Test – We. The Revolution, plutôt L’ennui. The Revolution.

Allez, avouez. Tout le monde se l’est demandé au moins une fois. Pendant la révolution française, dans quel camp aurais-je été ? Royaliste ? Révolutionnaire ? Simple spectateur ? C’est un peu ce que vous propose We. The Revolution (WTR). Enfin trancher cette question…

Ceci, ceci est une révolution.

Dans WTR, vous incarnez le juge Fidèle, pendant la période troublée que fût la Révolution Française, à Paris. Et pas un juge à la Eliott Ness. Alors, oui je sais il était flic, pas juge, mais c’est pour vous dire que le personnage principal est plutôt un anti-héros. Et pas des plus folichons. Joueur invétéré, porté sur la boisson, sans véritable ambition, sans alliés politiques, complètement à la ramasse avec sa famille… Vous incarnez un personnage des plus minables et médiocres. Sexy, non ? Au moins, c’est très original.

WTR vous propose de juger tour à tour des affaires de droits communs (vols, homicides…), des actes contre révolutionnaires et même des procès historiques. Mais pas seulement. La politique étant en filigrane dans tous les aspects de la société, au bout de quelques heures une dimension jeu de stratégie à la « Risk » s’incruste pour le contrôle de Paris. Wahou !? Mais alors il y a de quoi faire au niveau gameplay, ça va être ouf ! OBJECTION ! Calme toi, citoyen. Rassieds-toi, je n’ai pas fini ma plaidoirie.

Hé !? On a dit qu’on jugeait pas, OK ?!

Politiques ou de droit commun, les procès se déroulent toujours de la même manière. On prend connaissance des pièces à conviction qui sont TOUJOURS sous forme de texte. Compte rendus, lettres de dénonciations ou correspondances confisquées, les écrits mettent dans l’ambiance, d’accord mais cela ne suffit pas. Car à aucun moment on dispose de quelconque objet à inspecter, ou je ne sais pas : l’arme du crime ? C’est bien trop limité. Et cela ne s’arrange pas ensuite.

Dans un second temps, on passe à l’interrogatoire de la personne inculpée. Cela passe dans un premier temps par un sous menu où on doit relier les faits avec des items du genre « personnalité du suspect », « circonstance atténuante » ou  « mobile ». Chaque correspondance permet de générer une question qui sera posée automatiquement au suspect. Le plus triste dans l’histoire, c’est qu’à aucun moment, le joueur ne dirige les débats. Les relances, les contradictions, tout est automatique et scripté. C’est l’ennui le plus total. Enfin, vient le moment de la sentence où pour le coup, on a enfin le choix.

Attention Chérie, ça va trancher.

Dans WTR, c’est lors de la conclusion d’un procès que vous avez réellement la main… ou que l’on vous la force. Dois-je faire plaisir à la foule ? Aux révolutionnaires ? Puis je me permettre de me les mettre à dos ? En mon âme et conscience, puis-je condamner à la guillotine cet innocent dont le seul crime est d’avoir été fidèle au Roi jusqu’au bout ? Cette dimension est assez plaisante à première vue mais je n’ai pas pu l’approfondir pour une raison très simple. Et assez pathétique (voir ci-après)

Entre chaque procès, de petites séquences cinématiques mettant en scène le juge permettent une plongée intéressante dans le Paris de l’époque et surtout de comprendre les enjeux au fur et à mesure des décisions prises au sein du tribunal. Comme je le disais plus haut, au bout de quelques heures un mini-jeu à la « Risk » où les quartiers servent de théâtres à de querelles plus ou moins ouvertes pour le contrôle de Paris s’incruste. Dans ma progression, j’en suis là. Après des heures de procès insipides, cette phase de stratégie apparaît et bloque la suite. Impossible de continuer. Si j’étais vraiment consciencieux/courageux/déontologiquement impeccable, je devrais recommencer une partie et au moins finir le jeu… Mais là, non, désolé cher lecteur, désolé la direction de XboxSquad.fr, il est inconcevable que je m’inflige autant d’ennui, autant d’une linéarité crasse pour aussi peu.

Techniquement contre révolutionnaire

Pendant les procès ou le « Risk », WTR vous réserve des plans fixes un peu tristounes. Néanmoins, l’aspect graphique pendant les cinématiques donne une jolie patine et un certain cachet à l’ensemble. Quand ils le sont, les personnages sont grossièrement animés. Très bon point, WTR est intégralement et correctement sous-titré en français, de quoi bien comprendre les débats. Enfin, pendant que j’écris ces lignes impossible de retrouver quelconque souvenir de musique mémorable. Juste de compositions en sourdine accompagnant de manière effacée la Révolution.

Conclusion

Avec un point de départ pourtant assez séduisant, dans une époque qui pique la curiosité, autant dire que la déception est assez vertigineuse. Des procès d’un ennui rarement atteint et une phase bugée de stratégie auront eu raison de moi. Même sans le blocage de ma progression, je ne pourrais pas décemment  conseiller We. The Revolution. Citoyen, citoyenne, garde tes deniers pour de meilleurs combats. (Alerte Spoiler, pas pour Rage 2)

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée)✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
✘ Taille couleur de police✘ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis✘ Police personnalisable
✘ Interface personnalisable✘ Couleur de police personnalisable
✘ Couleur minicarte personnalisable✘ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
✘ Option daltonisme✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
✘ Option Text to speech
✘ Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Caractéristiques TVFull HD  Jeu fourni par l’éditeuroui
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu8 heures
  Niveau de difficultéN.A.  Jeu terminénon

+ Les plus

  • Un anti héros original
  • Une plongée dans la Révolution
  • Sous titres en Français disponible

- Les moins

  • Les procès sont trop linéaires et ennuyeux
  • bugs qui bloquent la progression, décourageant
Je ne suis pas fou, ce sont les autres qui ne le sont pas assez. J'aime particulièrement les univers de The Witcher, Fallout et PUBG.

4

  1. Eh bé… Tu te coltines des tests gratinés en ce moment Bibi ! Je n’attendais rien de plus quand j’ai vu dans votre preview que tout était à l’écrit. Après il en faut pour tous les goûts mais ça n’avait pas l’air folichon. Pas pour moi dans tous les cas. J’imagine que si je te propose de tester Cyberpunk 2077 tu seras plus à la fête !

    T’as pas pu t’empêcher en fin de test de remettre une couche à Rage 2 d’ailleurs :)

    • merci pour ta sollicitude (et ton commentaire) ! Et oui, mode sale gosse activé pour Rage 2. Je vais pas le laisser tranquille, lui^^

  2. J’avoue que ça me tentait beaucoup. Moi qui aime énormément les ace attorney, me retrouver de l’autre côté me séduisait.
    Pour une autre fois peut être, à la vu de ta critique je passe mon tour

Vos réactions

Mot de passe oublié