Test – Tennis World Tour assure le service minimum

Deuxième jeu de tennis à paraître durant le mois de mai, Tennis World Tour propose une expérience radicalement différente de celle offerte par AO International Tennis. Développé par le studio Breakpoint sous l’égide de l’éditeur Bigben Interactive, le titre qui nous intéresse aujourd’hui dispose de ses propres points forts tout en étant assez faible dans d’autres domaines, la comparaison sera inévitable mais ce ne sera pas le sujet dans ce test puisqu’AO International Tennis n’a pas eu à être opposé à son concurrent direct au moment du test.

Le mode Carrière est vraiment agréable, même si on note quelques détails qui auraient pu être mieux intégrés.

Devenir le numéro 1 mondial, l’objectif de la Carrière.

Le but ultime de tout joueur présent  sur le circuit ATP est bien évidemment de devenir le numéro 1 mondial tout en engrangeant des victoires prestigieuses dans l’un des quatre tournois du Grand Chelem, ce qui est également l’expérience proposée par Breakpoint dans Tennis World Tour à travers un mode Carrière qui se révèle plus qu’agréable. Pourquoi ? Parce que le studio a intégré plein de bonnes idées pour que notre chemin ressemble au quotidien d’un vrai tennisman : avoir le choix entre participer à un tournoi ou se reposer, prendre part à des entraînements pour augmenter temporairement ses statistiques, engager un entraîneur, un agent, faire le bon choix en termes de matériel utilisé, développer ses compétences pour développer le jeu dont nous rêvons et même participer à des événements extra-sportifs. L’esprit dans lequel est établi le mode Carrière se veut réaliste et les bases sont prometteuses.

On se rend assez vite compte qu’il y a quelques limites à ce mode qui feront crier au scandale les plus puristes d’entre vous. Premier point : un éditeur de personnage plus que succinct, j’aurais même tendance à dire inexistant avec seulement quelques paramètres bien tristounets : dix pré-sélections de visages, une petite biographie, le choix de quelques animations pour le service et le revers. Voilà, vous êtes prêts pour votre Carrière. Cela implique qu’il sera fréquent de croiser son sosie ukrainien, marocain ou chinois dans le jeu. Un minime détail certes mais qui fait quand même un peu tâche par rapport à la vision initiale proposée par les équipes de développement de vouloir proposer une expérience réaliste.

L’autre limite fait plutôt office d’un manque de cohérence. Si l’idée de devoir gérer son planning en effectuant des choix dans les tournois on participe ou si on se laisse un moment de répit, dans les faits cela est trop simpliste. En effet, une saison est découpée en 12 mois avec une limite d’un événement mensuel. En gros, soit vous vous reposez, soit vous vous entraînez, soit vous participez à un tournoi. Il aurait été sympathique de découper un mois en deux ou trois semaines distinctes avec un système similaire à celui d’EA SPORTS UFC 3 par exemple. D’autant plus que la perte d’énergie de votre joueur est fixe en fonction du nombre de matchs donc après un tournoi du Grand Chelem il vous faudra vous reposer quelques temps (un mois de repos vous permet de récupérer 20% de votre énergie).

Je pinaille sur des détails mais rassurez-vous, je n’ai jamais été aussi content de mener mon avatar virtuel vers la place de numéro 1 dans une Carrière qui se montre intéressante à vivre à la fois sur le court terme avec tous les types de tournois présents, toutes les surfaces et une IA qui s’adapte en fonction du prestige du tournoi, et sur le long terme avec le sentiment de réellement progresser au fil de nos victoires.

La légende dit que papa était un chaud lapin... Incroyable le nombre de frères jumeaux que j'ai rencontré ! La famille avant tout...

Des à-côtés plutôt maigres.

Actuellement, le principal intérêt de Tennis World Tour est ce fameux mode Carrière. A côté de cela, le contenu se révèle très maigre. Il est bien entendu possible d’aller dans l’Académie pour parfaire votre jeu avec des tutoriels et exercices classiques mais efficaces. La possibilité de participer à des matchs d’exhibition ou de simples tournois fait également partie du programme. Il est pour l’heure impossible de jouer en ligne ou d’effectuer des matchs en double. Ces ajouts sont prévus et une mise à jour du test sera effectuée à ce moment-là. De ce que nous pouvons en voir depuis le menu principal, le mode Online vous permettra un simple système de matchmaking pour effectuer des matchs rapides. J’espère davantage de possibilités au moment de sa disponibilité !

