• Actualité
  • Communauté
  • Game Pass
  • Bons plans
  • Gears_5_Hivebusters_persos

    The Coalition : Gears dans le sang

    [vc_row][vc_column][vc_single_image image= »112584″ img_size= »large » alignment= »center » onclick= »link_image »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]The Coalition est un studio de développement de jeux vidéo basé à Vancouver, au Canada. Fondé en 2010, la société est aujourd’hui en charge du développement de la franchise Gears of War. C’est ainsi qu’elle s’occupe de la création des nouveaux jeux de la licence et veille à la production de contenus et objets dérivés. Depuis sa création, The Coalition est un studio interne de Microsoft et fait donc partie des Xbox Game Studios.

    [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_message message_box_color= »chino » icon_fontawesome= »fab fa-xbox »]

    Fiche d’identité de The Coalition

    • Fondateur : Microsoft
    • CEO : Mike Cramp
    • Localisation :  Vancouver, Canada
    • Effectifs estimés en septembre 2020 : Entre 150 et 200 personnes (janvier 2022)
    • Jeux notables : Gears of War 4 et 5
    • Jeux en développement : Gears 6 et au moins une nouvelle licence

    [/vc_message][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

    Genèse et Vie de The Coalition

    Création et vie avant Gears of War

    En 2010, lors de sa création, The Coalition porte un autre nom. Le petit studio canadien s’appelle alors Zipline Studios et n’a pas les mêmes ambitions qu’aujourd’hui. A l’époque, il s’affaire d’ailleurs à mettre sur pied un jeu destiné aux utilisateurs de Facebook. Relic Rescue, c’est son nom, sort dans le plus grand des anonymats l’année suivante en 2011, peu avant que Microsoft opère de sérieux changements au sein du studio. 

    En effet, quelques semaines après la mise en ligne de Relic Rescue, Zipline Studios change de nom. La société de Vancouver devient Microsoft Game Studios Vancouver et s’oriente vers de nouveaux projets. Les jeux sociaux ne sont plus à l’ordre du jour et l’avenir se dessine autour de Kinect et d’un free-to-play de simulation de vol. Le studio canadien commence ainsi à travailler sur un projet d’envergure répondant au nom de code de Columbia et sur Microsoft Flight.

    Microsoft-Flight-Studio-Vancouver

    Microsoft Flight verra le jour début 2012. Il s’agit ici d’un spin-off de Microsoft Flight Simulator qui sort dans une indifférence notable et largement oublié aujourd’hui. Du côté de Project Columbia, l’objectif est alors d’offrir aux joueurs un jeu de tir AAA dédié à la caméra Kinect de la Xbox 360. Malheureusement, le projet ne verra jamais le jour. Le 25 juillet 2012, Microsoft annonce en effet l’arrêt pur et simple du développement de Project Columbia ainsi que des futurs extensions de Microsoft Flight. 35 salariés sont alors licenciés et le studio s’apprête à nouveau à faire peau neuve. 

    Quatre mois plus tard, en novembre 2012, Microsoft annonce que le studio est rebaptisé Black Tusk Studios. Sa mission est alors d’importance puisqu’il a la charge du développement d’une toute nouvelle licence. Le constructeur a alors pour ambition de créer une franchise capable de rivaliser avec leur autre produit maison : Halo. 

    Nous travaillons sur la prochaine grande franchise de Microsoft. Nous ne travaillons pas sur une franchise existante. Nous cherchons à construire le prochain Halo, ici à Vancouver, ce qui est vraiment passionnant. Nous construisons quelque chose de zéro.

    Mike Crump, directeur de Black Tusk Studios – Novembre 2012

    Pendant deux années, Black Tusk Studios travaille pour proposer une expérience unique aux joueurs sur Xbox One. Une courte bande-annonce de leur projet est d’ailleurs dévoilée en juin 2013, lors de l’E3. Celle-ci marque quelques esprits et augure d’un titre d’action aux inspirations diverses. Après le salon, le studio replonge en apparence dans son développement et se fait alors silencieux. Un mutisme qui dure jusque début 2014 où les directives des équipes changent à nouveau. Le 27 janvier, Microsoft annonce avoir acquis la franchise Gears of War et confie à Black Tusk Studios la lourde tâche d’en développer le prochain opus. 

