JukeXbox – Piste 07 | Fable

Xboxsquad-OST-thumbnail2

Avec JukeXbox, nous vous proposons chaque semaine de découvrir les bandes originales des jeux sortis sur Xbox qui ont marqué l’équipe de la XboxSquad. Cette semaine, c’est Carbonalex qui poursuit cette chronique avec Fable, une saga phare au ton particulièrement enchanteur.

S’il y a bien quelque chose dont je me souviendrai à jamais dans le jeu vidéo, ce sont les sublimes notes du thème d’Oakvale jouées dès le début du premier opus. C’était il y a 15 ans, j’avais alors 11 ans. Depuis lors, tout comme la licence, j’ai grandi et n’ai cessé d’évoluer à travers l’écoute des différentes OST. Un parallèle intéressant que je fais constamment avec la croissance du héros durant les deux premiers épisodes, comme si je ne faisais qu’un avec le protagoniste. Étant accompagné par la musique au quotidien, il ne s’est quasiment pas passé un seul jour sans que ces douces mélodies parcourent l’ensemble de mon être.

Fable est une série qui dispose d’une bande-son à couper le souffle, venant sublimer une œuvre déjà dotée d’une identité très marquée. Que l’on parcourt les vastes plaines verdoyantes de Bowerlake, la pittoresque cité de Brightwall ou encore les marais de Darkwood, c’est un sentiment d’innocence qui émerge de ces ambiances sonores pourtant relativement opposées. Chacun des trois jeux possède des ambiances passant d’un extrême à l’autre, qui ne dénaturent cependant pas le rendu final tant il est teinté d’une singularité propre à la licence. Cette continuité dans la composition et l’innocence qui en découle fait parfaitement lien avec l’univers manichéen du monde d’Albion.

Cependant, parler de Fable serait un crime si je n’évoquais pas Russel Shaw, sans qui toute cette magie serait impossible. Compositeur de talent, il est celui qui est parvenu à retranscrire musicalement le ton du jeu. Enchanteur certes mais aussi porté sur la satire et l’absurde, un humour très british quoi. L’absurde est la face de l’humour la plus utilisée dans la licence et se situe comme l’entre-deux parfait entre les merveilles et les atrocités d’Albion. Prenons le thème de Bowerstone par exemple, la mélodie jouée dans cette charmante bourgade que l’on retrouve de Fable à Fable 3 relève de l’absurde dans la plupart de ses notes, collant parfaitement avec l’atmosphère instaurée par ses habitants. Russel Shaw est un génie qui a participé à la création d’une franchise à la personnalité unique.

Puisqu’on parle de génie, parlons de Danny Elfman, véritable star du milieu cinématographique dans lequel il évolue depuis presque 40 ans. Des Simpson aux Spider-man de Sam Raimi en passant par Men In Black et l’Étrange Noël de Monsieur Jack, il a composé un nombre inimaginable de bandes originales. Et surprise ! Danny Elfman a collaboré avec Russel Shaw pour la création des thèmes principaux de Fable et Fable 2. On perçoit d’ailleurs toute la patte artistique de Danny Elfman dans le thème principal de Fable 2, fortement imprégnée de ses productions musicales avec le réalisateur Tim Burton.

Pour conclure, Fable est une expérience unique qui mérite d’être vécue par chacun. La licence m’a fait comprendre que la musique dans le jeu vidéo n’était pas un critère secondaire mais un élément essentiel à l’immersion. Et surtout, qu’elle pouvait transcender le temps et nous toucher bien au-delà d’une simple session de jeu. Je n’ai désormais qu’une hâte, recommencer ces chefs-d’œuvre une énième fois afin de devenir moi aussi un héros.




Nous nous retrouvons la semaine prochaine pour un épisode consacré à Spec Ops : The Line.

Épisodes précédents :

Tombé dans la potion du jeu vidéo tout petit avec Nintendo, je barbote encore et toujours dans cet océan infini et ce peu importe la plateforme. Fan inconditionnel de la licence Fable et de l'univers Xbox, je suis ouvert à toutes les productions, du petit jeu indépendant aux AAA.

Vos réactions

Mot de passe oublié