Xpression Libre #3 – Bibi : Quand le Jeu devient Violence

Comme nous tous, vous avez sans doute des choses à dire sur le Jeu Video. Que ce soit pour saluer une œuvre ou pour passer un coup de gueule, pour partager votre avis ou faire découvrir votre monde, Xpression-libre est une tribune qui vous est réservée. Prenez la parole, à l’écrit ou en vidéo, envoyez-nous ça, et nous le publierons sur le site.

Pour en savoir plus sur Xpression Libre : Présentation et Règles

Pour Participer : envoyez-nous un mail (xpressionlibre@xboxsquad.fr) ou venez nous parler sur Twitter : @XboxSquadFr 


Bibi est un membre de l’équipe de Xboxsquad.fr. Cultivé, drôle et excellent rédacteur, Bibi cumule les qualités et rayonne au quotidien. Le genre de mec qui ne se plaint pas pour rien, sauf lorsqu’il s’agit de jouer à RAGE2, et qu’on apprécie forcément. Alors quand son avatar de Panda est venu poster en message privé un coup de gueule, c’est forcément une claque que l’on se prend. Un papier qui démarre gentiment mais qui vous invitera, sans doute, à quelques minutes d’introspection avec une seconde partie saisissante. 

Xpression Libre #3 – Bibi : Quand le jeu devient Violence

Xpression libre est une tribune libre ? Alors me voilà. Pour un temps, je laisse de coté ma manette pour vous raconter pêle-mêle ce qui me dégoute, m’effraie ou, à minima, m’insupporte dans les rapports entre les joueurs sur le Xbox Live. J’imagine sans peine que ce dont je vais parler se rencontre sur toutes les plateformes. Je prends la plume (plutôt le clavier, non ?) car j’ai le sentiment que la situation se dégrade lentement mais surement. Inexorablement ? Je n’ose y penser. Néanmoins, n’y voyez pas une nostalgie des débuts du Xbox Live. C’est vrai qu’à l’époque, la nouveauté du service poussait les gens à une certaine retenue etc. Mais ceci est plutôt un coup de gueule, surement vain, d’un joueur lambda contre certaines mauvaises habitudes.

Les groupes d’ami

J’ai vu dernièrement un tweet hallucinant de Xbox.fr. J’ai tenté de le retrouver mais en vain. L’aurai-je rêvé ? C’est possible. En gros, cela disait « quand vous mangez en groupe d’ami, pensez à couper votre micro ». Sans rire, on en est là ? Xbox.fr prend la peine de communiquer sur les règles élémentaires du vivre ensemble, de la politesse et j’irai même plus loin, de l’empathie. « Tu exagères pas un peu, là, Bibi ? » vous-demandez vous ? Non et je m’explique.

Avec la Xbox One, dans les groupes d’amis, le progrès des micro/casques aidant, on entend mieux et absolument tout désormais. Les moindres rôts, mastications, musiques, rouleuses à cigarettes, vapotage vous sautent littéralement aux oreilles. Alors, la plupart des personnes sont bien élevées et coupent leur micro si elles doivent s’adonner à l’une de ces activités. D’autres oublient (c’est humain) et s’excusent (c’est poli). D’autres s’en contre-fichent. On a beau leur dire, répéter, limite faire la leçon… peine perdue. Raison invoquée ? Aucune. Juste le plaisir malsain d’embêter autrui, je ne sais. Ou une vaine tentative de prouver quelconque virilité ridicule ? Et là je reviens sur mon affaire d’empathie, ou le fait de se placer à la place de l’autre.

Les oreillettes sont perfectionnées et délivrent un son de qualité telle que l’on jurerait que les participants à un groupe d’ami vous parlent à l’oreille. Dans la « vraie vie », qui supporterait qu’une personne se colle à vous et vous rote à l’oreille. Vous mastique je ne sais quoi à l’oreille. Vous passe le dernier morceau de Tartanpion. Qui ? Cela ne viendrait à l’idée de personne. Et pourtant, inlassablement, sur le Live, quand je tombe sur des indélicats, je passe pour un illuminé, voire ironiquement pour un intolérant quand je rappelle qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour couper son micro pour éviter de faire profiter au monde de ses éruptions buccales. C’est fatigant, épuisant. Mais je suis endurant et continuerai à faire le pénible pour que le pénible bruyant fasse « l’effort » de se muter ou de partir du groupe.

