Test – WRC 8, toujours la référence ?

Deux ans après nous avoir livré un 7ème épisode convaincant au niveau du gameplay, mais moins au niveau des modes de jeu, la saga vidéoludique WRC est de retour cette année avec un 8ème opus qui compte bien poursuivre le bon travail initié. Cette pause a été l’occasion pour Kylotonn de développer les idées qu’ils avaient déjà en tête depuis un moment, mais qu’ils n’avaient jamais pu mener à terme par manque de temps, du fait de l’occurrence annuelle de la saga. Alors, WRC 8 se montre-t-il à la hauteur des ambitions affichées ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.

WRC-8-title

Tout le WRC dans votre console

A la différence de DIRT (le jeu de Codemasters et principal rival de WRC), WRC 8 a l’avantage mais aussi la lourde tâche de retranscrire fidèlement l’intégralité des pilotes/copilotes, constructeurs et des destinations des catégories WRC, WRC 2 et Junior de la saison 2019. Côté rallyes, toutes les épreuves du calendrier sont présentes, soit plus d’une centaine de spéciales réparties dans 14 pays. Toutefois, celles-ci ne sont pas exactement les mêmes que celles des rallyes officiels du championnat. Cela s’explique par le fait que bon nombre d’entre elles seraient trop longues et pas assez dynamiques par rapport à ce que souhaite le studio. Néanmoins, des passages mythiques, comme le célèbre col du Turini au rallye du Monte-Carlo, seront bel et bien de la partie.

Au niveau des véhicules, le moins que l’on puisse dire c’est que ceux-ci sont très bien modélisés, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. En plus des constructeurs officiellement engagés dans le championnat WRC 2019, on aura aussi accès à certains modèles mythiques de l’histoire du rallye tels que la Lancia Stratos ou encore la récente Volkswagen Polo R WRC pilotée par Sébastien OGIER il y a quelques années.

WRC8-Carrière-Hub-Gestion-Equipe

Un mode Carrière réinventé

Il s’agit là de la nouveauté majeure du jeu et ce qui saute aux yeux, c’est que Kylotonn n’a pas fait les choses à moitié. Dans WRC 7, le mode Carrière se résumait à enchaîner les rallyes pour aboutir aux titres de champion du monde des pilotes et des constructeurs. Ainsi, alors que le gameplay et les graphismes avaient effectué un sacré bond entre le 6ème et le 7ème épisode, le contenu du mode Carrière demeurait monotone et redondant, ne se distinguant pas vraiment des précédents jeux. Dans WRC 8, les développeurs ont décidé d’insuffler une grosse partie management. Désormais, on ne gère plus seulement notre carrière de pilote, mais toute une écurie.

En outre, cette refonte du mode Carrière se constate également au niveau de l’esthétique. Terminés les menus sans fin, ceux-ci ont pris l’aspect d’un hub en vue du dessus. Les différents sous-menus sont représentés sous forme de bureaux distincts les uns des autres, regroupés dans un même local. La navigation entre les catégories se fait en totale fluidité car il suffit de parcourir les onglets sur la gauche de l’écran pour trouver ce que l’on recherche. Cette mise en forme est d’ailleurs vraiment agréable parce qu’elle apporte une réelle modernisation au niveau de la navigation dans les menus et est de surcroît en adéquation avec la réalité de la vie d’une écurie de rallye.

WRC-8-Carrière-Hub-Calendrier

Un mode Carrière plus complet que jamais !

Dès votre entrée dans le mode Carrière, un premier choix s’offre à vous. En effet, vous pouvez décider de démarrer tranquillement votre carrière en catégorie Junior, et prendre le temps de faire vos classes pour accéder à la division supérieure, ou alors choisir de commencer directement en WRC 2. Toutefois, si vous choisissez cette option, vous ne disposerez que de 3 essais pour faire vos preuves. Dans WRC 8, vous ne gérez plus simplement votre carrière de pilote, mais vous endossez littéralement le costume de directeur d’écurie et à ce titre, vous avez accès à toutes sortes de fonctions inhérentes à ce rôle. Parmi vos nouvelles missions, vous devez désormais gérer le calendrier (choisir les événements en dehors des rallyes du championnat), la gestion de l’effectif (titulaires, remplaçants, recrutement, …) ou encore la Recherche&Développement de l’écurie (R&D).

