Actualité

Les coups de cœur de la rédac’ #13 – Juin 2022

0
Please log in or register to do it.

On peut dire que le mois de juin fut très chargé en terme d’actualités. Entre le Summer Game Fest et toutes les annonces à traiter, l’équipe n’a pas eu beaucoup de temps pour jouer ! C’est pourquoi ce numéro de notre chronique sera un peu plus léger que d’habitude. On rappellera qu’on parle ici de nos expériences marquantes de ces dernières semaines. Il peut s’agir de nouveautés, de AAA, d’indés, de titres Game Pass, et j’en passe. Tous ont leur place ici.

ccr13-banniere


Broken Mind  (Niko1664)

Parler avec le créateur d’un jeu, découvrir son histoire et ses motivations, puis jouer à son jeu… ça donne une saveur toute particulière à l’expérience. Et pour Broken Mind, c’était parfait et sans spoilers en plus. Après avoir échangé avec Tony De Lucia au XboxSquad SummerFest, me lancer dans son dernier titre était une évidence et je n’ai pas été déçu.

Oui c’est un jeu indé, oui il n’est pas exempt de défauts mais l’ambiance est là et on est vite happés par l’histoire. Hormis la durée de vie un peu limitée, je n’ai pas grand chose à lui reprocher sinon des peccadilles qui seront vite corrigées car 2BAD GAMES est déjà au travail sur une mise à jour. Preuve que le développeur est à l’écoute et ça, c’est parfaitement génial !

Pour les chasseurs de succès, attendez-vous à  un 1000G en trois petites heures et si nécessaire, nous avons publié un guide sur le site.

broken-mind-banniere


The Quarry  (Danxter)

Non. Il n’y a pas d’erreur quant à la personne qui a rédigé cet avis. Contre toute attente, la mienne en premier, j’ai été pris d’une irrépressible envie de faire l’acquisition de The Quarry et, encore pire, y jouer. Un peu comme ce choix insensé qu’ont les protagonistes des slashers et films d’horreur à s’aventurer dans les endroits les plus dangereux et sombres… Mais, après tout, Jess Bond n’est-elle pas sur le point de se lancer dans le jeu Phasmophobia à l’heure où j’écris ces lignes ? Tout est possible, et surtout la frousse !

Premiers instants et premières émotions. Tout est sombre, inquiétant. Néanmoins, la scène d’introduction qui laisse deviner quel Mal ne va cesser de nous guetter est contrastée par une mélodie d’un calme olympien. Premiers dialogues, le ton est donné : nous sommes dans un Teen Movie. Cherchant plus à éveiller la nostalgie qu’à être novateur, le scénario me paraît efficace et tous les codes ou références sont là.
Vient l’épreuve de la manette en main… Et le jeu la réussit plutôt bien. Et bien mieux que moi ! Le stress est omniprésent, quelques jumpscares sortis de nulle part et bien sadiques sont parsemés ça et là… J’ai souffert. Encore plus à cause des endroits sombres où on ne peut rien distinguer, et de la lampe torche qui n’éclaire pas bien large…

Et pourtant, j’ai envie d’en savoir plus, de faire se recouper les différents indices, de trouver les objets manquants… L’aspect cinématographique du titre n’est pas pour rien dans cette ténacité à affronter l’épouvante. Apportant une certaine sécurité par le mélange de cinématiques, choix divers, courtes phases d’exploration, cela a représenté pour moi quelques points de contrôle pour reprendre mon souffle. Sans oublier que l’histoire continue même en cas d’erreur fatale pour l’un des personnages… Ai-je apprécié souffrir ? Il semblerait bien…

the-quarry-banniere


Judgment  (JS)

Fan des productions du Ryu Ga Gotoku Studio depuis maintenant un petit moment (Yakuza : Like A Dragon et Yakuza 0 étant des jeux qui m’ont épaté à plus d’un titre), j’ai décidé de profiter de ce mois de juin pour me lancer dans le spin-off de cette licence : Judgment.

Aux premiers abords, nous sommes en terrain connu. On se retrouve encore une fois plongé dans le quartier de Kamurocho. On a de nouveau le droit à des quêtes secondaires et mini-jeux tous plus absurdes les uns que les autres, et on tabasse du yakuza à tour de bras.
Cependant, cette fois-ci, nous sommes du bon côté de la loi et devrons mener l’enquête pour résoudre les meurtres en série qui gangrènent le quartier de Kamurocho depuis peu. Et mon dieu, mes amis. Quelle enquête !

Inspiré par les meilleurs thrillers policiers coréens, le jeu ne cesse d’épater par la qualité de son écriture, de sa mise en scène, et de ses twists en série. De plus, comme les jeux Yakuza l’avaient fait avant lui, Judgment ancre son récit dans des thématiques d’actualité et des questionnements sociaux qui rendent encore plus crédible cette affaire dans laquelle nous nous sentons impliqués de bout en bout. C’est un jeu profondément ancré dans son époque et c’est rare de voir ça. À noter que c’est la même chose pour sa suite, Lost Judgment, qui traite principalement du fléau qu’est le harcèlement scolaire.

Couplons à cela son gameplay toujours aussi fun et diversifié et ses mini-jeux variés qui vous feront perdre du temps dans votre travail de détective (même si je suis personnellement outré par l’absence de karaoké dans cet épisode), et vous avez la formule parfaite pour un titre généreux qui ne cesse de surprendre. C’est bien simple, à peine ai-je fini le premier que je me suis déjà lancé dans sa suite ! Je suis actuellement dessus et croyez-moi que je ne suis pas prêt d’être lassé.

Judgment-banniere


Disc Room  (JiTeuBey)

Il y a plusieurs mois de cela, je suis tombé sur un stream où quelqu’un jouait à ce jeu. J’ai immédiatement accroché au concept : on enchaîne des salles à l’intérieur desquelles il y a des pièges mortels. La plupart du temps, à base de scies. Chaque salle va proposer entre un et trois objectifs pour ouvrir l’une des issues. Du classique « survivez x secondes » au « faites-vous tuer par tous les types de scies », en passant par le plus étrange « mourrez en 0 seconde », la variété est au rendez-vous.

Manette en main, le fun est immédiat. Les classements qui apparaissent à la fin de chaque salle poussent à réessayer, même si on a débloqué la sortie. De plus, de nombreux secrets sont à découvrir, il faudra parfois résoudre quelques énigmes pour atteindre le 100%. La seule ombre au tableau : Disc Room se termine en une poignée d’heures. J’en aurais voulu un peu plus !

Le titre est loin d’être facile. Heureusement, il a la bonne idée de proposer de nombreux paramètres de difficultés pour que chacun puisse avoir une expérience qui lui correspond. À noter aussi que le jeu est disponible dans le Game Pass depuis sa sortie. Encore une preuve que le service est aujourd’hui incontournable pour les amoureux du jeu vidéo sous toutes ses formes.

disc-room-banniere


Ainsi s’achève notre sélection de juin. N’hésitez pas à nous dire, vous aussi, quels ont été vos coups de cœur ce mois-ci. On se retrouve fin juillet pour le prochain numéro de notre chronique.

Lord Winklebottom Investigates arrivera le 28 juillet sur Xbox
House flipper débarque par surprise dans le Game Pass aujourd’hui