Test – Aqua Moto Racing Utopia, entre glisse et naufrage

L’été approche avec ses activités balnéaires rafraichissantes, sa chaleur étouffante et ses soirées orageuses fracassantes. Le studio suédois Zordix AB en profite ainsi pour rendre disponible sur Xbox One Aqua Moto Racing Utopia qui est sorti sur Switch en plein… hiver. Ayant la morphologie la plus sexy de toute la rédaction, c’est moi qui a été chargé de tester, en maillot de bain, ce week-end ce jeu de jet-ski qui souffle à la fois le chaud de l’été et le froid de l’hiver. Ça tombe bien, c’est encore le printemps.

Le capital sympathie est immédiat vu la rareté du genre dans le catalogue.

Enfin un jeu de jet-ski !

Après cette introduction sponsorisée par les 4 saisons dont je ne suis pas fier, il est temps de rentrer dans le vif du sujet concernant Aqua Moto Racing Utopia. J’ai tout de suite été emballé par l’idée d’obtenir ce jeu en test car un jeu de jet-ski sur Xbox One… J’ai beau fouiller dans ma mémoire et je n’en trouve aucun ! Je me souviens de Splashdown sur Xbox première du nom et dans une moindre mesure Kinect Sports Rivals sur Xbox One donc c’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai lancé le jeu de Zordix.

Au programme : des championnats de différentes catégories, des défis Time-Attack (plutôt hardcore), un éditeur de personnage totalement WTF, des courses rapides, du multijoueur online et même du splitté jusqu’à quatre joueurs ! C’est complet et malgré le fait que les championnats ne soient pas nombreux et plutôt courts (une douzaine), on ne peut pas reprocher au jeu quoique ce soit sur son contenu. Reste à savoir si on va s’amuser !

Tout commença avec une énorme choucroute capillaire.

Nom de Dieu, c’est du Destruction Derby.

Le plus rageant dans Aqua Moto Racing Utopia ? Ces satanées collisions ! J’évacue tout de suite cet aspect du gameplay car clairement c’est ce qui gâche l’expérience proposée par le jeu. Il vous suffit de visionner la séquence de gameplay ci-dessous pour vous en rendre compte. L’IA n’hésite pas à vous foncer dedans si vous avez le malheur de vous situer sur sa ligne de trajectoire. Le résultat est synonyme d’énorme frustration car dans le meilleur des cas vous serez catapulté tel un vulgaire chiffon en plein milieu de la trajectoire. Cela passe encore sur les tracés les plus épurés en termes d’obstacles mais sur le circuit se situant en pleine jungle, vous vous mangerez en pleine poire les arbres, les buttes de terre, les adversaires, tout !

Terriblement frustrant sur les premières minutes de jeu, on apprend toutefois à jouer malgré tout avec cette physique pour le moins étonnante. Avant de se faire rentrer dedans et prendre le risque d’être pénalisé de précieuses secondes, on fonce à tout va dans les IA tout en prenant soin d’apprendre par cœur les tracés pour éviter les obstacles.

A force d’obstination et de persévérance, Aqua Moto Racing Utopia devient plaisant. Les sensations sont plutôt bonnes dans l’ensemble pour un titre qui se veut totalement arcade. On note bien une gestion du remous et des vagues mais c’est le service minimum de ce côté-là. Ce n’est pas forcément ce que l’on attend du jeu mais cela aurait été un plus.

Entre sensation de vitesse et mal de mer, la vue subjective a ses avantages et défauts.

Accessible mais pas tout de suite !

Le titre devient de plus en plus facile à mesure que vous progressez dans le jeu. Il ne faudra pas chercher à obtenir la première place lors de vos premières courses car vous accumulerez de l’argent en complétant ces dernières afin de vous payer de nouveaux modèles de jet-ski bien plus puissants et plus maniables. Le titre se veut donc un héritage des systèmes de progression d’une autre époque ce qui n’est pas sans rappeler nos souvenirs les plus lointains sur Nintendo 64 et le mythique Wave Race.

Le gameplay est axé sur votre capacité à faire de belles trajectoires pour slalomer entre les balises. Si vous êtes amenés à en manquer trois, c’est la disqualification ! Encore une fois, on retrouve une mécanique d’apprentissage, que ce soit dans les tracés ou les subtilités d’une jouabilité sommaire. Plus vous passerez près des balises, plus votre jauge de boost se remplira. Une fois au maximum, vous bénéficierez d’un gain de puissance à utiliser en ligne droite sous peine de vous encastrer méchamment dans le premier obstacle venu. Un système de figures assez sombre est également présent et les tricks ne sont pas des faciles à sortir entre l’utilisation des différentes gâchettes couplée aux sticks. Et ce n’est surement pas un hasard si le studio a prévu une touche pour effectuer des figures aléatoires sans prise de tête en appuyant simplement sur B.

Le multi est bien fun mais manque cruellement de joueurs, heureusement le splitté est là !

Aqua Di Gio

Oui le titre n’utilise pas toute la puissance de la Xbox One… La modélisation des engins est plutôt sommaire et les environnements ne sont pas des cartes postales graphiques mais les tracés offrent tous différentes animations assez chouettes qui font qu’ils sont remplis de vie. Des dauphins par ici, des cascades par-là, une foule en délire, etc. J’ai noté également une différence entre quelques circuits, certains offrent des couleurs vives chaleureuses tandis que d’autres sont ternes et tristounets. Quoiqu’il en soit Aqua Moto Racing Utopia n’est ni désagréable ni attirant pour l’œil même si certains ne plébisciteront pas le jeu pour son aspect visuel.

L’ambiance caliente est censée être assurée par la partie sonore qui se révèle décevante. Les musiques sont redondantes et le bruit de moteurs des jet-skis ressemblent plus à quelqu’un soufflant dans un pot de yaourt qu’à un engin motorisé.

Le tracé le plus technique du jeu pour le dire poliment.

Conclusion

Aqua Moto Racing Utopia satisfera votre désir de jouer à un jeu de courses aquatiques si vous faites l’effort de persister après avoir ragé pendant la première heure sur ces collisions frustrantes. Doté d’une réalisation honnête avec un contenu satisfaisant, le titre de Zordix fournit du plaisir sans être le chef d’oeuvre vidéoludique car il ne faut pas espérer que ce soit le digne successeur de Splashdown ou de Wave Race si on remonte plus loin dans le temps.

+ Les plus

  • Un jeu de jet-ski !
  • De bonnes sensations
  • Un contenu honnête
  • La variété des tracés

- Les moins

  • Les collisions frustrantes
  • Ce n'est pas une carte postale
  • Le système de figures obscur
5

Je suis tombé dans la marmite Xbox en 2003 et depuis je n'ai plus besoin de potion magique pour m'intéresser à tous les jeux qui sortent sur ces belles machines au fil des années. Je suis accessoirement un PGM en mousse.

1

  1. Je l’ai testé une petite demie-heure, effectivement j’aime bien les sensations qu’il procure. J’ai l’impression qu’il s’approche pas mal de Wave Race, aussi au niveau des graphismes :-p

Vos réactions

Mot de passe oublié