Des messages venus d’ailleurs

L’empathie, plus j’y pense, plus c’est le maître mot. Et décidément, certains devraient tourner 7 fois leur stick droit avant d’envoyer un message et de distiller leur petite dose de haine quotidienne. Je ne compte plus les messages insultants reçus de la part de parfaits inconnus (même si cela s’est grandement calmé, d’ailleurs, depuis que j’ai cessé de faire des vidéos Kinect, passage à la One X oblige). En substance, des messages me traitant de cotorep, d’assisté, de rentier, me reprochant d’être tout le temps connecté au Live, me disant de trouver une femme… Hé bien merci. Je ne connais pas du tout ces personnes mais visiblement elles croient me connaitre et s’inquiètent pour moi^^.

  1. Alors oui, je suis très souvent connecté, c’est vrai… mais si tu le remarques, cher ami, ça veut dire que toi aussi tu es constamment sur ta Xbox, et de surcroît à suivre mes activités. Ne serait-ce pas à toi de te poser des questions ?
  2. Me trouver une femme ? Déjà fait ! Je vis avec ma compagne depuis 15 ans. On s’est marié en août dernier d’ailleurs… mon témoin est mon meilleur ami, rencontré sur le Xbox Live en 2006, sur Gears of War.  Donc merci de ne pas « s’inquiéter » ni balancer des messages haineux.
  3. L’argument du rentier/cotorep/assisté me fait rire jaune. Si tu savais, mec, qui m’envoie ces joyeusetés. Depuis 2009, je suis atteint de sclérose en plaques et reconnu travailleur handicapé, soit cotorep comme on disait avant. Et de 2009 à 2018, je me suis battu comme un beau diable pour conserver mon poste de responsable Contrôle Qualité dans une entreprise du secteur agro alimentaire (grâce à mes collègues, direction, médecine du travail, tout le monde a aidé). Oui mais au bout d’un moment, le corps et l’esprit n’en peuvent plus. Le travail ne devient plus malheureusement une échappatoire, mais une source d’angoisse, de fatigue et de frustration. Alors j’ai dû, à cause de ma maladie, mettre un terme à cette carrière pro. De ce fait, pour moi, corotep n’est pas une insulte, bien au contraire. Ça veut dire que tu te bats, dans mon cas, contre des parties de ton corps qui te trahissent, contre les préjugés, contre la condescendance. Car oui, dans mon travail, bon sang que j’étais bon. Mais je ne peux plus travailler, porter de charges, conduire, marcher longtemps… Alors je m’évade grâce aux jeux vidéo et au xbox Live. Ce sont de formidables fenêtres vers le monde quand la porte est fermée. J’ai expliqué cela de vive voix à une personne qui m’avait envoyé un message et évidement il s’est trouvé très bête, ne sachant évidement pas mon parcours (comme aurait-il pu). Alors je lui ai dit que pour éviter cela, il suffit de s’abstenir, tout simplement… Le plus minable dans l’histoire ce sont les autres messagers, qui balancent des missiles sans savoir et qui refusent de me parler. Prétextant en général avoir mieux à faire… alors pourquoi perds-tu ton temps à m’envoyer des insanités ? L’argument ne tient pas, juste la lâcheté et la bêtise l’expliquent. Inutile de dire que quand le dialogue ne peut pas exister, la seule solution est de bloquer purement et simplement ces personnes toxiques. Cela fonctionne très bien.