Les sensations sont intéressantes avec un gameplay qui mise sur la diversité des échanges.

La force du jeu : des rencontres diversifiées.

Que ce soit en Carrière ou en match simple, il est très agréable de voir que Tennis World Tour propose des rencontres tendues, prenantes et surtout diversifiées. Chaque joueur rencontré base son jeu sur des aspects bien précis : service fort, jeu précis, endurance, gestion des moments forts, etc. Bien que tous les joueurs ne soient pas réellement uniques, sur de courtes sessions de jeu on prend plaisir à rencontrer différents styles de jeu auxquels il faudra s’adapter pour remporter la victoire.

A cela il faut ajouter la prise en compte des différentes surfaces qui, sans être transcendantes, offrent des sensations en adéquation avec la réalité : la vitesse de la balle est plus rapide sur surface dure, les rebonds sont plus importants sur gazon et la surface reine, la terre battue, offre tout le sel que nous sommes en droit d’attendre. Encore une fois, le studio Breakpoint propose le service minimum pour cet aspect qui est tout de même important dans un jeu de tennis.

Cerise sur le gâteau, j’en viens désormais à une mécanique de jeu très bien intégrée et pensée pour diversifier davantage les matchs auxquels nous participons : les aptitudes. A travers une progression échelonnée sur des niveaux d’expérience, vous obtiendrez des cartes d’aptitudes qui s’améliorent quand vous effectuez des matchs en les ayant équipées au préalable. Elles se déclenchent en cours de jeu à des moments spécifiques, c’est à vous de vérifier si les conditions d’activation correspondent à votre style de jeu : que vous soyez plutôt prompt à finir les échanges rapidement ou que vous ne vous souciez pas de les faire durer, que ce soit plutôt dans un style agressif ou défensif, etc. Plus d’une cinquantaine de cartes différentes sont présentes alors que vous ne pouvez en équiper que trois. Gain de puissance, meilleur contrôle de la balle, vitesse d’attaque, endurance moins gourmande, il est ainsi possible d’optimiser votre manière de jouer. Les IA possèdent également des aptitudes et c’est ici toute la dimension tactique du tennis qui est intégrée dans Tennis World Tour par cette mécanique. Une idée géniale qui devrait surtout s’adapter parfaitement au jeu en ligne, un aspect que je vérifierais une fois cette composante disponible.

Double faute.

Pétri de bonnes intentions, Tennis World Tour est malheureusement capable de quelques sorties de balle qui viennent ternir le beau résultat qui s’annonçait. Premièrement, des micros saccades d’une demi-seconde interviennent assez fréquemment. Cela a pour incidence de nous faire sortir de l’échange en se demandant si le jeu ne va pas tout simplement crashé. Mon confort de jeu a été réduit en raison de ces petites latences qui entraînent souvent la perte du point même si on appuie sur une touche permettant d’effectuer un coup. Mauvais délire.

L’autre problème vient de ces coups suréalistes où les joueurs (que ce soit notre avatar ou l’IA) frappent la balle sans la toucher… Un problème de hitbox par rapport à la multitude de raquettes présentes dans le jeu ? Si j’en ignore la raison technique, il se trouve que cela gâche aussi certains échanges car bien souvent je me suis dit : ça y est, cette balle il ne pourra pas l’avoir ! M’arrêtant alors de jouer, je me suis fait surprendre par ces retours miraculeux et surréalistes.

Ambiance de folie ?

Visuellement, Tennis World Tour n’est pas désagréable à l’œil. En cours de jeu, les animations sont bien retranscrites avec l’utilisation de la Motion Capture mais ce sont les transitions qui manquent de fluidité. Un détail qui ne m’a pas dérangé plus que cela car le jeu est propre sans être éblouissant. La modélisation des joueurs / joueuses est simple tandis que les environnements sont jolis mais manquent de vie. C’est flagrant notamment lorsque nous jouons sur terre battue où la surface ne se dégrade pas au fil de la rencontre avec l’apparition des nombreuses traces spécifiques à cette surface, synonyme d’un combat acharné entre les deux joueurs. Dommage mais pas rédhibitoire.

