Test – SNK 40th Anniversary Collection, oldies but goldies

Demandez un peu à votre papa (voire papy), quelle a été sa première expérience vidéoludique. Je parle de celle qui a fait de lui un fana des jeux, et qui ne tourne pas de l’œil quand vous lui montrez votre niveau dans Call Of Duty. Je suis persuadé que certains d’entre eux vous parleront des salles d’arcade des années 80. Autrement plus puissantes que les consoles, l’arcade était le lieu de rencontre de beaucoup de jeunes. Un lieu pour partager rires et sodas. Un lieu où des sociétés comme Capcom, Sega, ou encore SNK gagnèrent leurs lettres de noblesse. SNK est celle qui nous intéresse aujourd’hui, connue pour sa Neo Geo, sortie en 1990. Créant le pont entre l’arcade et la maison, son nom de Rolls des consoles n’était pas volé. Coûtant un bras, les heureux possesseurs de la Neo Geo pouvaient se targuer d’avoir la plus puissante des consoles de l’époque. Mais nombreux sont ceux qui oublient que SNK existait bien avant cela, depuis 1973 pour être précis. Et cette compilation, nommée SNK 40th Anniversary Collection, est là pour nous le rappeler. Composée de titres parus entre 1979 et 1990, véritable ère de préhistoire vidéoludique pour beaucoup d’entre nous, mais qui a servi de fondation aux jeux auxquels nous jouons aujourd’hui.

Un paquet de jeux pour le prix d’un ? J’achète ! 

Vingt six jeux dans cette compilation, donc vous aurez à boire et a manger ! Il y a de tout, du shmup, de l’aventure, de la plateforme, et même de la baston. Et dans tout ça, quelques belles pépites de l’époque ! Je citerai notamment la trilogie des Ikari Warriors, véritables phénomènes du shoot à défilement vertical. Il s’agissait de jeux inspirés par Rambo, sans le nom, avec Ralph et Clark en protagonistes principaux. Oui, ceux là même de King of Fighters, des années plus tard.. L’évolution entre les trois volets, sortis entre 1986 et 1989, permettra de bien se rendre compte des différences graphiques entre les “Gros jeux” de l’époque. Car si l’on y voit aujourd’hui des visuels à trois pixels six sous, la bataille technique faisait aussi rage il y a 35 ans ! Alpha mission ou Chopper sont aussi de bons représentants dans leur genre, plus classiques, mais tout aussi stressants. Dans un autre registre, Street Smart, jeu de baston proche de Double Dragon, ou encore Beast Busters, un clone d’Opération Wolf, avec un viseur que l’on déplace a l’écran, se démarqueront du reste. A cette époque, les éditeurs tentaient aussi quelques excursions sur les consoles de salons. Crystalis en est un bon exemple. Un RPG/Action très réussi, proche de The Legend of Zelda, et difficile à proposer en arcade, où les jeux dépassaient rarement la vingtaine de minutes…

Quoi, quoi, quoi ?! Combien ?! 

Beaucoup de jeux, oui, mais il faut savoir de quoi on parle. Les jeux d’arcade étaient des pompes a fric, courts et difficiles. Pas de sauvegarde, avec très souvent une mort en un hit… Si vous accrochiez à un jeu, il y a des chances que vous ayez vu le premier niveau des dizaines de fois, vu que l’on recommençait au début, à court de thunes pour continuer. Heureusement pour nous, la récente hibernation de SNK lui a permis de comprendre l’époque dans laquelle nous vivons. Si un jeu acheté aujourd’hui a 60€ ne dépasse pas les 30 heures de jeu, sans compter le Endgame, ça râle dans les forums (à l’époque, quand on parlait forums, on parlait des Halles de Chatelet). Pas de ça ici, mais une sélection de la difficulté du jeu, des vies et du nombre de continus. En plus de cela, assez logique de nos jours, plusieurs options nous sont proposées : nouveau jeu, regarder, et continuer. Et c’est ce second choix qui se révèle être le plus intéressant. Tel un visionnage vidéo, vous pourrez accélérez, ou même revenir en arrière, en regardant jouer l’IA. Mais en tapotant “joindre” , vous pouvez commencer à jouer à l’endroit souhaité ! Impeccable pour certains jeux reconnus pour leur difficulté.