La banalisation et le niveau de violence des insultes

S’il y a une chose que je ne supporte plus, c’est bien cette vilaine manie d’user et d’abuser (excusez ce jeu de mot) du mot viol. Dans nombre de groupes d’amis (avec de vagues connaissances ou amis d’amis), dans nombre de commentaires ou messages, du vainqueur jusqu’au vaincu, l’expression de la victoire ou de la défaite tourne autour. En tout cas, dans les jeux JcJ, on en est là. C’est-à-dire qu’on n’était plus sur une partie de jeu vidéo ? Tu sais, ce truc un peu inutile au fond, qui ne sert qu’à se divertir, à s’évader, sans réel enjeu… Grave erreur de ma part. Ma placidité m’a trahi. Car me revient comme un boumerang la phrase « jouer sa vie ». C’est bien là le malheur. Et je ne blâme pas les joueurs au fond, ce serait intellectuellement malhonnête. Ce n’est qu’un énième reflet de la société où la défaite est devenue synonyme d’échec et pire, vécue systématiquement comme un échec. Mais attention, alerte spoiler, ce n’est pas vrai. Car comme tout jeu, ça parait évident mais je le rappelle, il y a un vainqueur, et un perdant. C’est même le principe, la base. Et accepter de participer à un jeu revient, tacitement, à accepter l’idée saugrenue que la ou les personnes en face sont meilleures, ou plus entrainées ou à la limite plus chanceuses. Et basta, cela s’arrête là.

Cela devrait. Mais non, j’ai rencontré (comme tout le monde, non ?) des joueurs qui vivent très mal la défaite ou au contraire comme un triomphe absolu de leur virilité la moindre victoire. Et de verser très souvent dans le lexique du viol. Effrayant, non ? J’ai toujours envie de lui demander, « mais bon sang, ça va à se point mal dans ta peau, mal dans ta vie pour mettre dans la balance ton estime de soi, ta confiance et ton ego dans tes performances dans un jeu vidéo ? » « Ça va mal à ce point pour gueuler au joueur d’en face que tu l’as violé ? » ou inversement, « qu’il t’a violé ». C’est devenu tellement courant, presque banal, au gré des parties que je passe (encore une fois) pour un illuminé quand je le fais remarquer. Mais je trouve cela toujours aussi violent et évidement, horriblement ridicule. La langue française dispose de tellement de possibilités pour exprimer sa frustration… Et pourquoi pas féliciter l’autre ?

Car à mesure que j’écris ces lignes, au cours d’une énième nuit blanche (il est 3h28 si vous voulez savoir), je me rappelle d’une anecdote sur le multi de Max Payne 3. Ah oui, ça remonte, mais cela m’a marqué. Au cours d’une partie, un joueur m’a tué une bonne demi-douzaine de fois à coups de fusil à pompe. C’était un bon joueur, assurément. Et je lui ai rendu la pareille, mais avec une AK47. A la fin de la partie (je ne sais plus qui a gagné/perdu, on s’en fout), il m’envoie un message avec 2, 3 insultes homophobes, et en soulignant également le fait que lui, avait bien sûr les couilles de jouer au pompe et pas de se cacher et d’utiliser un fusil d’assaut. Message classique, donc… Mais moi, je ne joue pas ma vie (bon, je ne suis pas un saint, c’est arrivé mais cela n’a jamais duré plus de quelques instants) et je prends le contre pied de ce qu’il attend (à savoir, soit pas de réponse, soit des insultes). Je choisis donc la vérité. Je le félicite car il a très bien joué au corps à corps, et  j’explique que, comme j’avais passé un prestige, je repartais de 0 avec les armes. D’où l’utilisation de la Kalash. Et bien croyez le ou non, la situation était désamorcée, il m’a répondu qu’il s’excusait des insultes et comprenait mieux pourquoi j’avais joué comme ça.

Alors, depuis, j’ai espoir que derrière chaque rageux (comme on dit désormais) se cache juste une frustration passagère et que l’humain ne demande qu’à reprendre le dessus et à s’exprimer avec le minimum de respect à l’encontre de son adversaire du moment. Oui, je suis un éternel optimiste. Jusqu’au prochain rot.

