Test – Sudden Strike 4 Complete Edition, la guerre ne meurt jamais.

Tiens, un RTS (Real Time Strategy) sur console, comme c’est surprenant, original et… incongru. Non parce que diriger à la manette une tétrachiée d’unités tout en scrollant sur la carte, ça peut vite devenir une gymnastique non adaptée à des mains d’hominidés. Aïe, rien que d’y penser. Alors comment s’en sort celui-ci ? C’est ce que je vous propose de découvrir, dans le test de Sudden Strike 4 Complete Edition.

Condition du test : j’ai un putain de mal de crâne

L’Histoire avec un grand H.

Le jeu de base Sudden Strike 4 met en scène les batailles les plus mémorables de la Seconde Guerre Mondiale. Euh, je devrais dire boucheries, plutôt non ? Et chose assez rare, en plus des Alliés et des Soviétiques, les Allemands sont jouables. Vous pourrez ainsi revivre par exemple la bataille de France et la bataille de Stalingrad du coté de l’Axe. Plutôt original. Surtout que le soft a été soigneusement documenté avec des images d’archives et une remise en contexte avant chaque niveau. Un régal pour les férus d’histoire.

Grâce à cette « edition complete », il y a au total 9 campagnes pour 47 missions. Y a du taf. Parmi les contenus ajoutés au jeu de base, on retrouve des épisodes de la guerre assez méconnus avec un contenu dédié aux affrontements entre finlandais et soviétiques. Les autres DLC inclus relatent les combats ayant eu lieu dans le Pacifique, en Afrique du Nord et encore à Dunkerque. Mondiale on vous dit.

Sur le champ de bataille, ton seul ami est celui qui tue pour toi. Auteur inconnu

RTS oblige, la caméra surplombe le champ de bataille. Ici, pas de base à construire ni des ressources à récolter, vous contrôlez vos unités et basta. Encore que cela n’est pas totalement vrai puisqu’il faudra gérer scrupuleusement la logistique de votre armée en vous fournissant en munitions et carburant dans des dépôts capturés ou en protégeant vos unités de réapprovisionnement. Ça serait con de rester bloqué en pleine pampa pour une panne d’essence, ça ne fait pas sérieux. Cette gestion de logistique met tout de suite Sudden Strike à un niveau de difficulté élevé. En effet, si vous ne prenez pas garde et chargez comme un débile toutes les positions ennemies, votre partie va vite tourner court, faute d’essence. Heureusement, une option bienvenue permet de sauvegarder à tout moment. Une aubaine.

Surtout que les combats en temps réel peuvent vite tourner à la catastrophe. Comme le nom du genre le sous entend, il faut vraiment faire montre d’un minimum de stratégie pour s’en sortir. Sinon ? Des pertes humaines et matérielles dramatiques, qui peuvent vite ruiner la partie. Parmi les unités d’infanterie, il y a heureusement des infirmiers pour prodiguer les premiers soins, quand des véhicules de réparations pourront rafistoler un tant soit peu vos machines de guerre. Mais ils ne peuvent pas faire de miracles… Les contrôles à la manette obligent à un léger apprentissage. Mais on surprend assez vite à sélectionner ses troupes et les envoyer au casse-pipe sans effort. On peut manuellement et simplement créer jusqu’à 10 escouades, de quoi élaborer de fines tactiques pour arriver à ses fins. Sudden Strike s’en sort donc bien là où le bât aurait pu blesser à coup de shrapnel.

Personne par la guerre, grand ne devient. Yoda

Avant chaque mission, un briefing vous donne en quelques lignes les enjeux de la bataille à venir et vous demandera de choisir parmi 3 doctrines. Chacune offre un bonus d’efficacité pour l’infanterie, les chars ou la logistique. A choisir avec soin selon le terrain, l’adversité et les objectifs de mission. Si les cartes ne sont pas immenses, elles sont néanmoins bourrées de détails, de positions avantageuses ou au contraires de bourbiers à éviter. Par exemple, les fantassins peuvent facilement de cacher dans la végétation, se rendant furtif et à même de contourner l’ennemi pour un assaut décisif. De manière classique, un brouillard de guerre cache les zones hors de vue des vos unités, vous forçant à la prudence et à bien réfléchir à vos actions.

Techniquement, Sudden Strike 4 est plaisant. Les théâtres d’opérations sont crédibles, avec des unités mécaniques ou soldats fidèles à ce qu’on peut voir dans les documentaires. Par ailleurs, les temps de chargement sont courts. De leur cotés, les effets sonores et les musiques à la « Band of Brothers »  mettent tout de suite dans l’ambiance. Les voix off sont totalement doublées en français, mais avec la possibilité de garder la langue de chaque armée contrôlée pour plus d’immersion. Et ça marche !

A noter enfin qu’un mode multijoueur est présent, dans lequel jusqu’à 8 personnes peuvent s’affronter sur 14 cartes. Non testé dans le cadre de cet article.

Conclusion

Sudden Strike est par essence un RTS austère, pointu et crédible pour les joueurs à la recherche de challenge et de rigueur historique. Avec son contenu solo massif et exigeant, sa durée de vie assure aux stratèges de canapé de longues heures à revivre les batailles marquantes et méconnues de la Seconde Guerre mondiale. Surtout que les contrôles à la manette sont très satisfaisants et que les musiques à la « Band of Brothers » dans les menus donnent le ton aux affrontements à venir…

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV4K  Jeu fourni par l’éditeuroui
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu5 heures
  Niveau de difficulténormal  Jeu terminénon

+ Les plus

  • la rigueur historique
  • crédible et exigeant
  • un contenu solo massif
  • les contrôles à la manette
  • les temps de chargement sont courts

- Les moins

  • la logistique peut en décourager plus d'un !

Mot de passe oublié