Test – AO Tennis 2, encore un peu trop de fautes directes ?

Cette génération qui attaque sa dernière année sur le devant de la scène a eu pour moi un seul gros revers : le manque de simulation de tennis … de qualité. Pourtant, deux développeurs ont tenté de redonner ses lettres de noblesse au sport en 2018.  AO Tennis premier du nom tout d’abord, qui est sorti dans un état que l’on aurait pu clarifier de bêta tellement ses défauts étaient nombreuses. Tennis World Tour ensuite, qui malgré une bonne idée de départ avec ses cartes de spécialités, s’est totalement écroulé dans la fréquence de ses mises à jour et son suivi. Il termina d’ailleurs sa course par une version « définitive » vendu presque au prix fort avec comme seuls appâts le champion espagnol Nadal et les courts du Grand Chelem français. La messe était en fait dite depuis longtemps. Les développeurs de AO Tennis, Big Ant Studios, a contrario s’accrocha à leur bébé de manière assidue. Ils entreprirent un suivi très régulier de leur jeu pour le voir se muer en quelque chose d’enfin presque plaisant et réaliste. En Janvier 2020, juste avant le premier Grand Chelem de l’année, le deuxième opus est enfin disponible et nous allons voir si ce dernier a réussi à élever encore son niveau de jeu.

Zéro-Quinze

Parlons tout de suite de la chose qui va en fâcher plus d’un, alors que nous sommes actuellement envahis par les TFlops, fréquences des GPU ou mémoire RAM à l’orée de la prochaine génération, AO Tennis 2 du fait de son apparence globale, ne recevra pas la coupe du plus beau physique. Tout d’abord via ses menus qui sont d’une austérité égale à ce qui se faisait dans les années 90. Fond bleu, multitude de grosses cases grossières blanches dans les menus, musiques pop-rock en fond, le premier contact s’avère un peu brutal. Mais s’il n’y avait que les menus, cela n’aurait eu presque aucune importance. Cependant, sur les courts de tennis ou pendant les quelques cinématiques, la plastique montre vite ses limites : textures basiques, le public et les environnements tout droit sortis de l’ancienne génération, les juges de ligne et ramasseurs de balle complètement figés, un flou incompréhensible pendant la sélection des joueurs ou avec l’utilisation de l’outil de création. Malgré tout, la fidélité de la retranscription des courts, certains éclairages spécifiques et l’ambiance générale d’une partie de tennis arrivent tout de même à contrebalancer de manière un peu plus positive un constat graphique plus que mitigé.

Quinze-A

L’animation des joueurs de tennis en action reste un aspect aussi primordial, voir plus que les graphismes sur lequel je vais m’arrêter quelques instants. Dans l’ensemble, les différents coups tennistiques sont animés de façon variée et avec qualité. D’ailleurs, plusieurs styles de fond de court, de service ou d’attitude de retour sont disponibles lorsque l’on passe par la customisation ou à débloquer pendant la carrière de votre joueur : élégant, puissant, générique ou encore un style propre à une star du Tennis comme le service de Monfils ou de Isner. Néanmoins, il subsiste quelques manques et maladresses dans certaines actions particulières. On notera la fâcheuse tendance du coup bloqué en mode automatique dès lors que notre positionnement ne serait pas en adéquation avec la trajectoire de la balle. Également, on pourrait regretter l’absence d’un « chip and charge » pour permettre plus de réalisme lorsqu’on veut s’aventurer vers le filet. Quelques petits défauts qui entachent le tableau mais ne soyons pas trop sévère, la globalité reste de très bonne facture.

Trente-Quinze

La grande force du titre, et ce depuis le premier opus, c’est sans hésitation la richesse de ses paramètres et la présence de son outil de création. C’est bien simple, vous pourrez configurer plusieurs points de gameplay qui changeront drastiquement votre expérience de jeu. Il sera possible de modifier la vitesse de course des personnages, régler la vitesse de la balle selon la surface sur laquelle vous jouerez (dur, terre battue ou herbe) mais également, paramétrer la sensibilité de la visée qui sera d’une importance capitale si vous comptez dompter le jeu à haut niveau.