16

  1. Tellement vrai… Je te rejoins sur un grand nombre de points mais aussi agaçant que ce soit, c’est malheureusement à l’image de notre société et on est les “vieux cons” de l’histoire.

  2. Chapeau mec ! Tout mon respect pour ce coup de gueule et cette “mise à nu” touchante et lourde de sens.
    P. S: Boumerang c’est pas plutôt boomerang ?

    • merci Kentarus. Et effectivement, c’est bien boomerang.

  3. Parfois j’ai vraiment l’impression de vivre dans un monde parallèle… La situation se dégrade ? Vraiment ? Il me semble pourtant que l’une des premières maj du XboxLive (sur la Xbox Original) pour Halo 2 était la possibilité de mute des joueurs. Il y a toujours eu des joueurs toxiques, des relous qui foutent de la musique pour joué à la radio amateur, le mec qui insultent ses team-mates si ils ne font pas se qu’il veut, celui qui ne va pas supporter de perdre un duel, etc. De tout temps les jeux ont provoqués des comportements de triche et de violence bien avant qu’ils ne soient numériques.

    Idem pour l’usage de l’expression “se faire violer” c’est certes cru et violent mais moi quand j’étais jeune on disait bien: massacrer, faire un carnage ou génocider. Alors bon aujourd’hui c’est totalement rentrer dans le langage courant donc ça apparais normal mais ces termes désigne à la base des crimes de guerres ou des actes de barbarie. Mes parents trouvés à l’époque excessif de parler de “massacre” pour une victoire écrasante dans un jeu aujourd’hui on peut l’entendre dans des commentaires sportifs à la tv. D’ailleurs un autre terme qui se banalise c’est fils de pute, quand j’étais ado c’était la pire insulte possible avec insulter les morts mais maintenant les types se balancent ça en rigolant comme s’il se traités de cons. Et pourtant se traiter de cons était extrêmement injurieux du temps de mes grands-parents alors que banal pour moi… C’est l’évolution du langage.

    Il y a par contre une partie que je n’ai pas compris:
    “Je ne compte plus les messages insultants reçus de la part de parfaits inconnus (même si cela s’est grandement calmé, d’ailleurs, depuis que j’ai cessé de faire des vidéos Kinect, passage à la One X oblige).”
    Le coup des vidéos Kinect pas compris de quoi il s’agit ? Et les messages insultants de parfait random ? Il m’arrive d’en recevoir de personne avec qui j’ai joué mais de parfait inconnus, je comprends pas, à moins que quelqu’un se serve de ton pseudo ailleurs j’ai du mal à concevoir comment un gars peut au pif tombé sur ton profil pour t’envoyer un message d’insulte.

    • Bonjour Bayard. Je faisais de petits sketchs (avec mon panda/mascotte) avec Kinect, sur les jeux du moments. Bref, ça faisait marrer les copains et c’était bien là l’essentiel. Avec le système des partages, ça atteignait des gens que je ne connaissais pas. Pour le meilleur, on sympathisait et ça devenait des potes. Pour le pire, d’autres me balançaient des messages insultants à la con. Depuis la X, impossible de brancher le Kinext (l’adaptateur est très cher) j’ai arrêté de faire des vidéo de ce type, donc plus (trop) de messages.

    • D’accord je comprends mieux, le grand classique du mec “qui fait” critiquer par ceux qui ne tentent pas. Je n’ose même pas imaginer ce que les gros créateurs de contenus doivent recevoir quotidiennement…

      D’ailleurs ça me fait pensé jusqu’au milieu des années 80 dans les jeux télé on donnait le nom de famille des candidats sauf que les gagnants recevaient systématiquement des appels malveillants (facilement retrouvable avec les annuaires d’alors) de la part des jaloux aigris. C’est pour ça qu’aujourd’hui seul le prénom est donné. Malgré ça avec l’arrivée des raisons sociaux le même phénomène se reproduit tous les candidats qui obtienne un minimum de notoriété se font insultés ou harcelés. La rançon du succès.

