Nous avons testé le Project xCloud : le futur à portée de main

Présenté comme le futur du jeu vidéo, le cloud gaming s’incarne chez Xbox par le Project xCloud. Une technologie aux promesses fortes qui doit permettre à tous de jouer partout, sur le support de son choix. L’E3 2019 fut l’occasion de tester pour la première fois cette innovation afin de répondre aux questions des joueurs.  S’agit-il véritablement de la révolution annoncée ? Ça en a tout l’air !

xCloud devait être un des temps fort de la conférence E3 2019 de Microsoft. Il n’en fut finalement rien. A peine le constructeur a-t-il abordé le sujet précisant que des tests publics débuteraient cette année. Pour autant, la prochaine révolution de Xbox n’était pas absente du salon américain. Aux grands discours, la firme de Seattle a en effet préféré apporter des preuves. Nous étions au Microsoft Theater et nous avons testé xCloud, le futur du jeu vidéo.

Pour l’occasion, l’arrière scène de la conférence Xbox fut transformée en showfloor. Au milieu des consoles et des joueurs, un stand, modeste, présente xCloud. Là, ce sont 6 manettes et autant de Samsung Galaxy s10 qui nous attendent pour découvrir tout le potentiel du service. Gears of War 4, Forza Horizon 4 ou encore Hellblade font partie des titres disponibles sur le salon mais c’est sur Halo 5 que nous débutons notre découverte.

xCloud One X

Premier constat : c’est beau, très beau. Les textures sont détaillées, la résolution est au top, on se croirait à la maison. Certes l’écran AMOLED du smartphone aide bien. La dalle conçue par Samsung offre effectivement une lisibilité optimale en condition salon, mais il n’y a pas que cela. Le jeu qui s’affiche devant nos yeux est semblable, voire identique, à sa version Xbox One X. Si l’on pouvait craindre que l’apport de la mobilité se fasse au détriment de la qualité graphique, il n’en est définitivement rien. Le résultat est surprenant. Si nous ne l’avions pas testé par nous-même, nous aurions sans doute dû mal à y croire.

D’autant que, une fois la partie engagée, le framerate est tout aussi performant. Le jeu se déroule dans une fluidité absolue et aucun ralentissement n’est à noter. Halo 5 sur xCloud est un modèle du genre et, même s’il est difficile de l’affirmer sans outil de mesure, les 60 images par seconde semblent bien être de mise. Un confort rare que bien des consoles de salon ne peuvent se permettre sur un tel jeu. Une prouesse d’ailleurs renforcée par le temps de réponse des commandes, quasi instantané.

Chaque pression ou inclinaison de stick est en effet retranscrite “immédiatement” à l’écran. La session de test n’a d’ailleurs laissé apparaître aucun lag dans les commandes de notre Master Chief. La visée répond au doigt et à l’œil tandis que les déplacements se font très naturellement. Une nouvelle fois nous sommes proches, très proches, de ce que propose l’expérience sur console de salon et la qualité de jeu rend imperceptible le streaming. Le staff nous avouerait que le jeu tourne en local que nous ne serions pas surpris. Bluffant, tout simplement.

Future Proof

Impressionnés par la démo de Halo 5, les tests sur Gears 4 ou Forza Horizon 4 ne font que confirmer la viabilité du service. Une nouvelle fois les jeux sont beaux, propres et ne trahissent aucun downgrade. Même en qualité optimale, le tout démontre une fluidité à toute épreuve, faisant passer Shadow pour une technologie du passé. Car si la société française fait office de précurseur en termes de cloud gaming, la qualité de l’expérience sur Forza Horizon 4 est incomparable. Sur xCloud, aucun besoin d’anticiper ces quelques fractions de seconde nécessaires au changement de trajectoire de notre bolide. Ici, tout se passe “comme à la maison”.

Avec le recul, cette session fut probablement la plus grosse impression technique de l’E3 à mon sens. C’est simple, en une seconde à peine toutes mes marques étaient trouvées et je jouais le plus naturellement du monde à Gears ou Halo sur un mobile. Le tout sans qu’aucune console ne soit à proximité, grâce à la puissance de Azure et de ses serveurs situés à quelques centaines de kilomètres de là. L’expérience fut sans couture, d’un naturel bluffant comme si le jeu sur mobile avait toujours été présent dans l’offre Xbox. Tout est simple, logique, et c’est sans aucun doute en cela que la technologie est une réussite.

Simply Cleaver

Après quelques minutes, une logique implacable se dégage de xCloud, celle de pouvoir jouer comme on consomme nos séries ou notre musique. Le service de cloud gaming de Xbox n’est pas là pour supplanter nos consoles ou pour faire émerger de nouveaux comportements. Non, il répond finalement à une norme déjà en place dans de nombreuses autres industries. A une habitude de consommation dont on ne pourrait plus se passer lorsqu’on ouvre Netflix, Spotify ou YouTube. xCloud permet simplement de mettre à portée de main nos jeux afin de jouer quand et comme on le souhaite.