D’ailleurs le jeu ne compte pas moins de 8 paliers de difficulté ! Oui oui, 8 rien que ça ! On commence avec le mode « débutant » au timing et aux fautes complètement absentes couplé avec une I.A. fatiguée et on termine avec le mode « Grand Chelem » au timing diabolique et un adversaire qui vous enchaîne coups risqués et aces à tour de bras ! Il vous faudra plusieurs matchs pour jauger de votre niveau et pouvoir le régler correctement sans pour autant vous sentir frustrer. Il est, au demeurant, dommage que la difficulté du timing et de l’IA soit regroupée en un seul. Il aurait été bénéfique pour une meilleure courbe de progression de différencier les deux à mon avis.

L’outil de création est, quant à lui, LA pièce maîtresse du titre. Les forgeurs et ceux attachés à encore plus de réalisme s’en donneront à cœur joie pour combler les absences de certaines stars de la balle jaune, des tournois ou Grands Chelems connus,  des marques qui étayent les bords des terrains. Celui-ci est des plus complets et permet la confection de vos joueurs préférés de manière assez convaincante si on met de côté, une nouvelle fois, la faiblesse graphique. Il est d’ailleurs possible, pour les plus paresseux, de bénéficier des créations (plus ou moins réussies) des autres gamers. A vous les Djokovic, Federer, Murray ou les sœurs Williams, Sharapova et consorts en quelques clics. D’ailleurs, on pourra souligner que la palette de joueurs disponible de base dans le jeu n’est pas des plus ridicules même si, comme d’habitude, tous n’y font pas partie pour une raison de droits. 14 Hommes disponibles (Nadal, Wawrinka, Isner, Khachanov…) contre 11 chez les femmes (Garcia, Mladenovic, Barty…), la parité reste correcte même si comme d’habitude le roster féminin parlera beaucoup moins aux moins férus.

Trente-A

La grande nouveauté de ce nouvel AO Tennis, c’est l’amélioration du mode carrière qui bénéficie maintenant d’un caractère plus scénarisé. Lorsque vous vous lancez à la conquête de la première place à l’ATP avec, au choix, un joueur créé débutant ou avec un joueur star bénéficiant déjà de tout son talent, vous aurez une gestion supplémentaire à prendre en compte le long de votre carrière : votre réputation. Pendant les matchs, vous aurez le choix entre chaque point de faire réagir votre joueur de façon radicalement différente. Ce choix devra s’effectuer avec la croix directionnelle et il influera sur la perception qu’aura de vous les sponsors. Également, à des moments clés de votre carrière (victoire d’un tournoi, défaite significative, victoire contre une star), vous serez convié à une conférence de presse où les journalistes vous poseront plusieurs questions sur votre match, votre carrière, votre vie de tous les jours. Encore une fois, les réponses que vous donnerez modifieront votre réputation. Cette dernière est matérialisée par une jauge ange ou démon dans le panneau de votre personnage.Dans les faits, son incidence sur votre carrière reste malheureusement anecdotique. Les sponsors vous proposeront toujours des contrats, vous n’aurez pas de malus à proprement parlé et vous continuerez à enchaîner les tournois sans trop avoir à vous inquiéter de votre insolence avec les médias ou sur les courts.Et puis force est de constater que la redondance des cinématiques avec les mêmes dialogues ou les mêmes questions montre assez vite les limites de la feature.