  4. Excellent papier qui ne décrit que trop bien ce que je vis au quotidien sur le live. De la part d’ami (qui ont quand même la politesse pour une grande part de mute avant que ça ne devienne gênant sinon, ils se prennent une remarque bien sentie), soit pire, de la part des random sur le Live, et là, comme toi, je n’imagine pas faire ça une seconde, mais eux, ça ne les dérangent même pas ! Pire, ça ne leurs vient même pas à l’idée que ça puisse déranger quiconque !?!? Quoi je joue solo avec un casque MAIS avec la musique sur la Hifi à fond à côté …Où est le problème ? Ben tu pollue le tchat et au delà l’audio même du jeu. Je ne sais même pas comment ils comptent jouer et s’en tirer sur un FPS multi type BR en réseau en étant à moitié sourd !? Mais non. Rien à faire. Le dernier que j’ai repris était anglais et en réponse à ma demande de mute a été de monter le son plus fort. Du coup, je l’ai laissé crever dans un coin, j’ai ignoré ces demandes de respawn, j’ai aidé le 3éme teammate, et laissé l’autre décharger sa haine via DM. Pitoyable. Je m’en fous, on a fais top 1 avec l’autre, et en ultime réponse, il a pris le screenshot dans les gencives. C’est pas bien je sais, mais je n’en peut plus.
    Quand je suis enrhumé, je n’aime pas jouer au casque en groupe d’ami parce que je passe la moitié du temps à renifler ou à tousser, donc je coupe le mic, et l’autre moitié du temps à m’excuser auprès de mes core-légionnaires. Jamais je ne mange avec le casque sur la tête, rien de ce genre. Mais d’autres n’en n’ont rien à faire. Pénible…
    Très bon petit état des lieux. Probablement générationnel le problème mais pas que. De la bêtise. Juste de la bêtise.. Et ça. Ça n’a pas de limite !

  5. Très bon papier Bibi… Bip Up à toi !

    Je suis d’accord avec Bayard, dans ma jeunesse (vieux con inside), l’insulte FDP, c’était la pire… L’insulte qui déclenchait un torrent de violence…

    Maintenant limite c’est devenu a la mode…

  6. J’ai lu ton témoignage et j’ai lu les commentaires. Et tu (vous) sais (savez) quoi ? Sans pour autant me faire l’avocat du diable, je te (vous) dirais juste : “ben, le online, c’est juste que le miroir, un échantillon de ce qu’on vit, voire subit, dans la vie de tout les jours”. Rien de plus.

    D’ailleurs, pourquoi te (vous) focaliser sur les indélicats, les cons, les blaireaux et pas sur les bonnes rencontres, les personnes sympas que tu as (vous avez) rencontrées (et ne me faites pas croire que ça n’a jamais été le cas) ? Je pose juste la question.

    Après, ‘y a internet, on est dissimulé derrière un écran, pour peu qu’on soit enfant ou ado, sans pôpa et môman à nous surveiller, ben, on peut avoir une descente d’organes inopinée. On joue le caïd. Pour les “plus grands”, ben, c’est pareil, on profite de la protection l’écran pour s’affirmer, pour évacuer de la frustration.

    • N.B. : Mauvaise manip’ B#rd!l de m!rd# !

      Et puis, j’ai envie de dire, pour les micros allumés, même si moi-même ça me gonfle dans les grandes largeurs, n’est-ce pas ce que l’on vit, subit, au quotidien avec les téléphones portables par exemple ? Des sonneries ultra-fortes dans les lieux publics. Des mecs (ou gonzesses) qui braillent dans leur téléphone dans les lieux publics. Pire, des (vrais) amis que t’invites chez toi et qui passent la moitié du temps sur Facebook, Twitter ou avec Samantha plutôt que de te parler.

      En conclusion, ton témoignage, j’y adhère et je le comprends. La différence entre toi et moi, c’est que les “mongols” qui m’insultent au micro ou par message, soit je les mute, soit je leur shoote leur message, les signale et je passe à autre chose. Fin de l’histoire.