Alors que dans les précédents opus vous ne faisiez que participer aux différentes manches du championnat, dans WRC 8 vous devez décider pour chaque semaine de l’emploi du temps de votre écurie entre les rallyes. Il existe 6 activités différentes sélectionnables, chacune pouvant rapporter de l’argent, de l’expérience ou de la réputation auprès d’un constructeur : Repos, entrainement, conditions extrêmes, essai constructeur, maintenance et course historique.

WRC-8-Gestion-Equipe

Une écurie, cette grande famille

Outre le calendrier, vous avez également la lourde tâche de gérer l’effectif de votre équipe. C’est donc vous qui serez chargé du recrutement des nouveaux employés, qui devrez veiller à une certaine rotation dans chacun des types de métiers entre les titulaires et la réserve, ou encore renvoyer les employés les moins efficaces.

L’équipe est composée de 6 métiers typiques du monde du rallye :

  • Mécanicien ;
  • Ingénieur ;
  • Kinésithérapeute ;
  • Météorologue ;
  • Agent ;
  • Directeur financier.

Pour recruter de nouveaux candidats vous aurez alors 2 solutions : soit du personnel viendra directement toquer à votre porte si vos résultats sont suffisamment bons, soit vous pourrez en recruter dans la rubrique correspondante. Les membres d’équipe disposent d’une jauge de forme physique qui diminue au fur et à mesure des événements. Pour la faire remonter, il existe 2 moyens placer l’employé en question dans la réserve et le remplacer temporairement par un autre du même métier, ou programmer des journées de repos dans le calendrier. Enfin, comme dans la vie réelle, vos employés peuvent certes se fatiguer, mais ce sont des salariés qu’il faut rémunérer. En effet, à la fin de chaque rallye, il vous faudra passer à la caisse afin de les payer, ce qui sous-entend qu’il sera nécessaire de faire attention à votre gestion budgétaire si vous ne voulez pas les voir quitter l’équipe.

WRC-8-Arbre-Compétences

Comme dans Call of, dans WRC, il y a de la R&D…

De surcroît, les équipes de Kylotonn ont poussé l’aspect management encore plus loin en intégrant une composante Recherche&Développement (R&D) au jeu, représentée sous la forme d’un arbre de compétences. Celui-ci est subdivisé en 4 branches que l’on débloquera au fur et à mesure de la carrière : Ecurie, performances, fiabilité et équipe.

On remporte un point de compétences à chaque montée de niveau que l’on peut ensuite utiliser pour débloquer de nouvelles aptitudes. Cependant, il est impossible de compléter tout l’arbre de compétences à un moment ou à un autre, ce qui sous-entend qu’il va falloir faire des choix dans sa stratégie de développement. A vous de choisir alors si vous êtes plutôt porté sur les performances, sur la fiabilité de la voiture ou encore sur la gestion de l’écurie ou de l’équipe. En somme, le management et les choix (dans le sens prises de décisions) sont véritablement au cœur de l’expérience WRC 8. C’est vous et vous seul donc qui allez définir quelle direction votre écurie va suivre, quels seront ses objectifs.

WRC-8-Statistiques-Usure-Moteur

Une tonne d’infos à disposition

En plus de révolutionner son mode Carrière, WRC 8 se met en valeur également grâce aux statistiques de course détaillées auxquels vous pouvez avoir accès à la fin de chaque épreuve. Ici, on peut consulter l’évolution de l’usure de différents éléments de la voiture (Suspensions, turbo, moteur, boite de vitesses et direction) tout au long de chaque spéciale et même comparer à d’autres concurrents. Cela permet de visualiser clairement là où on a pu commettre certaines erreurs.

Ces données sont une véritable mine d’informations car elles vont vous permettre de comprendre comment se comporte votre voiture. Par exemple, si vous observez une chute de performance à un instant qui correspond à un passage pluvieux dans la course, vous saurez qu’il peut être intéressant de développer les compétences de votre auto par rapport à la conduite par temps de pluie. En résumé, les statistiques de course sont là pour réellement orienter votre stratégie de course, mais également de développement par le biais de la R&D ou encore de recrutement, et ceci pas seulement lors d’une même saison, mais même sur les saisons suivantes. Enfin, il est possible de voir quels ont été les choix de pneumatiques des concurrents afin de constater si oui ou non vous avez choisi le bon train de pneus, ou encore de vérifier votre niveau de popularité auprès des différents constructeurs de chaque division.

WRC-8-Gameplay-Australie-1

Une simulation au gameplay solide

Autant rentrer dans le vif du sujet, oui, le gameplay de WRC 8 est une vraie réussite. On ressent pleinement la sensation de vitesse, et la conduite exigeante et ultra nerveuse du jeu nous maintiennent dans un état de concentration élevée. On sent bien que Kylotonn a clairement chercher à pousser plus loin l’aspect simulation du jeu, en vue notamment d’aller concurrencer DIRT sur son propre terrain. De manière générale, il ne sert à rien d’accélérer à fond et de foncer à tombeau ouvert dans les spéciales. Vous devrez faire attention à bien doser votre accélération et vos coups de volant si vous ne voulez pas finir dans un fossé et/ou sur le toit. En effet, la direction est particulièrement sensible et les voitures ont tendance à glisser facilement, surtout sur les surfaces les plus glissantes comme la boue ou la neige. Cependant, pas de panique, si vous n’êtes pas un habitué des jeux de rallye, un passage par les paramètres vous permettra de régler les différentes aides au pilotage pour rendre le gameplay nettement plus accessible.

Niveau sensations, le moins que l’on puisse dire c’est qu’on a été bluffé. WRC 8 nous a maintenu dans un état de stress (positif) et de concentration rarement ressenti à ce point dans un jeu de rallye. Concrètement, nous étions concentrés, écoutant attentivement les instructions du copilote afin d’anticiper au maximum le profil de la route et de pouvoir négocier au mieux les trajectoires, ce qui ne nous a toutefois pas protéger de quelques sorties de route plus ou moins graves. En outre, vous pouvez à tout moment passer de routes bien larges à des chemins très étroits, parfois bordés par des talus rocheux, où le moindre frôlement un peu trop rapproché peut se finir en drame. Concernant le copilote d’ailleurs, nous avons pu constater que l’énonciation des instructions de pilotage est bien plus complète et fluide qu’auparavant, où celles-ci étaient davantage plus saccadées/décousues. Toutefois, il faut bien avouer que les virages s’enchaînent tellement vite et les consignes du copilote également que ça nous est souvent arrivé de nous y perdre un peu et de ne plus savoir quel type de virage arrivait. Néanmoins, il est possible de régler le moment où votre copilote vous annonce l’instruction selon si vous souhaitez qu’il vous l’énonce plus ou moins en avance ou en retard.

Un autre point particulièrement agréable, c’est le réalisme des interactions avec l’environnement : Par exemple, lors de spéciales sur un sol terreux, nous pouvions entendre le ricochet des graviers sous le châssis ou encore le résonnement du son de la voiture lors des passages dans des tunnels dans certaines spéciales. De même, lors d’épisodes pluvieux, nous voyons des flaques se former au sol (et même l’onde de choc des gouttes de pluie) au fur et à mesure que la pluie s’intensifiait, et chaque passage dans des flaques nous exposait au risque de voir la voiture dévier de sa trajectoire. Sur ce dernier point, cela nous rappelle d’ailleurs certaines similitudes avec les derniers Forza Motorsport.

WRC-8-Gameplay-Finlande

« Ah ben maintenant elle va marcher beaucoup moins bien, forcément ! »

Pour la première fois dans la série des WRC, les développeurs ont ajouté  un système de visualisation en temps réel de l’état des différents éléments mécaniques de la voiture, via une roue visible en bas à gauche de l’écran. Si vous ne prenez pas soin de votre voiture et/ou que vous vous montrez trop imprudents, les chocs que celle-ci subira affecteront l’état de ses différents éléments ce qui pourra vous conduire à une baisse de performances, voire à un abandon pur et simple.

Ainsi, les cases des différents éléments deviennent oranges quand les problèmes sur les pièces concernées deviennent sérieux, voire rouges lorsque celles-ci sont carrément hors-service. Bien évidemment, rouler avec des freins et/ou des suspensions HS ne vous empêchera pas de poursuivre (même si cela sera très compliqué avouons-le), mais par contre, si c’est le moteur qui est gravement touché, dans ce cas précis, ce sera l’abandon tout simplement. Dans le cas des pneus, une valeur chiffrée (comprise entre 0 et 100) affiche clairement l’état de chacun d’entre eux et leur adhérence. Cette valeur évidemment diminue au fur et à mesure de la course, ce qui peut rendre l’adhérence particulièrement précaire au bout d’un moment. Faites donc bien attention à la longueur des spéciales que vous avez au programme.En effet, les spéciales s’effectuant toujours par paire, vous n’aurez pas la possibilité de réparer votre voiture et de changer les pneus entre chaque épreuve.

Sur ce point d’ailleurs, le règlement du WRC (World Rally Championship) stipule que les équipes ne disposent que de 45 minutes pour effectuer un maximum de réparations sur les voitures. Ainsi, si votre véhicule est franchement endommagé, vous aurez peu de chances de pouvoir repartir avec une auto au maximum de ses possibilités. De plus, si vous dépassez ce délai de 45 minutes, des pénalités de temps plus ou moins élevées selon votre dépassement pourront vous être infligées, ce qui vous compliquera nettement la tâche au niveau du classement du rallye.

WRC-8-Menu-Réparations-Voiture

Des possibilités de réglages infinies

Concernant les possibilités de réglages dans WRC 8, résumons la chose simplement : Tout est paramétrable (suspensions, boite de vitesses, différentiel, freins, aérodynamisme…). Ainsi, les développeurs ont voulu offrir aux joueurs la possibilité de paramétrer leur voiture dans les moindres détails. Si vous n’êtes pas très friands de passer du temps dans ces menus de réglages ne vous inquiétez pas car, comme pour le gameplay, vous pouvez choisir de laisser ceux-ci en mode « Classique » c’est-à-dire à un niveau de base adapté à tous.

De plus, il n’y a pas que la voiture en elle-même qui peut être réglée car la position de la caméra peut l’être également. En effet, une des critiques sur les précédents épisodes était sa position pas toujours optimale par rapport à ce que recherchaient les joueurs. Et bien pour palier à cela, l’équipe du jeu a également « tout débloquer », vous laissant la possibilité de pouvoir définir la position de la caméra en hauteur, en largeur, mais également en profondeur.

WRC-8-Gameplay-Mexique-Tempête

Un nouveau système de météo dynamique

Il s’agit là encore d’une toute nouvelle fonctionnalité, inédite dans la série WRC. C’est surtout un ajout que les développeurs avaient en tête depuis un moment, mais qu’ils n’avaient pas plus implanter dans leur jeu par manque de temps de développement. Grâce à ces 2 années de travail, le système de météo dynamique est une réalité et il est particulièrement efficace et réussi. Au cours d’une même spéciale, vous pouvez en peu de temps passer d’un temps clair/ensoleillé à un temps couvert voire orageux et inversement.

 

Pour résumer la chose, les développeurs ont découpé chaque spéciale en 3 tronçons où sont définis pour chacun l’état des conditions météo et d’humidité. C’est ici que le météorologue prendra toute son importance. En effet, de base vous n’aurez accès qu’aux informations du premier tiers de la course. Pour avoir accès aux 2 autres, il vous faudra le développer afin que celui-ci soit capable de vous prédire l’évolution des conditions climatiques. Concernant cette évolution des conditions météo, celle-ci peut-être réglée en mode « scénarisé » ou en mode « réaliste ».

En mode « scénarisé », c’est vous qui allez définir les variations des conditions météo au cours de la spéciale, comme par exemple une météo allant du beau temps à l’orage. En mode « réaliste », l’évolution du temps dépendra du pays dans lequel vous roulez. Selon que vous roulez en Corse, en Australie ou en Argentine par exemple, vous ne connaîtrez pas forcément les mêmes conditions de course. En somme, la météo dynamique apporte un réel challenge dans WRC 8 par l’imprévisibilité des spéciales. Cela renforce la notion de stratégie dans le jeu car selon l’évolution des conditions météo, vous devrez bien choisir vos pneumatiques et les réglages de votre voiture. En outre, par ce biais, d’une saison à une autre, la même spéciale ne se passera jamais d’une manière similaire, ce qui fait que vous devrez toujours vous adapter.

WRC-8-Gameplay-Corse-1

Une vitrine vidéoludique de toute beauté

S’il y a bien un constat que nous avons pu faire dès nos premières minutes de prise en main du jeu, c’est que celui-ci est vraiment réussi au niveau des graphismes. Comme dit précédemment, les voitures sont très bien reproduites, aussi bien intérieurement qu’extérieurement, mais les décors ne sont pas en reste, loin de là. En effet, on sent tout de suite que les équipes du studio ont mis les moyens pour reproduire le plus fidèlement possible les ambiances des différentes destinations du Championnat du Monde des Rallyes. Que ce soit les paysages rocailleux de Corse ou d’Argentine, les forêts luxuriantes d’Australie, les forêts enneigées de Suède ou les paysages mythiques du Monte-Carlo, tous ont été reproduits au plus proche de la réalité avec un réel souci du détail.