    The Coalition prend vie

    En récupérant la franchise Gears of War à Epic Games, Microsoft signe également la venue de Rod Fergusson. Personnage emblématique de la série, l’homme est le producteur exécutif des trois premiers épisodes de la saga Gears. C’est donc pour superviser le développement de la licence que Rod Fergusson arrive au sein de Black Tusks Studios. En juin 2015, il annonce que le studio change à nouveau de nom pour pour celui que nous connaissons tous : The Coalition. Ce renouveau n’est pas anodin et doit signifier l’implication de la structure et ses responsabilités vis-à-vis de la licence. The Coalition est dorénavant le gardien du temple Gears. [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_message message_box_color= »success »]

    L’origine du nom du studio

    Il ne faut pas aller chercher bien loin l’origine du nom du studio de Vancouver. Gears of War met en effet en scène la Coalition des Gouvernements Unis et c’est donc de là que les équipes ont puisé leur inspiration. Cependant, si ce nom provient directement du lore de Gears, il fut aussi retenu pour sa signification. Comme le précisait Rod Ferguson à l’époque, « une coalition est une équipe de diverses personnes qui travaillent ensemble dans un but commun ». Une définition qui colle évidemment parfaitement à un studio de développement où les équipes avancent toute avec un seul objectif : produire le jeu le plus qualitatif possible !

    Avec ce nom, le but de Rod Ferguson et ses équipes était de s’approprier pleinement la licence Gears. « Quand les gens entendent 343 Industries, ils l’associent à Halo. Quand ils entendent Turn10, ils savent qu’ils sont les créateurs de Forza. À l’avenir, quand vous entendrez The Coalition, nous voulons que vous pensiez à Gears of War ». Un objectif clairement atteint. [/vc_message][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

    Au même moment, à l’E3 2015, The Coalition dévoile deux projets pour Gears. Le premier d’entre eux est un remaster du tout premier opus sorti sur Xbox 360. Baptisé Gears of War Ultimate Edition, le projet voit le jour en moins de 18 mois en collaboration avec Splash Damage. Il propose l’aventures originales avec des graphismes et un son largement améliorés ainsi qu’une résolution haute définition à 1080p. En solo le jeu tourne en 30 images par seconde tandis qu’il atteint les 60 images par seconde en multijoueur. La réception du titre est majoritairement positif malgré quelques problèmes d’IA ou l’absence de nouveautés. Gears of War Ultimate Edition hérite d’un 82/100 sur Metacritic. 

    Gears-Of-War-Ultimate-Edition-Cover-MS

    En parallèle, The Coalition oeuvre à offrir un quatrième opus à la saga. Pour cela, le studio essaie de revenir à l’essence de Gears of War et propose de nouveaux héros et quelques nouvelles mécaniques de jeu. Gears of War 4 sort en 2016 dans une version développée en collaboration, une nouvelle fois, avec Splash Damage pour la partie multijoueur. La campagne du titre offre le même niveau technique que l’Utimate Edition, c’est-à-dire une résolution en 1080p et un framerate de 30 images par seconde tandis que les modes multi s’animent en 60 images/seconde. L’aventure divise cependant les joueurs, partagés entre le plaisir de retrouver une licence qui évolue et des errements techniques qui gâchent l’expérience du TPS.

    Enfin, c’est aussi sur cet opus que The Coalition collabore pour la première fois avec Ramin Djawadi. Le compositeur, connu pour son travail sur la série Game of Thrones de HBO, apporte un nouvel univers à la licence. Les orchestre et cordes se veulent plus nombreuses et offrent une BO raffiné au titre. Gears of War 4 bénéficie d’une note de 84/100 sur Metacritic.

    Gears s’ouvre enfin

    2 ans plus tard, en 2018, The Coalition présente Gears 5. Le nouvel opus de la licence abandonne le suffixe “of War” comme un signe de renouveau et change à nouveau son personnage principal. Désormais, les Fenix père et fils sont relégués aux rangs de personnages secondaires et s’effacent devant Kait Diaz. Rod Fergusson s’explique d’ailleurs de ce choix en assurant que Kait était déjà un personnage clé de l’aventure précédente. 

    C’était un choix naturel. Lorsque vous jouez à Gears 4, pensez à Mad Max : Fury Road. C’était vraiment l’histoire de Furiosa, et Max était second choix. C’est ce que l’on ressent dans Gears 4. Tout le jeu consiste à sauver la mère de Kait, et JD est vraiment là pour l’aider.