Trente-Quarante

Autre problème qui intervient dans le mode carrière, c’est l’évolution de votre joueur dès lors que vous choisissez de partir de zéro.Plusieurs caractéristiques définissent les forces et faiblesses de votre tennisman(woman). Ils sont découpés en deux catégories : Les Attributs et les Compétences. Les Attributs rassemblent cinq catégories dont la Puissance, les Réflexes, la Vitesse du service, l’Endurance et la Vitesse de déplacement. Les Compétences, enfin regroupent les différents coups du tennis : Service à plat, lifté, slicé, coup droit à plat, lifté, slicé, revers, amortie, volée, lob. La différence entre les deux se situe sur la manière dont vous allez pouvoir faire évoluer. Et c’est là que le bât blesse. Les attributs s’améliorent avec des points que l’on gagne à chaque fois que notre personnage augmente de niveau. Ceux sont nos performances pendant les matchs ou les entraînements qui définissent le nombre de points d’expérience gagnés et ainsi le gain d’un niveau ou non. Jusque-là tout va bien. Mais pour améliorer vos Compétences, il ne vous faut que… De l’argent. J’ai trouvé cela complètement ubuesque comme procédé. Suffit-il qu’un joueur ait énormément d’argent pour devenir performant dans tous les compartiments du jeu ? Je ne pense pas. Et autre point négatif c’est qu’il n’y a aucune limite de points. Vous pouvez très bien augmenter toutes les Compétences et Attributs de votre joueur au maximum sans aucune limitation.

Mis à part ces points qui me laissent assez perplexe, le mode carrière est relativement plaisant à jouer car entièrement paramétrable (encore une fois !) à tout moment de la saison : Nombres de sets gagnants, nombres de jeux par set, tie-break, difficulté. Vos performances attireront des sponsors qui vous récompenseront en argent. Vous pourrez ainsi l’utiliser pour améliorer vos performances ou vous payer des coachs ou des managers dans divers spécialités. Mais attention si vous débutez depuis zéro et que vous avez été trop confiant dans la difficulté. Si vous ne gagnez pas de matchs ou trop peu, la progression en sera fortement ralentie. Une année de saison se découpe par semaine et vous aurez le choix entre diverses activités ou tournois selon votre classement. Il faudra d’ailleurs gérer votre fatigue entre les tournois pour ne pas finir blesser et devoir faire l’impasse sur une ou plusieurs compétitions.Tous les types de championnats sont représentés grâce, encore une fois, aux créations des joueurs. On débutera sur des petits opens locaux Futures 15, jusqu’à pouvoir s’engager dans les Masters 1000 et les quatre Grands Chelems au fur et à mesure de notre progression dans le classement. On regrettera l’absence du Nitto ATP Finals remplacé par une sorte de Coupe Davis pas très inspiré. Dans tous les cas, la durée de vie est assez conséquente pour peu que vous vouliez vivre ce mode comme dans la réalité !

Outre le mode carrière, vous aurez aussi la possibilité de créer des scénarios de matchs et de les partager avec les joueurs du monde entier, effectuer un tournoi, faire une petite partie rapide et bien entendu lancer un match en ligne contre d’autres adversaires humains. Autant vous l’avouez, je n’ai pas eu la possibilité de jouer en ligne car je n’ai pas trouvé d’adversaires aux heures où j’y jouais donc je ne pourrais vous parler si le jeu est parfaitement jouable online. Seule chose dont je suis certain, c’est que le classement en ligne utilisé est assez décevant si on le met en corrélation avec le mode carrière.Vous enchaînerez juste les parties rapides ou les parties classées. Votre classement sera ensuite calculé selon vos nombres de victoire, de jeux remportés… Dommage. Il aurait été pourtant facile d’implémenter des tournois à date fixe comme le faisait le regretté Top Spin 4. Un joli coup de raquette dans l’eau à mon avis.

Quarante-A

Parlons maintenant de la catégorie qui intéressera sûrement le plus grand nombre : le gameplay. Il a été assez difficile pour moi de le qualifier de bon ou de mauvais pendant un moment. Mais autant être clair, le jeu s’adresse en premier lieu aux amoureux de la simulation de Tennis. Si vous espérez y trouver le prochain remplaçant à un Virtua Tennis, vous risquez assez vite de casser plusieurs cordages de raquette (traduction : votre manette risque sans doute de prendre cher !). En effet, l’apprentissage est rude et vous devrez passer par une certaine humilité pour pouvoir commencer à dompter le timing des coups, les déplacements et le feeling de la visée. Et tout cela passe par un tâtonnement dans les paramètres de gameplay pour trouver celui où vous vous sentez à l’aise. Le plaisir n’est pas immédiat, loin de là, et c’est ce qui en fait sa force mais aussi sa faiblesse. Même si je ne peux que féliciter les possibilités de customisations et de réglages dans les paramètres, j’ai aussi l’amertume de me trouver devant une simulation de Tennis qui n’est pas fournie avec une jouabilité figée « clé en main ». Mais une chose est sûre, la courbe de progression est bien présente et dès lors que vous commencerez à dompter l’ensemble, le plaisir en sera décuplé et bien présent.