De plus, lors des spéciales, on peut même apercevoir à chaque virage les traces de freinage des autres concurrents, ainsi que leurs trajectoires, notamment sur les sols terreux. Dans ce cas précis justement, on peut voir des cailloux de différentes tailles sur le sol, détail qui aura en plus des incidences sur le comportement de la voiture et donc sur le pilotage, ce qui montre le niveau d’exigence que les équipes de Kylotonn se sont imposées. De même, lors de courses se passant à des moments bien spécifiques de la journée comme l’aube ou le début de soirée, on a reçu une réelle claque visuelle en observant des détails comme l’intrusion des rayons du soleil à travers la végétation, le rendu des ombres sur le sol ou encore les arbres remuant au gré du vent.

En somme, au niveau des graphismes, WRC 8 a su bien poursuivre le travail initié sur le précédent opus et nous livrer un rendu de haute qualité qui a réellement flatté notre rétine. Toutefois, on a pu observer un détail qui vient un peu gâché la perfection de l’oeuvre des équipes de Kylotonn et mettre une ombre au tableau. En effet, lors de spéciales à travers la forêt australienne, nous avons pu remarquer parfois que la richesse des décors provoque un chargement et une « mise à jour » des textures lorsque l’on s’approche des détails concernés. Ce constat est également valable pour certaines textures comme celles des rochers en Corse.

WRC-8-Menu-Principal-Competition

Pas d’évolutions majeures des modes multijoueurs

A la différence de la Carrière, les modes multijoueur ne nous ont pas marqué plus que cela car ils sont relativement classiques.On retrouve un mode en écran splité jouable à 2 mais également un mode en ligne pour affronter d’autres joueurs et tenter d’obtenir le meilleur temps. Toutefois, on peut noter l’apparition d’une légère variante du mode en ligne sous forme d’événement plus ou moins scénarisé nous mettant dans la peau d’un des pilotes officiels du championnat WRC, avec pour but encore et toujours d’établir le meilleur chrono.

Enfin, un mode eSport devrait être disponible mais accessible qu’au moment des rallyes en question.

Conclusion

Avec WRC 8, les équipes ont su capitaliser sur les améliorations apportées par le 7ème épisode et profiter d’un temps de développement plus long pour pouvoir apporter des améliorations déterminantes,  comme le mode Carrière complètement revisité ou encore la météo dynamique. Même si l’aspect clairement simulation du titre pourra poser quelques difficultés à certains, son gameplay apporte une réelle tension lors des courses, similaires à celles que doivent ressentir les pilotes en situation. De notre point de vue, nous avons trouver que WRC 8 est vraiment immersif. Quant aux graphismes, ceux-ci nous ont infligé une véritable claque visuelle par leur beauté, autant au niveau des environnements que des voitures, malgré quelques errements. En somme, WRC 8 est pour nous une véritable réussite et est un nouvel exemple que lorsque les développeurs peuvent prendre leur temps, le résultat peut être vraiment réussi.

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV4K  Jeu fourni par l’éditeuroui
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu14 heures
  Niveau de difficultéfacile  Jeu terminéoui

+ Les plus

  • Gameplay dynamique et immersif...
  • Une modélisation impressionnante...
  • Mode Carrière très réussi.
  • Les interactions avec l’environnement.
  • Météo dynamique et de l’imprévisibilité aux courses.
  • Le système de gestion des dégâts et d’usure.
  • Les statistiques détaillées de fin de course
  • Tout est paramétrable dans le jeu !
  • Tout le contenu officiel du WRC.

- Les moins

  • … mais exigeant !
  • … mais souffre parfois de textures qui "popent".
  • Un multijoueur pas vraiment nouveau.
  • Certains véhicules sont vraiment difficiles à contrôler.
Tel un chasseur traquant sa proie, je suis toujours à la recherche de nouveautés de l'actualité JV pour les partager, quelle que soit la plateforme.

1

  1. Diantre ! Je ne pensais pas voir ce jour arriver. Que la série WRC revienne sur les rails et arrive à concurrencer les DIRT. Je m’étonnais même de voir les éditeurs continuer à financer le développement de nouveaux épisodes. Bone nouvelle. Je vais regarder ça de plus près.

Vos réactions

Mot de passe oublié