En cela, xCloud est bien une extension de l’offre actuelle. Nos Xbox One, et demain la Scarlett, restent bien les expériences premium, celles qui offrent et offriront les meilleures conditions de jeux. Que ce soit par la technologie embarquée, par la qualité de votre installation ou par le simple confort de jeu c’est bien dans le salon que vous vivrez le summum du jeu vidéo. Mais avec cette perspective tout à fait nouvelle de pouvoir reprendre votre partie partout où vous le souhaitez sans avoir rien d’autre à embarquer que votre téléphone mobile.

Bien évidemment, des questions restent en suspens. Quel sera le coût du service ? Comment se comportera xCloud en 4G en plein centre de Paris ou, au contraire, du côté de nos campagnes ? Quelles fonctionnalités seront intégrées pour permettre aux utilisateurs d’utiliser le service le plus simplement possible ? De nombreux points doivent être précisés mais, déjà, on comprend tout le potentiel de xCloud. Il reste désormais aux développeurs à franchir le pas et à proposer leurs titres sur l’offre. Une manipulation qui, selon Microsoft, est particulièrement simple puisque gérée intégralement par les services de la société américaine.  De quoi rêver d’une ludothèque bien garnie, accessible partout, tout le temps.

Après m'être plongé dans des esprits aussi torturés que brillants et vécu des expériences dont la singularité n'égale que leur étrangeté, j'ai décidé de jouer. Alors je joue :)

10

  1. Un des trucs que jattend énormément. Pressé de tester ça chez moi. Vivement octobre. D’abord en stream via la console puis via XCloud. La parfaite extension de l’univers Xbox et son partage multi plate-forme.

  2. Clairement j’ai hâte de voir ça arriver, le tout avec une offre type Gamepass associée.
    Pour moi, c’est clairement l’occasion de jouer à des jeux solo sur Xbox One. A l’heure actuelle je m’accorde une soirée multi par semaine, je ne joue quasi à aucun jeu solo (j’ai du passer 7 ou 8h sur Red Dead 2). Alors que ma Switch j’y joue dans mon lit, dans le train, dans mon canap pendant que madame regarde la télé. Si je pouvais jouer sur mon ordi, sur ma tablette à un jeu Xbox One, j’y jouerai beaucoup plus !

    • Tu peux essayer sur lordi de passer via l’application Xbox Companion sur Windows 10 et pour le téléphone tu peux tenter via la bêta actuellement de OneCast qui te donnera une “petite” idée du biniou.

  3. Ils ont un bijou dans les mains s’ils savent bien le commercialiser.

  4. Merci pour cet enthousiasmant compte rendu.
    Le projet XCloud s’avère selon moi la chose la plus excitante dans le JV depuis le passage des jeux sur console en 3D Il y a plus de 20 ans.

  5. j’ai hâte d’essayer. par contre faut le forfait data qui suit car ca doit pas mal consommer..

  6. Oui hâte de tester aussi mais en effet le data me fait peur en sachant que j’ai seulement droit a 750 go de download par mois sinon je retombe a 10mb/s ….

    • A priori pas de raison que ça consomme beaucoup plus que Netflix

    • @Tntnico c’est pas stadia qui annonçait 9go à l’heure ? :)

  7. C’est clair que c’est une révolution qui s’opère sous nos yeux.
    Personnellement, ce qui m’enthousiasme aussi beaucoup (comme bien des fans de Xbox je présume), c’est de voir comment entre le début de la génération de la Xbox One et la fin de la génération (voire le début de la génération de la Xbox Scarlett) Xbox est passé de l’ombre à la lumière, d’une position de lointain numéro 2 voire numéro 3 à une position presque de leader pourras-t-on dire par rapport à ce qui nous attends avec le Cloud Gaming.
    De surcroît, avec tous les studios qu’ils ont déjà rachetés et qu’ils vont encore continuer de racheter, ils se dotent d’un catalogue d’exclusivités qui est de plus en plus potentiellement capable de rivaliser avec celui de Sony.
    Concernant XCloud, j’ai même lu qu’on a une latence de même niveau que la Xbox One X (de l’ordre de 36/37 ms il me semble) contre près de 120 ms pour Stadia je crois; en tout cas, XCloud est bien plus fluide que Stadia (ce qui n’était pas gagné lorsqu’on avait vu la démonstration lors de l’un des derniers Inside Xbox) et l’avenir s’annonce vraiment très excitant du côté de Xbox.

Vos réactions

Mot de passe oublié