Test – PUBG Saison 10, Haven, le vent de fraicheur bienvenu

Voir sur le Microsoft Store

Déjà trois ans que je m’adonne à PUBG. Depuis sa sortie en fait, sans le lâcher plus de quelques semaines. Et quand je vois mes stats, sans rire, ça fait franchement peur. 140 jours de jeu, 8147 parachutages, 16837 frags, 1628 victoires dont 700 en solo… ça en fait du poulet. J’ai roulé ma bosse sur toutes les cartes, seul ou en escouade et c’est toujours le même frisson. Durant tout ce temps, j’ai pu apprécier le travail fourni par le studio pour que l’expérience Battle Royale soit à la hauteur. Oh bien sûr, j’ai sans doute aussi râlé que cela n’allait pas assez vite ^^ Mais tout de même, il faut dire que l’on revient de loin. Quand je vois l’état de PUBG à sa sortie et maintenant, il y a un monde. Peut-être même plusieurs. Émoticône pensive. C’est bien simple, les nombreuses mises à jour, ajouts et patchs sont venus enrichir et stabiliser considérablement PUBG pour en faire le seul jeu PvP sur lequel je m’éclate. Je suis accroc. Et ce n’est pas la saison 10 qui va arranger les choses. Mais alors vraiment pas. 

Heaven can wait. Not Haven. 

Pour la durée de cette saison 10, l’ajout majeur est la nouvelle carte baptisée Haven, réservée au Duo (mais disponible également pour les plus téméraires en “Duo en solo”). Cette friche industrielle américaine est comme figée dans le temps, comme plongée dans l’obscurité H24 à cause du charbon envahissant cette île coupée du monde. C’est la plus petite map sortie à ce jour : 1 km² d’une densité jamais vue sur PUBG de bâtiments industriels, commerciaux ou résidentiels. Un cauchemar exaltant et trépidant de guérilla urbaine, avec ruelles étroites, accès aux toits, tunnels etc. Même avec un maximum de 32 joueurs, les parties virent très vite au carnage, surtout que vos adversaires ne sont pas les seuls dangers sur Haven. 

La Pillar hante les lieux. Cette faction contrôlée par l’IA a pris le contrôle de l’île et vous donnera quelques frayeurs de bien des manières. Pour commencer, des commandants flanqués de quelques gardes se seront emparés de bâtiments, de manière aléatoire d’une partie sur l’autre. Les buter fournira de l’équipement supérieur et même pourquoi pas accès à des réserves de matos de haut niveau. D’ailleurs, sur Haven, pas de parachutage de colis. Maintenant, vous savez où choper l’iconique casque de niveau 3. Ensuite, un hélicoptère survole l’île et s’il ne dispose d’armement, braque son puissant projecteur sur les joueurs repérés. Autant d’indices précieux… ou de stress si c’est vous qui êtes spotté ! Mais ce n’est pas tout, un véhicule blindé patrouille dans les rues et tire à vue avec des balles incendiaires. Le danger est partout, tout le temps. Bienvenue sur Haven. 

L’expérience PUBG en mode survitaminé

Sur ce petit coin de paradis, la tension est immédiate et permanente. Et pas trop le temps de tergiverser, le chrono est impitoyable et ne laisse guère de répits entre chaque resserrement de la zone. De quoi vite concentrer les joueurs et décanter la partie. Bien sûr, la carte est tellement petite qu’il n’y a pas de véhicules mis à disposition. L’armement est quant à lui classique, avec de très nombreux fusils à verrou mis à disposition. Il y en a partout ! Mais pas de nouvelle arme à l’horizon. Pas de regret, il y a de quoi déjà bien semer la mort. 

Sur Xbox Series X, le jeu tourne agréablement et dans les standards techniques des autres cartes. Par contre, Haven tire son épingle du jeu avec son ambiance crépusculaire, rythmée par la Pillar. Tout à fait unique en son genre, cela apporte un vrai vent de fraicheur dans le microcosme de PUBG. Mais quel dommage qu’elle ne soit pas disponible en solo. Rayon déception, si la direction artistique de Haven est tout à fait crédible, le manque criant de variété au niveau des voitures abandonnées me sort un peu de cette atmosphère si singulière qui règne dans ce Battle Royale, à savoir l’impression grisant de jouer sa vie. Alors quand je vois tout le temps le même modèle de véhicule, ça me désole et rappelle que ce n’est qu’un jeu vidéo. Ah oui, c’est léger comme déception, je vous l’accorde. 

Conclusion 

Cette saison 10 de PUBG apporte un vent de fraicheur inédit avec une carte urbaine minuscule et dense, plongée dans une nuit éternelle et envahie de soldats de la Pillar. Telle est Haven, théâtre urbain, défraichi et idéal pour des affrontements sauvages et brutaux, se résolvant en une fraction de seconde. Les parties s’enchainent très vite, seulement en duo et pour trois mois. Eu égard à la qualité de cette carte, j’espère sincèrement qu’elle intégrera la rotation des autres maps et en solo. Alors, à vos parachutes ! Et rendez-vous sur Haven. C’est THE place to be. 

 

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV4K  Jeu fourni par l’éditeurPass de la saison 10 fourni.
  ConsoleXbox Series X  Temps passé sur le jeu25 heures sur Haven. 140 jours sur PUBG
  Niveau de difficultéN.A.  Jeu terminénon, IMPOSSIBLE !!!

 

+ Les plus

  • Haven et son ambiance crépusculaire de fin du monde
  • la Pillar et le danger de l'appât du loot
  • des scènes de guérilla urbaines
  • une tension immédiate et permanente
  • un vent de fraicheur comparé aux autres cartes

- Les moins

  • Haven, non disponible en solo

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription