Rachat de ZeniMax Media : Le coup de massue de Microsoft envers la concurrence ?

Au début du mois, nous apprenions tous la décision au combien surprenante de Stadia de fermer ses deux studios first-party, à la tête desquels se trouvait Jade Raymond ! Cette décision était d’autant plus stupéfiante que quelques jours auparavant, Phil Harrison, vice-président de Stadia, avait envoyé un mail à l’ensemble des employés de la société pour les féliciter de tout le travail effectué jusqu’à présent, et les rassurer quant à la poursuite des investissements de la maison-mère dans le projet, comme le rapporte Kotaku après quelques échanges avec plusieurs sources.

Ce qui prédomine, c’est la stupéfaction de l’ensemble des employés quant à la brutalité de cette décision seulement quelques jours plus tard. Dans un échange Q&A entre Phil Harrison et les employés de la société, celui-ci a tenté d’expliquer certaines des raisons qui ont motivé ce dénouement, parmi lesquels on trouve évidemment les problématiques liées à la crise du COVID-19, le coût toujours plus important du développement de jeux vidéo, mais il semblerait également que Microsoft ne soit pas étranger à tout cela.Stadia-Phil-Harrison

En effet, l’annonce fin septembre 2020 du rachat de ZeniMax Media et de l’ensemble de ses studios (dont Bethesda, Arkane ou encore MachineGames) pour 7,5 milliards de dollars en cash aura provoqué une véritable onde de choc dans toute l’industrie du jeu vidéo. Plus que jamais, à cette occasion, Microsoft aura prouvé toute la force de frappe financière dont la société dispose.

Aussi impressionnante soit cette acquisition, du côté de la firme de Redmond, elle est surtout révélatrice d’une stratégie calculée d’acquisition de studios et de licences majeures précis du jeu vidéo, en vue de renforcer le catalogue first-party de la société, avec évidemment pour finalité d’abreuver le Xbox Game Pass en exclusivités et prouver toujours plus aux joueurs la force et la qualité du service d’abonnement.Bethesda-Xbox

Alors que beaucoup de gamers voient encore PlayStation et Nintendo comme principaux rivaux dans l’industrie pour Microsoft, la société elle ne voit absolument pas les choses de la même manière. En effet, depuis maintenant de nombreuses années, Xbox et plus largement Microsoft, sont dans une véritable logique de mise en avant des services et ne comptent plus uniquement sur des ventes hardwares pour générer du chiffre d’affaire. Concernant la première, les preuves les plus flagrantes sont évidemment le développement tonitruant du Xbox Game Pass (sur consoles et sur PC) mais aussi du cloud gaming par l’intermédiaire de xCloud.

D’ailleurs, ce dernier était la réponse de Microsoft à Google qui avait lancé les hostilités avec l’annonce de son Project Stream, qui allait devenir Stadia quelques temps plus tard. Ainsi, pour la firme de Redmond, ses principaux concurrents sur ce nouveau créneau ne sont pas ses deux anciens rivaux nippons, mais plutôt deux autres sociétés membres des GAFAM (GoogleAmazonFacebookAppleMicrosoft), Google et Amazon. En effet, ces dernières sont les rares à pouvoir rivaliser avec Microsoft en matière d’architecture réseau. Une architecture basée sur un large panel de datacenters Azure disséminés à travers le monde sur lesquels peuvent s’appuyer les services Xbox.

Avec la création de deux studios first party, composés de certains grands noms de l’industrie, en plus de toutes les belles promesses avancées par Stadia à sa présentation et conjugués à la force de frappe financière de Google pouvant tenir tête à celle de Microsoft, beaucoup voyaient la société comme un rival sérieux dans cette nouvelle bataille des services et du cloud gaming.

Cependant, au-delà des promesses non-tenues et des interrogations que l’on pouvait avoir quant aux plans de la société, celle-ci aurait apparemment eu de sérieux doutes sur sa capacité à pouvoir rivaliser avec son homologue américain à l’annonce du rachat de ZeniMax Media. Ainsi, tandis que certains voient évidemment ce rachat comme un renforcement du catalogue d’exclusivités du constructeur, d’autres peuvent y voir une offensive affirmée de la marque pour compter plus que jamais dans le paysage vidéoludique.

En outre, de manière générale, à l’instar de Microsoft, d’autres sociétés telles qu’Electronic Arts et THQ Nordic sont également dans une logique de renforcement via des rachats aux montants parfois astronomiques, avec lesquels bien peu de concurrents semblent pouvoir rivaliser. Ainsi, la question que l’on peut réellement se poser, c’est est-ce qu’après la “guerre des consoles” sur le terrain du hardware (consoles) et du softwares (jeux/licences vidéoludiques), celle-ci ne serait-elle pas en train de se transformer en bataille économique ?

Ayant passé toute mon enfance dans l'univers de Nintendo, je suis entré dans l'écosystème Xbox avec la 360 pour ne plus jamais le quitter. Fan de jeux de course, je ne jure également que par les sagas Assassin's Creed et The Legend of Zelda. Ma devise : kiffez jouer, peu importe sur quel support !

3

  1. Face à des éditeurs japonais frileux , à un public totalement indifférent à l’offre dans cette partie du globe occidentaliser le produit peut être un pari gagnant…

  2. Même sans le rachat de Bethesda, Stadia était voué à l’échec dès le début : mauvaise communication, pas d’exclusivités marquantes, mauvais modèle économique.

  3. J’ai suivi microsoft depuis la première xbox (je l’avais même pré-commandé ^^, ça ne me rajeunit pas), aujourd’hui je suis trop vieux pour acheter une xbox series: manque de temps, trop cher (et manque de place :P).
    Je savais que j’allais partir vers le cloud gaming quand je l’ai découvert et j’ai testé le xbox game pass pendant 1 mois.

    Xcloud a énormément de retard:
    – pas de 4k
    – console old gen
    – pas d’avantage lié au cloud:
    – pas fonctionnel sur TV ou PC (je joue sur TV et mon pc sous linux avec chrome)
    – pas de stream connect
    – catalogue pas limité aux jeux de l’abonnement (ça a peut-être changé?)
    Et ça ce ne sont pas là des promesses, juste ce qui est aujourd’hui.

    Clairement, je comprends microsoft: tenter de couler la concurrence avant qu’elle ne devienne trop forte, ils ont toujours fait comme ça, de windows à la suite office (ah star office, que de souvenirs) et ils y arrivent généralement.

    Google ne veut pas entrer en guerre frontale, c’est clair, c’est probablement intelligent, ils ne peuvent pas se battre sur les jeux, par contre techniquement ils ont une techno supérieure et ils le savent, ils cherchent d’abord comment monétiser la techno sans dépenser 7 milliards.

    Vous l’aurez compris, Je suis passé sur stadia (à l’ennemi diront certains), je ne regrette pas, ça correspond totalement à mes besoins c’est hyper pratique (j’ai même commencé en jouant avec ma vieille manette de 360 qui traînait dans un placard ^^) et ça fonctionne à merveille.
    Ça me rappelle l’époque de la première xbox, on ne connaissait pas facebook, peut-être que ça n’existait même pas, on est une petite communauté un peu peace and love et on s’éclate (un peu entre nous faut le dire :D) c’est cool.
    Il n’y a pas de haters (il y en a beaucoup en dehors de stadia envers stadia par contre ^^, probablement des fanboys playstation? ^^).

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription