Avis – Overpass, quand la philosophie Trials fait des émules

Overpass

Xbox One

Avis – Overpass, quand la philosophie Trials fait des émules

Dévoilé en dehors des grands salon comme l’E3 ou la gamescom, Overpass s’est fait plutôt discret depuis son annonce en avril dernier. C’est à l’occasion de la gamescom que j’ai pu y jouer suffisamment longtemps pour me rendre compte que nous avions là, peut-être, le premier jeu s’inspirant de ce que j’appelle la “philosophie Trials”. Et chez moi, cela sonne comme un compliment.

Overpass est un jeu dans lequel vous contrôlerez différents types de véhicules 4 roues, allant du quad au buggy et autres engins tout terrain. Le but du jeu est de finir une piste le plus rapidement possible. C’est tout. Oui mais voilà, cet objectif extrêmement simpliste est en fait quelque chose qui pourrait très rapidement vous emmener vers des milliers d’heures de jeu sans que vous vous en rendiez compte.

Le jeu propose un mode carrière avec plus de 40 pistes réparties en deux catégories. Le but sera alors de progresser dans celle-ci en partant de véhicule basiques sur des pistes assez simples, pour finir sur des pistes retorses avec de nouveaux véhicules. Pour y parvenir, vous devrez les acheter au préalable avec l’argent gagné en jeu. Vous pourrez également obtenir des médailles sur chaque piste allant du bronze à l’or accompagné par un classement général afin de vous motiver à grind le jeu pendant très longtemps.

les pistes peuvent avoir des sections très escarpées

 

La philosophie Trials version 4 roues

Des pistes par dizaines, des médailles à gagner sur chacune d’entre elles, un classement sur chaque piste et un classement général : on y est, il n’y a aucun doute, Overpass est le jeu reprenant le concept de trials mais en version 4 roues et avec des pistes quand même plus réaliste. Au delà de conduire des véhicule à 4 roues, une des spécificités du gameplay d’Overpass est de permettre de changer en pleine course le différentiel du véhicule afin de mieux choper l’adhérence lorsque cela est nécessaire. Une adhérence qui est bien ici le maître mot et qu’il ne faudra surtout jamais perdre.

L’autre spécificité d’Overpass est son système de pénalités plus complexe que celui de Trials. Il n’y pas de système de faute mais un système de pénalités qui vous rajouteront un peu, voire beaucoup, de temps au chrono en cas d’erreur. Si vous mordez un peu trop la ligne de course prévue ou si vous contourner un obstacle imposé par les développeurs, votre chrono final verra de lourdes secondes s’ajouter.

Enfin, le jeu possède aussi une gestion des dégâts en pleine course. Car forcément, à force de faire des tonneaux, le véhicule finira par s’abîmer de manière irréversible jusqu’à ce que vous ayez à payer les réparation après avoir fini tant bien que mal la course.

 

Du côté des pistes, certaines d’entre elles se rapprochent beaucoup de la philosophie ninja de Trials. Je m’explique. Les pistes ninja sont beaucoup plus difficiles et ont un rythme beaucoup plus lent que les pistes classiques du jeu. Ce sont des pistes que seul 0,1% des joueurs peuvent finir et le but est en quelque sorte de repousser les limites du moteur physique du jeu. Sur Overpass, il y a la même chose avec des pistes beaucoup plus courtes, mais avec des côtes très escarpées qui demanderont une grande maîtrise du véhicule et une trajectoire presque parfaites pour être surmontées. Les développeurs ont d’ailleurs pu me confier que certains joueurs de la gamescom n’avaient pas réussi à finir une de ces pistes.

Un premier essai avant une éventuelle suite

Pas de personnalisation du véhicule aussi poussée que dans Forza, pas de création de pistes possible (et donc pas de track central), et un multijoueur public ou privé qui ne reprend donc que les pistes présentes dans le solo du jeu : autant dire qu’Overpass ne tiendra pas la distance. Cependant les développeurs en sont conscient et n’ont pas ce but avec ce premier opus. Overpass est une nouvelle licence qui reprend un concept déjà vu ailleurs et y apporte son lot d’originalités avec son gameplay spécifique. Espérons que les pistes présentes dans le jeu soient suffisamment variées en termes de décors et de ligne de course pour convaincre les joueurs. Sans ça, le jeu n’aura aucune chance de survivre dans le temps. En tout cas la technique est déjà satisfaisante pour ce genre de jeu donc c’est plutôt bien parti. Le jeu sortira en octobre 2019, sans plus de précision, sur Xbox One, PS4, PC et Switch.

Né avec une Super Nintendo dans les mains, ma route à un jour croisé celle de la Xbox 360 et de son XBLA. Depuis, je suis speedrunner sur Trials.

1

  1. Après avoir vu les premiers trailers,je comprenais mal pourquoi tu faisais référence à Trials tant ce jeu versait plus dans le réalisme que notre série de moto favorite complètement déjanté mais en fait c’est surtout du concept que tu parlais et tu as surement bien vu. Pourquoi pas j’ai envie de dire si les sensations sont là.

Vos réactions

Mot de passe oublié