Actualité

Paradox Interactive : Discrimination, intimidation et omerta

0
Please log in or register to do it.

Deux groupes syndicaux, Unionen et Sveriges Ingenjörer ont lancé une enquête auprès des employés du studio Suédois Paradox Interactive. Sur les 133 employés qui ont accepté de répondre, 44% affirment avoir subi de « mauvais traitements ». C’est le journal suédois Breakit qui nous révèle les résultats de ce sondage. Sur le panel interrogé, 26% sont des femmes soit environ 35 employées. Parmi elles, 69% ont déclaré avoir subi un traitement abusif.

Chez les hommes, ce sont 33% qui se plaignent d’abus. On observe donc un plus grand pourcentage de femmes déclarant faire face à ces mauvais traitements. Le rapport décrit également une « culture du silence » au sein de l’entreprise. L’immense majorité des employés ayant subit des abus estime que les problèmes n’ont pas été résolus. Un commentaire de cette enquête détaille :

Les employés ont le sentiment que les membres de la direction auteurs des maltraitances sont protégés par l’entreprise

La conclusion de cette investigation est sans équivoque :

Le traitement offensant est un problème systématique et bien trop courant chez Paradox

Un départ sans aucun lien… vraiment ?

Ljungerud Wester Paradox

Le rapport final a été présenté lundi dernier à la responsable des ressources humaines Marina Hedman puis à la PDG Ebba Ljungerud. Cette dernière quitta sa fonction quelques heures plus tard. Selon le service de communication, cette démission n’a aucun lien avec l’enquête.

S’adressant à Breakit, le nouveau PDG de Paradox, Fredrik Wester, déclare qu’il n’y a aucune corrélation entre les résultats de l’enquête et le départ de Ljungerud. Ceci étant, les syndicats exigent désormais des mesures fortes de la part de la direction. Selon le journal Suédois, Loïc Fontaine (responsable de la communication) a affirmé que la direction de Paradox avait dès à présent mis en place une enquête interne et était prête à agir :

Paradox a fait appel à une entreprise externe et neutre afin d’effectuer un examen approfondi de nos processus et une enquête complète auprès des employés.

Pour information Paradox Interactive emploie plus de 400 employés. Dans cette affaire, on peut constater l’importance du rôle des syndicats au sein des studios. Ils ont permis ici de mettre en exergue la parole des employés et de leur donner un écho afin d’obliger la direction à prendre certaines mesures.

Xbox Game Studios, jeux, harcèlement : notre interview exclusive avec Naila Hadjas de Compulsion Games
Marvel's Guardians of the Galaxy disposera de son mode photo dès le lancement