    Rod Fergusson – Directeur de The Coalition – Juin 2018

    Gears 5 sort finalement en 2019 et bénéficie d’un accueil chaleureux. Le renouveau qui se ressent dans la franchise, avec des zones désormais plus ouvertes qui succèdent à des environnements confinés, fait mouche et est salué collectivement. Sur Metacritic, la note du jeu est de 84/100 et Gears 5 rassemble plus de 3 millions de joueurs sur sa première semaine de lancement. 

    Cependant Gears 5 n’est pas la seule nouvelle entrée dans la série des Gears. Peu avant le lancement de Gears 5, les joueurs découvrent sur leur smartphone Gears POP ! Inspiré de l’univers de Gears mais stylisé façon figurine Pop, le jeu se veut être un Clash Royale. Pour l’occasion, The Coalition laisse le développement du jeu aux mains de Mediatonic. Gears POP ! regroupe plus d’un million de joueurs à sa sortie le 22 août 2019 sur Android. 

    gears-5-dolby-vision

    En association cette fois avec Splash Damage, The Coalition souhaite ouvrir la licence Gears à de nouveaux joueurs. Pour cela, les deux équipes conçoivent un jeu de stratégie au tour par tour, façon X-COM, baptisé Gears Tactics. Le jeu est d’abord développé pour PC et bénéficie aussi d’une sortie sur consoles de salons lors de la sortie des Xbox Series. L’accueil pour cette première percée dans un genre nouveau pour la licence est encourageant puisque Gears Tactics affiche une note de 81/100 sur Metacritic. 

    En mai 2020, Rod Fergusson annonce son départ de The Coalition pour rejoindre Blizzard Entertainment. Son départ laisse un vide certain d’un point de vue grand public puisqu’il incarnait l’immense majorité des prises de paroles du studio. Mike Cramp prend sa succession et recentre très rapidement les équipes sur leurs missions : développer les prochaines aventures de Gears. Et avant Gears 6, un DLC nommé Hivebusters sort fin 2020 sur Xbox One et Xbox Series. Le contenu est relativement court mais sa réalisation technique subjugue, tout comme le rythme du jeu. The Coalition livre là sa vision la plus convaincante de Gears et promet de belles perspectives pour l’avenir. 

    L’avenir de The Coalition

    Depuis, The Coalition se consacre au développement de la franchise Gears of War. À ce titre, une nouvelle entrée dans la série est d’ores et déjà prévue pour les prochaines années. Gears 6 devrait être la suite des événements dépeints dans Gears 5 et devrait nous permettre de retrouver Kait. Pour l’heure, aucune date n’est annoncée mais l’on sait déjà que le jeu sortira sur Xbox Series X|S et tournera sous Unreal Engine 5. 

    En 2021, le studio se lance d’ailleurs pleinement sur ce nouveau moteur. Les équipes produisent deux démos techniques qui sont dévoilées dans le courant de l’année et attirent l’attention d’Epic Games. Dans la foulée, les deux entreprises collaborent pour proposer la démo Matrix Awakens en décembre de la même année. Une démo technique jouable sur Xbox, Playstation et PC, qui offre un aperçu des prochains jeux qui arriveront sur nos consoles de salon. Et si le résultat est loin d’être inoubliable, il permet aux canadiens de dompter le dernier moteur d’Epic Games et d’en tirer de nombreux enseignements.

    demo-UE5-The-coalition

    Ces leçons, cette expérience déjà acquise, serviront donc à la licence Gears mais également à des projets inédits. La société est en effet au travail sur au moins une licence inédite dont la forme et l’ambition sont aujourd’hui encore inconnues. Et, dans la continuité des précédents partenariats, il n’est pas à exclure que The Coalition mandate d’autres studios pour permettre à la franchise de se développer plus encore.

    [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »16px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

    Découvrir l’histoire des autres studios internes de Xbox

    Merci à vous pour la lecture de cet article. Nous espérons que celui-ci vous a plu et a enrichi votre culture sur The Coalition. Si c’est le cas, nous vous invitons à découvrir le récit des autres Xbox Game Studios, ainsi que les titres sur lesquels ils œuvrent aujourd’hui.[/vc_column_text][vc_btn title= »Découvrir tous les Xbox Game Studios » style= »flat » shape= »square » color= »success » align= »center » i_align= »right » i_icon_fontawesome= »far fa-caret-square-right » add_icon= »true » link= »url:https%3A%2F%2Fxboxsquad.fr%2Fxbox-game-studios%2F|title:inXile%20Entertainment%2C%20une%20certaine%20vision%20du%20RPG|| »][/vc_column][/vc_row]