0
Please log in or register to do it.

Que retenir de ce jeu vidéo narratif ? Son autodérision et ses auto-vannes qui font mouche ? Les références à la pop culture ? Son trio de personnages attachants ? Oui, bien sûr, mais malheureusement, ces bons moments sont perdus dans un océan de longueurs, de langueurs. Que dire des mini-jeux ? Une insulte à l’intelligence humaine. On ne vaut pas mieux que presser bêtement des boutons ? Ainsi, pendant les 12 heures nécessaires pour compléter les cinq chapitres, on a l’impression que le temps s’étire à l’infini et que l’ennui triomphe. Non décidément, le genre “Telltale” est bien cérébralement mort et ce New Tales from the Borderlands en est le triste fossoyeur.

On prend pas les mêmes et on recommence…

Pour commencer, vous voulez une info qui fait mal ? Tales from the Borderlands date de 2014. 2014 ! Ah oui le temps file à vitesse supraluminique. Et revoir quelques images de ce jeu au format épisodique, sauce “Telltale”, c’est tout de même un morceau d’histoire du JV. De l’archéoloJV. Le genre s’est effondré de lui-même à force de ne pas se renouveler et de manière anachronique, voilà ce New Tales from the Borderlands qui surgit de l’épaule d’Orion. Sauf que là, il se mange la porte de Tannhäuser en pleine poire. 

Exit le format ancestral où il fallait attendre, les cinq épisodes sont dores et déjà disponibles, pour 12 heures de passivité. Non, je ne peux pas qualifier ça de jeu. Alors bien sûr, on retrouve les dialogues chronométrés mais surtout la TRÈS vilaine sensations que si on pose la manettes et qu’on laisse le truc se dérouler… et bien, dans 95% des cas ça ne change rien. Lassant.

Nous suivons trois nouveaux personnages dans leurs quêtes pour être un peu moins des nullos et accessoirement sauver le monde. Anu, Octavio et Francine sont suffisamment bien écrits pour être tout de suite autant attachants qu’agaçants. Ils ne sont absolument pas chasseurs de l’Arche, juste de pauvres bougres pris entre OPA très agressives entre corporations. Les dialogues fusent et font mouche, et les sourires s’enchaînent un temps. Par ailleurs, entre l’autodérision vis à vis de la licence et celles à la pop culture, les références aussi s’enchaînent. On s’en délecte avec un réel plaisir. Comment ne pas avoir la banane quand Octavio se met en tête de passer un garde en étant caché sous un carton, le tout sous une musique épique et ATH à la Metal Gear Solid ? Non bien sûr, ça fonctionne, c’est amusant… MAIS.

Plus spectateur que jamais

Ces quelques très bons moments, ces dialogues avec des bonnes répliques ou situations cocasses, sont littéralement perdus dans un long tunnel de pas grand-chose. Certaines scènes s’étirent pendant des dizaines de minutes pour rien, avec des personnages qui jacassent à l’infini et la personne derrière la manette plus spectatrice que jamais. J’ai dû passer pas mal de temps manette posée et à la limite surpris quand une interaction m’était demandée. Un comble.

De leur côté, les mini-jeux sont lamentables de nullité ludique. Le “piratage” consiste en un matraquage de boutons. Heureusement qu’il n’y en a que deux ou trois. Les archiibôs, petites figurines reprenant les personnages iconiques de la licence sont mignons tout beaux et donnent lieu à des mini affrontements… qui sont le degré zéro de la joie. Là encore, on martèle une touche et on esquive avec le BMD des coups d’une lenteur pachydermique. Pathétique. Les joueurs et joueuses méritent plus de considérations. 
Agréable surprise, je me dois de souligner que les personnages sont excellemment doublés en français. Néanmoins, cela pèse très peu quand on se tape des séquences interminables. Il y a un problème majeur de rythme. Me vient à l’esprit un combat contre un monstre gigantesque. Celui-ci a la bienséance de laisser les trois héros se chicaner et élaborer un semblant de plan pendant des plombes. Un exemple parmi tant d’autres que décidément ce genre de jeu vidéo a très mal vieilli et que la mention “New” dans le titre est usurpée.


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle   Déficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée) ✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
✘ Taille couleur de police ✔ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis ✘ Police personnalisable
✘ Interface personnalisable ✘ Couleur de police personnalisable
✘ Couleur minicarte personnalisable ✘ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
✘ Option daltonisme ✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
✘ Option Text to speech  
✘ Ralentissement du jeu  

Conditions de test

  Détails TV4K   Jeu fourni par l’éditeuroui
  ConsoleXbox Series X   Temps passé sur le jeu13 heures
  Niveau de difficultéN.A.   Jeu terminéoui
[Maj] Age of Empire II sur Xbox dès ce soir ?
inXile continue dans le délire avec la recette de la manette Xbox