Visuellement c'est propre mais ça manque un peu de vie tout cela...

Niveau ambiance, Breakpoint fait du bon boulot avec une foule plus ou moins importante en fonction de l’importance du match. Les réactions du public sont souvent en adéquation avec notre propre ressenti. Une balle qui attrape in extremis une ligne : on se dit que ce n’était pas si loin d’être faute et le public réagit de manière identique. Elles sont toutefois un peu trop stéréotypées et manque également de dynamisme. Quid du relou qui crie alors qu’on s’apprête à servir ? Ou des cris d’encouragement avant un point important ? Le public réagit surtout à la conclusion des échanges, il aurait été sympathique que ce soit le cas à d’autres moments de la rencontre.

Au rayon des choses prévues par les développeurs, l’optimisation Xbox One X devrait être disponible assez rapidement même si nous ne disposons pas d’informations complémentaires à ce propos.

Conclusion

Tennis World Tour promet de belles heures de jeu avec un gameplay misant sur le timing mais également plein de paramètres tels que la position de votre joueur, vos statistiques ou ces fameuses cartes d’aptitudes qui viennent pimenter les rencontres. Breakpoint réussi à nous donner du plaisir avec un mode Carrière bien fichu qui nous permet de gérer notre calendrier comme on le souhaite. Malheureusement, Tennis World Tour, s’il reste un bon jeu de tennis, est encore trop superficiel pour devenir le must-have auquel on s’attendait tous : l’absence totale d’éditeur de personnage, des micros saccades, des coups surréalistes et une réalisation générale qui aurait pu être de meilleure facture. Ne boudons pas notre plaisir car ces petites imperfections, le studio a déjà promis de les régler via les prochaines mises à jour mais en l’état au moment de sa sortie Tennis World Tour reste un jeu avec lequel on prendra du plaisir de temps à autre.

+ Les plus

  • Le mode Carrière sympathique
  • Les cartes d'Aptitude
  • De bonnes sensations manette en mains
  • La gestion des différentes surfaces

- Les moins

  • L'éditeur de personnage minimaliste
  • Un concept de gestion pas assez poussé
  • Les coups suréalistes
  • Les micros saccades
7

Je suis tombé dans la marmite Xbox en 2003 et depuis je n'ai plus besoin de potion magique pour m'intéresser à tous les jeux qui sortent sur ces belles machines au fil des années. Je suis accessoirement un PGM en mousse.

3

  1. J’essayerais de donner mon avis dans la rubrique du forum adéquat. Tu soulèves pas mal de points que cela soit positif ou négatif commun à ce que je penses. Bon je dirais que du coup la note finale ne reflète pas mon ressenti après la lecture du test .
    J’ai beau préférer TWT il faut qu’ils soient conscients que en face les mises à jour s’enchaînent et qu’ils ne sont pas à l’abri d’une mise au placard définitive des fans de la balle jaune si ils ne réagissent pas très vite… Même si vu le bashing de la presse ( à tort et à raison) le mal est sans doute déjà fait.

    • Je ne comprends pas trop le bashing autour du jeu. Soit j’ai des exigences moindres que certains, soit je suis passé à côté de quelque chose. Il y a beau avoir des points d’amélioration, cela ne m’a pas empêché de prendre du plaisir sur ce jeu, et bien plus que sur AO International Tennis. Je base ma note principalement en fonction des sensations que m’a procuré le jeu à l’instant T. J’ai hâte du débat :D

  2. Je pense que le bashing vient surtout du contenu et du contenant donné le jour de la sortie en sachant qu’il n’y a pas eu de patch avant quelques jours et que cela n’a pas résolu le manque qu’il a. Pour info AO a attendu 15-16 patchs pour se transformer de catastrophe tennistique en jeu plaisant…
    Breakpoint a du boulot même si comme je dis la base est plutôt bonne ( gameplay rythme animation réalisme des coups)

Vos réactions

Mot de passe oublié