6
Please log in or register to do it.

Ce Metroidvania/Shoot’em’up est une totale réussite et apporte un vent de fraîcheur grâce à ses idées novatrices et originales. The Knight Witch s’avère être aussi beau qu’impitoyable de par sa direction artistique enchanteresse et colorée ainsi que sa difficulté exigeante et même parfois hors norme. Toujours fluide et agréable à parcourir, le jeu est une expérience addictive, divertissante et entièrement traduit en français. Vous aurez besoin d’environ 10 à 20h de votre temps et des nerfs solides pour en venir à bout.

Quand le paradis côtoie l’enfer

Pour vous mettre un peu dans le contexte, le monde a échappé de justesse à son extinction grâce aux Knight Witches, envoyées au front pour défendre le peuple d’une guerre sans merci. Elles sont une bande de redoutables sorcières à la force surhumaine et ont les capacités de vaincre tous les ennemis qui osent se dresser sur leur chemin, en trouvant leur force de plusieurs manières que vous découvrirez au cours de votre aventure.

La surface de la planète étant détruite, l’humanité trouve refuge dans une ville souterraine portant le nom de Dungeonidas, pour y vivre des jours paisibles. L’aventure débute 14 ans après ces évènements et vous incarnez Rayne, la nouvelle recrue des Knight Witches, sur qui repose la responsabilité de protéger le peuple et leur petite bourgade lorsqu’une nouvelle menace s’abat sur eux.

Le jeu, entièrement dessiné à la main, m’a surpris dès les premières minutes de par sa beauté. Des environnements quelque peu médiévaux et fantastiques m’ont donné l’impression d’être projetée dans un vieux dessin animé des années 90 ou une BD pour enfants. Les décors en 2D sont magnifiques et toujours soignés, riches en détails ainsi qu’en effets visuel en tout genre. La direction artistique de The Knight Witch est clairement un de ses gros points forts et m’a fait penser à Steamworld Dig ou encore Ori.

La bande son n’est pas en reste non plus ! Elle est exceptionnelle et propose des ambiances musicales variées qui s’acclimatent parfaitement à chaque situation et aident à renforcer une immersion déjà bien présente.

Tout commençait déjà très bien pour moi ! Et je n’étais pas au bout de mes surprises puisque le jeu s’avère être extrêmement fluide et offre une prise en main facile et immédiate. Rayne, la petite sorcière volante, se contrôle tel un petit vaisseau de shoop’em’up, équipée d’un canon à projectiles et tire sur tout ce qui bouge.

Un univers riche et vivant

C’est parti pour déambuler dans toutes ces zones interconnectées dans lesquelles vous ferez la connaissance de personnages attachants, drôles et bien écrits. Comme par exemple, un squelette boulanger-pâtissier qui s’improvisera forgeron le temps d’un instant, afin de vous confectionner une armure, à condition d’en avoir les ressources nécessaires. The Knight Witch dispose d’un lore plutôt riche et intéressant, qui vous sera raconté entre autres, par ce panel de personnages que vous croiserez tout au long de ce périple tant le jeu est vivant.

Comme tout bon Metroidvania qui se respecte, l’exploration sera de mise car plusieurs petits secrets sont disséminés un peu partout sur la map. Mais aussi les traditionnelles améliorations de vie et de magie, puisque oui, une sorcière ça lance des sorts ! J’ai beaucoup aimé ce dernier point d’ailleurs, le titre propose un système de pouvoirs octroyés grâce à des cartes sorts de différents niveaux et de plusieurs catégories. Très efficace contre les boss et autres ennemis grâce à la puissance des attaques qu’elles vous offrent, elles ne vous faciliteront pas la tâche pour autant. En effet, les cartes de plus haut niveau consumeront la totalité ou presque, de votre barre de magie. J’ai trouvé ça très intelligent et bien pensé d’ailleurs car suivant l’endroit où l’on se trouve, certains sorts sont plus appropriés que d’autres en fonction du level design. Ce qui apporte une certaine complémentarité entre le gameplay et les environnements et donne davantage de fluidité et de satisfaction manette en main.

Un maximum de challenge pour un maximum de souffrance

Vous aimez vous surpasser et vous faire du mal ? Ça tombe bien, parce que The Knight Witch c’est des boss et hordes d’ennemis brutaux, haletants et vifs. Ils mettront vos nerfs et votre patience à rude épreuve et vous devrez sans doute passer par de nombreux échecs avant de réussir. Si vous souhaitez avoir une idée de ce qui vous attend, sachez que j’ai eu besoin de 10 tentatives pour le boss… Du tuto ! (Et je suis une habituée du genre même si mon skill me fait parfois défaut)

Une difficulté belle et bien présente donc, mais satisfaisante et jamais frustrante car bien équilibrée. Vous aurez juste besoin d’une bonne dose de persévérance et de détermination car même en apprenant les patterns sur le bout des doigts, ça ne suffira pas toujours.. La faute aux nombreux éléments qui surplombent l’environnement et que vous devez esquiver. En effet, vous devez parfois progresser dans d’étroites galeries très exiguës et jonchées d’ennemis qui ne vous laissent aucun répit. Ils sont nombreux et vous attaquent à vue, s’en suit un écran totalement brouillé de projectiles, lasers lumineux et autres effets visuels en surnombre. Ce qui m’a un peu gêné personnellement car je n’arrivais même plus à voir mon personnage tellement la lisibilité devenait compliquée.

Sans grande surprise The Knight Witch ne propose pas de mode facile, toutefois, quelques petites options d’accessibilité sont disponibles si vous le souhaitez. Elles sont activables et désactivables à tout moment dans le menu dédié via des cheatcodes à trouver vous-même, ce qui est plutôt rare dans le genre, donc ça mérite d’être souligné.

Malheureusement pour moi, je n’ai pas pu finir cette aventure car, je me suis retrouvée littéralement bloquée dans une arène après un combat de boss, sans la possibilité de m’en extirper. Pour vous expliquer le pourquoi du comment de manière simple, il y avait deux portes pour accéder à l’arène, dont une qui se trouvait dans une mini zone totalement optionnelle, que je n’ai pas ouverte. Devinez par quelle porte il fallait sortir à la fin de l’affrontement ? Et ouvrable que de l’autre côté bien évidemment, sinon ce n’est pas drôle…

Critères d’accessibilité

 Déficience VisuelleDéficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée)✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
✘ Taille couleur de police✔ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis✘ Police personnalisable
✘ Interface personnalisable✘ Couleur de police personnalisable
✘ Couleur minicarte personnalisable
✘ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
✘ Option daltonisme✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
✘ Option Text to speech
✘ Ralentissement du jeu

Conditions de test

  Détails TV4K   Jeu fourni par l’éditeurOui
  ConsoleXbox Series X   Temps passé sur le jeu15 heures
  Niveau de difficultéNormal   Jeu terminéNon
Microsoft promet Call of Duty sur Nintendo et Steam
Boîte à indés - Run Sausage Run !, la date de péremption est dépassée