The Aquatic Adventure of the Last Human

Un petit jeu pour une grande aventure

L’apriori est un vilain défaut. Si par mon état d’esprit, j’évite les conclusions hâtives, cela ne concerne pas tout le monde. Il ne serait pas étonnant quand vous verrez apparaître ce jeu sur notre page d’accueil en raison de notre test, vous vous dites que ce jeu ne mérite pas votre attention. Bien loin des AAA aux campagnes marketing à gros budget, The Aquatic Adventure of the Last Human rejoint le catalogue Xbox des productions les plus modestes. C’est le studio Y/CJ/Y composé de deux personnes qui est à l’origine de ce titre bien mystérieux.

La première impression est plutôt austère ; il n’y a aucun semblant de cinématique ou de mise en scène pour nous plonger dans les profondeurs du jeu. En à peine 2 minutes, montre en main, je comprends le speech malgré des textes entièrement en anglais et l’absence d’une introduction digne d’un gros jeu. Notre vaisseau est immédiatement aspiré par un trou de ver, les années défilent à une vitesse alarmante et nous nous retrouvons plongés au cœur d’un océan. Si le titre ne vous suffisait pas pour deviner le contexte : vous êtes désormais le dernier humain qui va devoir vivre une aventure aquatique.

La narration avant tout

Evoluant au sein des vestiges de notre humanité, j’apprends à manier mon submersible tout en m’intéressant aux messages contextuels précisant les événements qui nous conduisent ici. Il serait facile de considérer ces bulles informatives comme le seul élément permettant le développement du background mais ce ne serait pas rendre hommage au travail artistique. Je rencontre assez rapidement ma première difficulté, et même mon premier boss. Je comprends maintenant le rythme adopté par l’aventure : un subtil mélange d’exploration et de découverte tranquille couplé à des affrontements titanesques face à une dizaine de boss. Disposants de patterns, ces derniers mettront vos réflexes et votre intelligence à rude épreuve.

Un écran que vous verrez souvent lors des combats de boss

Il faut croire que malgré la destruction de l’Humanité, la cartographie existe toujours car une coupe transversale du niveau permet de s’orienter, laissant le joueur libre d’aller explorer les impasses en quête d’améliorations. Augmenter sa résistance, réduire le délai de regain de vie, nouvelles armes, nouveaux équipements, la progression au sein des différents environnements est conditionnée par l’acquisition de ces derniers sans pour autant demander des efforts surhumains au joueur. Résultat ? Un rythme assez soutenu qui m’a emballé et permis d’avancer dans le jeu sans m’en rendre compte avec la même sensation procurée par une balade en voiture un dimanche pluvieux sans but particulier.

Les environnements traversés sont nombreux

La véritable force de The Aquatic Adventure of the Last Human est d’amener le joueur à réfléchir sur des thèmes sombres comme l’extinction de notre espèce ou la solitude. La condition de base étant votre degré de tolérance aux nouvelles expériences. La patte graphique rebutera bon nombre d’entre vous mais l’aventure mérite le détour car la multitude de détails présents m’ont véritablement rendu mélancolique. Peut-même qu’au bout du chemin l’espoir pointe son nez…

Techniquement, le titre souffre de quelques micro-freezes, notamment lorsque vous passerez d’une zone à une autre mais rien qui ne soit pénalisant à l’expérience de jeu. Le tout est servi par une bande-sonore particulièrement travaillée et envoûtante qui ne fait que renforcer l’immersion (sans jeu de mot) de cette aventure aquatique. Seule ombre au tableau : le tarif pratiqué n’encouragera pas l’engouement pour ce titre qui ne jouira pas d’une couverture suffisamment important pour gagner à être connu.


The Aquatic Adventure of the Last Human est un petit jeu mais a su me prendre dans ses filets en captant mon attention et me procurant des émotions. Bon nombre d’entre vous n’accorderont pas sa chance au titre de Y/CJ/Y mais ceux qui franchiront le pas malgré un tarif peu attractif ne seront pas déçus si tant est que vous cherchiez un titre sachant vous amener à réfléchir grâce à sa direction artistique.

+ Les plus

  • Une excellente direction artistique
  • Le rythme mêlant exploration - combat

- Les moins

  • Un prix non attractif (14.99€)
  • La difficulté des combats de boss
7

Je suis tombé dans la marmite Xbox en 2003 et depuis je n'ai plus besoin de potion magique pour m'intéresser à tous les jeux qui sortent sur ces belles machines au fil des années. Je suis accessoirement un PGM en mousse.

1

  1. Exactement le genre de jeu qui peut me plaire. Dès qu’il y a un sous-marin, des combats et de l’exploration, je tente ma chance. Dès que je le vois passer en promo, “j’achète” comme dirait l’autre.

Vos réactions

Mot de passe oublié