  7. C’est extrêmement bien résumé et une des plus grosses raisons qui fait que je ne joue pas (ou très peu) en ligne ou alors qu’avec des personnes de confiance.

    Les gens ont toujours été violent envers leurs semblables mais la relative discrétion (ou anonymat) du net leur permet de soulager encore plus facilement.

    Étant jeune papa, j’ai encore moins la possibilité de jouer en ligne.
    Et au final, je me suis dis que cela n’était pas plus mal.
    Au moins ma fille n’aura pas à entendre/lire des propos injurieux, irrespectueux, totalement contraires aux valeurs que je veux lui inculquer.

    Pour cela, vive le jeu solo.

    On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

    Belle tribune, remplie de courage et de franchise.

  8. Expérience malheureusement bien trop courante, je ne compte plus vraiment les ajouts en ami après une partie en ligne, juste pour pouvoir mieux m’insulter derrière.
    Bon perso je dois avouer que j’ai toujours pris le parti de prendre ça comme une petite victoire personnelle plutôt que de me sentir mal. Pas sûr que mon attitude soit la bonne non plus, mais bon !

    Sinon là où je me retrouve, et c’est pas forcément lié qu’au JV, c’est dans l’utilisation de certaines expressions à outrance, dont le mot “viol”. Bon après il ne m’est encore jamais arrivé de l’utiliser pour insulter/rabaisser quelqu’un (je ne joue quasi plus online, et encore moins à des jeux compétitifs, donc à la limite j’ai même pas vraiment l’occasion de le faire), mais il est clairement passé dans le langage courant alors qu’il ne devrait effectivement pas.

    Merci Bibi pour le texte en tout cas, clair, précis, touchant… et alors que je pensais être un saint (bon ok pas vraiment) j’ai pris un rappel à l’ordre mérité moi aussi :D

  9. Cc Bibi excellent article mais tu sais la nuit c mieux de dormir tu dois manquer à ta femme ..je suis d’accords avec toi sur les grandes lignes mais il faut que je confesse qu’il m’est déjà arrivé d’oublier de couper mon micro lorsque je suis en ligne avec des amis…comme il m’est aussi arrivé d’oublier de remettre le micro en marche après avoir mangé ou autre et m’irriter toute seule car j’ai l’impression que personne ne veut me répondre quand je parle et m’ignore ..des petites erreurs d’inatention sûrement du au fait que cela se passe pour la plupart du temps a des heures indécentes ou que tu es hypé par ton jeu…des excuses ? Non…des simples explications…il est bien évident que lorsque je m’en rends compte..je m’excuse (et mon ancien prof de français du collège me dirait que personne ne peut s’excuser soi même…c aux autres de prendre cette décision…)..quand à l’utilisation du mot “viol” il m’est également arrivé de l’utiliser..non pas que je minimise sa signification..ni que je ne reconnais pas la violence du mot.. mais il m’arrive souvent d’utiliser un champ lexical sur le sexe en général avec les gens avec qui je me sens à l’aise. C sûrement une facon de montrer que je ne prends pas au serieux et que je suis pas quelqu’un de coincé, mais plutot ouverte a toute discussion..sur tout sujet..car je fais partie de ces gens qui pense que l’on peut discuter et plaisanter de tout.. mais pas avec tout le monde.. pourquoi je ressens ce besoin ca c une autre histoire bien longue…ce qui faut simplement retenir c que je ne suis pour autant quelqu’un qui se préoccupe pas des autres..ni qui manquent d’empathie bien au contraire..je crois juste que de temps en temps il faut aussi savoir désamorcer les choses et lâcher prise..bref…mon dieu je m’égare..en tout cas pour finir.. félicitation pour ton article..c tjs agréable de te lire que ce soit en chat ou sur le site …

    • Merci pour ton commentaire ! et oui, couper son micro et parler dans le vide : un classique^^

Vos réactions

Mot de passe oublié