Cependant tout n’est pas encore rose et je déplore que de multiples coups (surtout à la volée) flirtent les lignes un peu trop en mode automatique. Vous subirez ou vous engendrerez des coups venant du cosmos en coup bloqué qui iront tout droit se loger dans le coin du court de tennis. Les fautes directes (qui vont pleuvoir durant votre apprentissage !) ont la fâcheuse tendance à se poser pratiquement toujours au même endroit à quelques centimètres près… Dans le domaine des reproches, je pourrais ajouter que le jeu manque d’une touche d’accélération de course et que certaines situations de jeu amènent vers un comportement étrange de votre joueur ou de l’adversaire (moonwalk, personnage figé sans raison, blessures à répétition pendant un match avec peu de conséquences sur le match…). Je regrette une nouvelle fois que le jeu à la volée soit un peu en retrait, moins facile à prendre en main et que la mauvaise visibilité de certaines balles flottantes ou lobbées soit aussi handicapante.

Avantage : Balle de break ou de debreak ?

AO Tennis 2 souffle souvent le chaud et le froid et pourrait en décourager plus d’un de sauter une nouvelle fois le pas. Malgré tout, le dernier jeu de Big Ant Studios est arrivé à me captiver du fait de son énorme marge de progression quant à notre maîtrise du jeu et par ses possibilités de créations et d’ajustements possibles. On peut aussi féliciter sa durée de vie dantesque offerte grâce à la pléthore de modes disponibles. Je déplore cependant qu’un effort supplémentaire n’a pas été effectué sur la partie esthétique. Cela lui ferme très certainement les portes du grand public et le réserve aux seuls assidus de la balle jaune. Espérons aussi que le studio australien continue le même travail de suivi que leur premier épisode…

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
 Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV4K/HDR/1080p  Jeu fourni par l’éditeurnon
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu40 heures
  Niveau de difficultéDébutant/Intermédiaire/Semi-Pro/Pro/Vétéran  Jeu terminéoui

+ Les plus

  • Un outil de création de qualité
  • Une durée de vie dantesque
  • Une grande marge de progression…
  • Un mode carrière complet…
  • Une simulation de tennis entièrement paramétrable…
  • Presque tous les joueurs et joueuses, tournois, logos à portée de quelques clics

- Les moins

  • Une esthétique d’une autre génération
  • Un Gameplay un peu trop en mode auto
  • … couplé à une difficulté parfois mal dosée
  • … avec quelques couacs d’incohérences en matchs ou sur la gestion du joueur
  • … mais qui perd un peu de son identité en chemin
Gamer depuis la Videopac, j'ai ensuite migré d'univers en univers jusqu'à celui de la XBox au printemps 2007 pour ne jamais le quitter.

5

  1. Sacré test @Kentarus. Merci bien mais vu ce que tu en dit, je ne vais pas ma laisser tenter. Ça fait bien longtemps que je n’ai pas fait un jeu de tennis mais une fois encore, je vais rester sur le banc de touche.
    Quoi ya pas de banc de touche au tennis ?!? M’en fous ! Je dis ce que je veux !!

  2. Comme le 1er, il faudra pas mal de patch avant qu’il soit bon.

    • Non du tout. On est plus dans la même configuration que lors de la sortie du premier. Le 2 c’est un peu la version finale du 1 avec quelques légères améliorations et des features en plus comme la reputation et la mode carrière.
      En ce qui concerne les mises à jour pour le moment il n’y a pas eu encore de patch ou d’améliorations depuis sa sotie, comme toi j’espère qu’ils vont continuer leur suivi.

  3. bontest mais le tennis et moi ça fait deux , je préfère encore le Cricket

  4. Je vais rester sur un bon souvenir top spin

Vos réactions

Mot de passe oublié