autant que ce soit dans une ambiance visuelle bon enfant. En s’attardant plus sur les graphismes, on s’aperçoit que Teal Rocks Studios maîtrise totalement le sujet avec une quantité de détails assez impressionnante : que ce soit la modélisation des environnements, de notre créature ou du bestiaire. Bien plus qu’un simple Rogue-like, DragoDino est également un jeu de plateformes et je perçois un hommage aux Rayman avec ses niveaux ultra colorés et plein de vie.

  • Le prétexte

Le scénario de DragoDino se veut très basique et n’est qu’un prétexte à une aventure qui ne nécessite pas forcément de narration. Notre mission principale est de grimper au sommet d’un arbre géant pour récupérer l’œuf perdu de Bob. Rien de bien transcendant mais il est agréable de voir que le studio a prévu une dizaine de bonus pour en apprendre davantage sur l’univers de DragoDino (et je ne vous dirai pas comment les débloquer !).

Tina Arena déclara un jour : aller plus haut !

Composée de 10 niveaux, la campagne vous propose de grimper de plateforme en plateforme pour atteindre le sommet du level. Ces derniers se découpent eux-mêmes en plusieurs zones distinctes. A l’intérieur de ces dernières, il y a un sacré paquet d’ennemis et de mystères. Votre DragoDino peut effectuer un saut qui, de base, ne le fera certainement pas gagner une médaille d’or aux Jeux Olympiques dans la catégorie saut en hauteur. Pour progresser, il faut dénicher des cristaux qui apparaissent en tuant des créatures pour pouvoir effectuer un saut spécial dont la hauteur s’étend à mesure que vous récupérez des cristaux. Ainsi il ne sera pas nécessaire de tuer tous les ennemis présents dans chaque niveau mais de trouver ceux qui vous permettront d’atteindre la sortie. La tâche est facilitée par un gimmick visuel vous aidant à localiser ces derniers.

  • Un bestiaire qui se renouvelle sans cesse

Vous trouvez que les hérissons et les grenouilles ne sont pas des ennemis inspirant suffisamment de crainte ? Attendez d’atteindre les derniers niveaux ! Le bestiaire se renouvelle à la fois avec l’apparition de nouvelles créatures mais également avec un upgrade des capacités des ennemis introduits dans les niveaux précédents. Fichu hérisson bleu qui file à tout vitesse en étant enflammé… Et que dire des boss ?

La liberté de vivre l’aventure à son rythme

Ce qui m’a énormément plu dans le titre de Teal Rocks Studio est le fait que ce soit un Rogue-like qui peut se savourer selon différents rythmes. La présence de classements online avec vos chronos de complétion incitera les amateurs de speedrun à foncer tête baissée pour atteindre la sortie le plus rapidement possible. Alors qu’à l’inverse, il est tout à fait possible de concevoir DragoDino comme un jeu d’exploration puisque chaque niveau recèle de nombreux mystères. Ce choix implicite laissé au joueur est vraiment appréciable et est mis en avant par le level-design du jeu qui se révèle excellent.

Un Rogue-like trop facile ?

En confondant vitesse et précipitation, DragoDino peut se révéler être un Rogue-like frustrant et trop exigeant. Les ennemis ont parfois tendance à se fondre un peu trop dans les environnements et, en ne prenant pas soin d’analyser rapidement la présence ou non d’une créature avant de sauter, cela peut aboutir à une fin de partie prématurée. Les contrôles à la manette sont dans l’ensemble efficaces même si le combo stick vers le bas + A n’est pas toujours évident à placer en situation de stress. Toutefois, en prenant votre temps, DragoDino ne devrait pas constituer un challenge trop corsé pour les amateurs. Ce qui n’est pas nécessairement une critique, surtout de mon point de vue où je n’ai pas envie de try hard un niveau pendant des dizaines d’heures pour espérer avancer plus loin à chaque run.

  • La dimension Rogue-like

En tuant des ennemis ou cassant des noix, vous trouverez des power-up passifs ou à utilisation unique. Vous disposez de trois emplacements distincts et une fois mort vous perdrez tout… La dimension Rogue-like de DragoDino est accentuée par la présence d’un magasin dans chaque niveau où vous pouvez notamment acheter et/ou entreposer vos différents power-ups. Ces derniers permettent par exemple d’augmenter la portée et la cadence de tir, d’acquérir un bouclier protecteur ou de déclencher une explosion.


Conclusion

Teal Rocks Studio souffle un vent de fraîcheur sur le genre du Rogue-like, et plus globalement les jeux de plateforme, avec DragoDino. Simple et efficace, le gameplay sert une aventure que l’on prendra plaisir à parcourir à notre rythme pour en découvrir tous les secrets. Le studio a su me redonner goût à un genre que je consommais que trop peu mais il serait réducteur de voir DragoDino comme un simple Rogue-like. C’est une pépite affichée à seulement 9.99€.

+ Les plus

  • Le style visuel totalement validé
  • Les nombreux mystères
  • Le contrôle efficace de notre DragoDino
  • A la fois speedrun et exploration

- Les moins

  • Des environnements qui manquent de diversité
8

Je suis tombé dans la marmite Xbox en 2003 et depuis je n'ai plus besoin de potion magique pour m'intéresser à tous les jeux qui sortent sur ces belles machines au fil des années. Je suis accessoirement un PGM en mousse.

1

  1. Test très bien écrit, qui donne vraiment envie de tester le jeu.
    Merci

Vos réactions

Mot de passe oublié