Actualité

D’après une nouvelle étude, les jeux vidéo n’impactent pas notre bien-être

0
Please log in or register to do it.

Les jeux video génèrent, encore aujourd’hui, de nombreuses questions concernant leur impact sur nos cerveaux. Certains craignent qu’ils nous rendent plus violents, d’autres s’interrogent sur les conséquences sur notre santé mentale. Nous rendent-ils plus heureux ? Ou au contraire, détériorent-ils notre humeur ? Une étude de l’université d’Oxford (relayée par The Guardian) s’est récemment penchée sur ces questions. Et leur conclusion semble être sans appel : jouer aux jeux video n’a aucun impact sur notre bien-être. 

Pour mener leur étude à bien, l’université s’est basée sur des séances de gameplay concrètes, et non des estimations. Et cela grâce au soutien de sept éditeurs (parmi 30 contactés) et 40000 joueurs, qui se sont prêtés à l’expérience. Andy Przybylski, l’un des chercheurs :

Avec 40000 analyses, menées sur six semaines, et les variables dans les fréquences de jeu, nous nous sommes donné toutes les chances pour déterminer les effets sur le bien-être de vie. Nous n’avons constaté aucun effet sur cela, voire tout l’inverse en fait. 

Les jeux concernés pour établir ses conclusions étaient les suivants :

  • New Horizons
  • Apex Legends
  • Eve Online
  • Forza Horizon 4
  • Gran Turismo Sport
  • Outriders
  • The Crew 2

Tout serait lié à l’état d’esprit initial du joueur. Les participants devaient tout d’abord préciser leur « autonomie, compétence et motivation intrinsèque. » Cela pour déterminer leur raison de jouer. Était-ce pour l’amusement, la sociabilité ou, plus concernant, pour assouvir un but dans le jeu de façon compulsive. Le résultat reflétait l’état initial. Les motivations positives maintenaient l’impression de joie, tandis que les « négatives » ne s’amélioraient pas. Les sessions étaient limitées à 10h, bien que rien ne prouve que des sessions deux fois plus longues auraient changé le resultat. Mais dans des conditions « normales », la santé mentale n’est pas affectée. 

Przybylski termine en précisant que cette étude ne prend pas en compte les occupations parallèles à leurs séquences vidéoludiques. Mais les pays comme le Japon ou la Chine envisagent de limiter la durée des temps de jeu , mais ne s’appuient sur aucune preuve tangible.

Voilà, aussi définitive qu’elle puisse l’être à ce jour, cette étude prouve que non, les jeux vidéo n’impactent pas notre bien-être !

 

SD Gundam Battle Alliance est déjà disponible dans une version de démonstration
Alterborn se positionne sur le deuxième semestre de 2023