Avis – Ghostrunner, le jeu cyberpunk de l’année ?

Ghostrunner

Xbox One

Avis – Ghostrunner, le jeu cyberpunk de l’année ?

Il y a des jeux qui parfois passent sous le radar et qui, une fois découverts par les joueurs, font énormément parler d’eux. Je pense que Ghostrunner peut faire partie de ceux-là… s’il n’est pas totalement éclipsé par Cyberpunk 2077.

En effet, quand le titre a été annoncé en août 2019 pendant la Gamescom, il n’avait globalement pas vraiment fait de vague à l’époque, même si les quelques retours des joueurs ayant repéré le jeu étaient plutôt positifs. Aujourd’hui, le nouveau trailer cinématique de ce jeu et les nouvelles impressions qui commencent à fleurir partout sur le web peuvent vraiment faire bouger les choses. Affûtez votre katana, ça va saigner !

Un jeu qui n’évoque que du bon !

Titanfall, Mirror’s Edge, DOOM, Blade Runner, Dishonored, Matrix, Hotline Miami. À chaque fois que je lis un article d’impressions sur Ghostrunner, les références auxquelles le jeu renvoie sont différentes, mais toujours très flatteuses. Pour ma part, c’est l’inspiration Titanfall qui me saute le plus aux yeux : un gameplay ultra nerveux, de l’action à la première personne mêlée à de la plateforme où l’on glisse et court sur les murs. On a parfois clairement l’impression que le titre de Respawn Entertainment s’est déguisé en jeu cyberpunk pour nous offrir ce Ghostrunner, les armes balistiques en moins.

Mais Ghostrunner, c’est bien plus que ça. Parmi les inspirations citées ci-dessus, une d’entre elles vous a peut-être intriguée… Hotline Miami. C’est pourtant une analogie qui lui va comme un gant. Action frénétique, bande son au poil, ultraviolence et ennemis qui ne laissent aucun droit à l’erreur, le jeu de One More Level n’est ni plus ni moins qu’un die and retry à la première personne. Et pour rajouter encore plus d’adrénaline à l’expérience globale, votre katana sera votre seul moyen de défense. Tout le jeu sera ainsi axé sur votre capacité à vous déplacer et à atteindre (ou à contourner) vos ennemis sans vous faire toucher.

Et quel pied une fois manette en main !

Comme je l’évoquais juste au-dessus, l’action est aussi fluide que dans un Titanfall. On enchaîne kills et parkour avec une facilité déconcertante après quelques minutes de jeu seulement. Les actions sont stylées, le rythme effréné, et même si la difficulté est corsée (on meurt en un seul coup), il n’y a aucun temps mort et on reprend toujours quelques secondes avant un tir fatal ou une mauvaise chute.

Qui dit die and retry dit aussi bonne rejouabilité du titre pour tous ceux qui aiment faire péter les scores. Dans le cadre de ma preview, j’ai eu l’occasion de terminer le niveau proposé en une trentaine de minutes lors de mon premier run. À force de persévérance et de sang-froid, je terminais le niveau en à peine plus de 5 minutes (vous pouvez d’ailleurs voir ma vidéo de gameplay juste en dessous). Les joueurs les plus doués parviennent même à passer sous la barre des 3 minutes. C’est la scène speedrun qui va être contente !

Le jeu cyberpunk de l’année ?

“Mais dis-donc Nico ? Qu’est-ce que c’est que ce titre putaclic ?”. Soyons réalistes, Ghostrunner n’a ni le budget, ni l’aura, ni le potentiel pour se vendre autant que Cyberpunk 2077. Le jeu de CD Projekt Red battra de nouveaux records de l’industrie, c’est une certitude, pour la simple et bonne raison qu’il vise un public très large. Ghostrunner de son côté ne sera pas à mettre entre toutes les mains. Seuls les joueurs les plus chevronnés pourront passer un bon moment sur le jeu sans balancer la manette contre un mur.

Pour quelqu’un qui comme moi n’a pas la patience de passer plusieurs heures dans un RPG (aussi impressionnant et accessible soit-il), un jeu d’action dans le même univers pourrait s’avérer être une très bonne alternative. Dans Ghostrunner, il ne sera possible ni de croiser Keanu Reeves dans la rue, ni de paramétrer la taille de ses attributs génitaux. Pourtant, il y a fort à parier qu’on puisse y prendre son pied en quelques minutes seulement.

Alors oui, je compare sûrement l’incomparable, mais si vous cherchez du fun immédiat dans un monde inspiré de Blade Runner, ne cherchez plus, et suivez Ghostrunner de très près !

Plus d’informations sur Ghostrunner

Nintendosexuel de naissance, je suis tombé dans la marmite Xbox en 2005 avec l'arrivée de la Xbox 360. Depuis, je me suis fait greffer un pad dans les mains et un casque sur la tête en quête de nouvelles expériences indés ou multijoueurs.

2

  1. J’avais aussi détecté des possibilités de fun assez impressionnantes pour ce jeu quand vous aviez parlé la première fois. Il sembelrait que ce soit toujours d’actualité. Cool. Par contre, y passerai-je autant de temps que sur le titre de CD Project…pas sûr. Sauf grosse foirade mais j’ai des doutes.

  2. je sais pas mais si c sa le principe du jeux courir sur les murs et rien d’autre je voie vraiment pas l’intérêt mais bon d’après cette vidéo y’a que ça ..je cour je saute et je mets un coup de sabre et on recommence je passe mon tour c vraiment pas pour moi surtout a 70 euros Oula je préfère essayé le jeu le jour où il sera sur le gamepass au moins la déception me coûtera rien…lol

Vos réactions

Mot de passe oublié