J’ai mentionné plus haut que SNK 40 proposait 26 jeux, ce n’est pas tout a fait vrai. Sept de ces jeux proposent aussi leur pendant console, soit 33 au final ! Souvent les éditions NES sorties dans la foulée, elles permettent d’avoir un autre regard, et se projeter dans la peau d’un enfant, découvrant son jeu fétiche à la maison !

Maman ! Je crois que ma console est cassée ! 

Parlons maintenant un peu de la technique. Soyons brefs, on n’achète pas une collection comme celle ci pour ses graphismes. Ou alors par curiosité, pour comparer l’écart avec ceux d’aujourd’hui. C’est pixelisé, baveux, et les couleurs saturent pas mal. C’est normal, c’est vieux ! Les ennemis se répètent invariablement, et le tout est animé de la façon la plus basique qui soit. Les sons aussi valent leur pesant de cacahuètes, “pif, pouf, pam” avec pas mal de “Ahhh” au milieu, accompagnés de musiques, parfois mélodiques, au synthés playskool. Comme la plupart des compiles rétro, plusieurs modes d’affichage sont dispos. Plein écran (étiré) , 4/3 et sharp, accompagnés de trois possibilités de filtres. A noter tous les jeux bénéficieront automatiquement de votre réglage préféré.

Lorsque vous aurez terminé l’essai de tous les jeux que propose cette compile, vous pourrez vous plonger encore plus dans l’époque grâce au mode musée ! Très exhaustif, il permettra de visualiser des infos sur l’intégralité du travail de SNK, entre 1978 et 1990. J’ai bien dit tout, y compris les titres absents de cette collection. Avec beaucoup d’infos annexes, des pubs, et différents documents d’archives, cette section peut vous occuper pendant des heures ! Petit bémol, les musiques ne proposent qu’une petite sélection de morceaux. Dommage de passer à côté du thème chanté d’Athena, tiré de Psycho Soldier, pourtant présent dans cette collection (oui, Athena de KOF).

Relax… et écoutes 

A qui s’adresse cette compile ? Je vous répondrais sous toute logique le nostalgique de la première heure, mais pas uniquement. Avec la profusion de jeux vidéo en 2019 qui se ressemblent un peu tous, beaucoup d’entre nous ont oublié les bases. Un temps où un concept simple, mais efficace, suffisait. Un temps où les réflexes étaient mis à rude épreuve, où la bataille était gagnée, non pas à cause des sauvegardes, mais grâce à notre persévérance. Les jeux de l’époque sont restés gravés dans nos mémoires car ils étaient difficiles. On se rappelle de leurs musiques parce qu’on les entendait en boucle à force de refaire les niveaux. On se souvient de la victoire face au boss final, fruit de notre labeur. En bref, tout ce qui faisait que nous sommes encore des passionnés aujourd’hui. Si vous êtes un Gamer en 2019, et que vous souhaitez en apprendre plus sur la genèse des jeux video, SNK 40th Anniversary Collection est sûrement un très bon choix pour commencer !

Conclusion

Destiné aux collectionneurs, aux nostalgiques et aux curieux, SNK 40th Anniversary Collection est une très bonne compilation de jeux rétro. En proposant une partie de la crème des jeux d’arcade des années 80, tout en les adaptant aux exigences des joueurs d’aujourd’hui, SNK fait mouche.

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée).✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
 ✘ Taille couleur de police✘ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis✘ Police personnalisable
 ✘ Interface personnalisable✘ Couleur de police personnalisable
 ✘ Couleur minicarte personnalisable✔ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
 ✘ Option daltonisme✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
 ✘ Option Text to speech
 ✘ Ralentissement du jeu


Conditions de test

  Caractéristiques TV4K HDR OLED  Jeu fourni par l’éditeurOui
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu6 heures
  Niveau de difficultéNormal  Jeu terminéPresque :-p

 

+ Les plus

  • Une belle variété de jeux
  • Une véritable bible du jeu vidéo
  • Un trip nostalgique
  • Une bonne ergonomie
  • Passé le lancement, aucun chargement
  • Un mode musée complet
  • Optimisé Xbox One X (sans déconner)

- Les moins

  • C'est vraiment vieux
  • Ça se voit...
  • ... et ça s'entend
  • Yavait quand même pas mal de shmups dans les années 80...

Mot de passe oublié