Test – Haunted Halloween ’86, C’est le cowboy de Tchernobyl!

On n’a pas toujours besoin d’une DeLorean pour retourner dans le passé ! La preuve avec le sujet de test qui va nous occuper aujourd’hui, à savoir Haunted Halloween ’86 de Retrotainment Games. Sortez votre Power Glove, branchez R. O.B., vérifiez que vous êtes bien sur le canal 36 et demi… c’est parti !

“L’arrêt trop gay” – Ming – 1986

Haunted Halloween ’86 est la suite directe de Haunted Halloween ’85, ce qui fait un certain sens quand on prend quelques minutes pour y réfléchir. Une étrange malédiction s’abat sur la ville de Possum Hollow et seul Donny accompagné de son acolyte Tami pourrait être à même d’y mettre un terme. Votre parcours du combattant dans ce beat them all – action – plateforme, prendra place dans 7 environnements étalés sur autant de chapitres gardés par un boss de fin de niveau. L’intérêt du jeu se trouve bien sûr ailleurs que dans son scénario, vous l’aurez compris à l’instant même où vous aurez posé vos yeux sur les magnifiques captures d’écrans qui accompagnent ce test. Soit ! Vos désirs étant des ordres, je m’en vais de ce pas répondre à toutes les questions que vous pourriez vous poser à propos de Haunted Halloween ’86.

Ce que tu peux être vieux jeu !

Ce qu’il y a de fascinant avec Haunted Halloween ’86 c’est qu’à première vue, le jeu aurait pu sortir en l’état sur NES sans que personne puisse se douter un seul instant que le titre vient du futur ! Et figurez-vous que c’est tout à fait normal puisque le jeu a été développé sur NES en usant des mêmes techniques dont les petits artisans du jeu vidéo de l’époque avaient le secret. D’ailleurs le homebrew que vous avez sous les yeux est sorti initialement en 2016 sous la forme d’une cartouche pour la console emblématique de Nintendo !

Le homebrew, mais qu’est-ce que c’est

Bien avant de réorganiser leurs garages afin de s’attaquer à la popularisation des micro-brasseries et de leurs productions maison aux noms évocateurs tels que le singe qui hurle ou la citrouille bourrée, les barbus chevelus de l’époque s’affairaient à des activités nettement plus confidentielles comme la création de jeux vidéo, home-made eux aussi. Souvent cantonnés au pc, puis à la console via l’arrivée des émulateurs. Ces « brassages maisons » étaient distribués sur les plateformes de partage de l’époque tel qu’usenet et les BBS.

On pourrait se poser la question de l’intérêt d’une telle pratique à l’heure où le 4K semblent être la nouvelle échelle de mesure qualitative en vigueur dans le monde du jeu vidéo. Difficile d’imaginer qu’il y a dans ce monde des personnes tellement nostalgiques de cet âge d’or qu’elle puisse s’infliger des contraintes créatives et techniques dans le but de satisfaire aux yeux format quatre tiers d’une poignée de fanatiques du pixel art comme on se plaît à l’appeler aujourd’hui. Et bien c’est pourtant le cas. Et depuis longtemps en plus ! Apprenez par exemple qu’en 2010, Ed Fries, cofondateur de la Xbox, a développé une version de Halo dédiée à l’Atari 2600 comme nous l’explique cette anecdote citée par the Verge dans un article qui parle de bits, c’est cocasse !

Le plastique c’est fantastique

Ne serait-ce que pour l’objet, je trouve l’idée absolument fantastique, quoi de plus emblématique au jour d’aujourd’hui qu’un vinyl, une K7 audio ou une cartouche NES. Ces dignes vestiges d’une époque pas si lointaine ou le move de drague absolu nécessitaient de passer une soirée à enregistrer la mixtape ultime.

Sortir un jeu sur un support aujourd’hui disparu à évidemment demandé du temps et de l’énergie à ces passionnés, mais pas autant que le processus de conversion puisqu’il leur aura fallu recoder la plus grande partie de leur titre afin de faire passer le tout sur Unity de manière à ce que les joueurs PC et consoles puissent finalement en profiter.

Et avec tout ça j’oublie de vous parler du jeu…

Sortez vos bits

Je plante le décor, nous sommes en 1986, c’est important pour ce qui va suivre.

Haunted Halloween ’86 bénéficie d’une utilisation exceptionnelle de la palette de couleur de son support, les sprites sont détaillés et ils se détachent parfaitement du décor.

Les environnements, séparés en plusieurs parties et qui scrollent sur plusieurs écrans sont très différent les uns des autres. Que ce soit la ville de Possum Hollow, le train de marchandises ou le petit cimetière, chaque lieu traversé offre un réel changement d’atmosphère qui garantit une immersion hors pair. Les animations ont également bénéficié d’un soin tout particulier puisque celles-ci sont parfois détaillées au travers d’une demi-douzaine d’images intermédiaire. On pourra regretter néanmoins un manque de précision des trames clés, et quelques fautes de goût en termes de design. Les boss quant à eux sont variés et demanderont chacun une technique particulière pour être vaincu, les ennemis par contre auraient mérité d’être un peu plus nombreux et différents. Le jeu n’est d’ailleurs pas avare en effets spéciaux : scrolling parallaxe, zoom sur certains sprites, jeux de lumière, tout est fait pour vous en mettre pleins la vue et ce sans subir (ou presque) de ralentissement.

Au niveau des compositions je serais un peu plus circonspect tant certains airs semblent répétitif alors que d’autre sont très entraînant, un chaud froid qui reste néanmoins d’excellente facture dans sa globalité.

Faut-il te rappeler que nous sommes en 2019

En dehors de l’aspect technique irréprochable par rapport aux titres équivalents des temps jadis, Haunted Halloween ’86 est très bon, les contrôles fonctionnent bien mieux que certains cadors de l’époque, de plus le titre se targue d’être parfaitement fluide et à le mérite de proposer une excellente durée de vie puisqu’il vous faudra environs 3 heures pour en voir le bout. Avec un peu de recul, on lui reprochera sans doute son prix un peu raide (9.99€) et un intérêt quelque peu limité en dehors de son attrait purement nostalgique. Reste donc un jeu qui à l’époque n’aurait pas démérité aux côtés d’un double dragon ou d’un tortue ninja.


Critères d’accessibilité

Déficience VisuelleDéficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

Caractéristiques TV240pJeu fourni par l’éditeuroui
ConsoleXbox One XTemps passé sur le jeu3 heures
Niveau de difficultéNormalJeu terminéoui

 

+ Les plus

  • Un trip old-school jusqu'au-boutiste
  • des chiptunes sympa...
  • ça se contrôle parfaitement

- Les moins

  • des petits ralentissement ici et là
  • ... mais répétitive
  • 1000G Facile
Dans la famille Xbox depuis 2003, accroc au Gscore et Nintendophile repenti. Vous le croiserez souvent en groupe sur le Xbox Live !

7

  1. Caractéristiques tv : 240p. Lol

  2. Ca me tente pas du tout ce jeu. Merci Greg pour le test

  3. Merci pour ce bon test.

  4. Il manque juste comme information le prix du jeu à sa sortie et merci pour le test.

Vos réactions

Mot de passe oublié