Test – Big Rumble Boxing : Creed Champions, un boxeur, ça boxe

Difficile de ne pas connaître la saga Rocky. Cette série de boxe qui débuta par un film dramatique oscarisé, se transforma très rapidement en machine hollywoodienne, fun, grandiloquente et over the top (^^). Rocky 4 en est le parfait exemple, film culte des années 80, mettant en scène le gentil américain Sylvester Stallone contre le méchant russe Ivan Drago (incarné par Dolph Lundgren). La saga ayant officiellement pris fin en 1990, il aura fallu attendre 2005 pour voir arriver le spin-off dénommé Creed. Changement de posture, désormais c’est le fils d’Apollo qui sera le héros, avec Rocky jouant le second couteau… Soit la chance pour qu’une nouvelle génération de fans prenne le relais ! Big Rumble Boxing : Creed Champions est un jeu hommage à la série. Mais n’espérez pas pouvoir suivre la trame des films (ormis quelques flashbacks), ici nous sommes plus sur un concept de suite de ces derniers. Qui plus est, si vous cherchez une simulation de boxe, passez aussi votre chemin, car le mot “Arcade” est clairement plus adapté ici.

“Pourquoi vous voulez boxer ? Bah, je sais ni chanter, ni danser.”

Épuré à l’extrême, sans fioritures, voilà le mot d’ordre du jour. D’entrée au menu principal, nous sommes accueilli par le thème de Rocky, donc ça commence bien ! S’en suit la découverte des modes de jeux, Arcade, Versus (multi) et Entraînement. La base certes, mais son tarif allégé de 40 euros se fait sentir d’entrée. Trop de choix tue le choix me direz-vous. Allez-hop, lançons nous dans le cœur du jeu, l’Arcade ! Le menu de sélection des personnages s’avère épuré, mais surtout, je n’en connais que trois sur les dix proposés… Alors oui, je suis accoutumé aux films, je les ai tous vu, mais à part le top 5, j’avoue ne pas connaître tous les bonhommes… Je sais aussi que d’autres s’y trouvent, vu que les développeurs ont fièrement affiché dix autres tuiles faites de points d’interrogation. Ce n’est pas grave, Rocky sélectionné d’entrée ! Et là, le scénario commence. Pas de cinématique, juste des images fixes, avec des “haha” et “humhum” en guise de dialogues. C’est pas folichon, mais on peut les zapper, donc ce n’est pas dramatique.

“Un boxeur, ça boxe.”

Le match commence et déjà, ça en jette plus ! C’est coloré, les personnages sont cartoonesques et  limite super deformed. Le style n’est pas désagréable à l’œil. Forcément, on reconnaît bien Stallone (trop peut-être, vu la tête qu’ils lui ont collé), les décors sont remplis d’animations et l’ambiance s’avère survoltée ! Bon le visuel ça va, mais l’audio, ça dit quoi ? Étant particulièrement fan des thèmes de Rocky, j’écoute attentivement… Présentateur sous amphets, musique tonitruante, mais je la connais pas. Grosse déception en me disant que j’attendrai la finale pour savourer mon miel d’oreilles. Celle-ci arrive après une poignée de matchs et toujours rien. Les thèmes ne sont pas mauvais en soi, mais quand je joue à Rocky, je veux entendre du Rocky, moi ! Alors, oui, j’ai eu le Hip-hop (!) de Creed dans la finale, mais bon, je suis sensiblement désappointé. Comme je le disais plus haut, les morceaux connus se cantonnent quasi-exclusivement au menu principal. Avec notamment du Eye of the Tiger pour nous mettre en situation avant le fameux “Press Start”!

“Je vais te dire un truc que tu sais déjà”. 

L’orientation arcade se retrouve bien sûr dans le gameplay. Vous aurez un coup faible, fort (différent selon l’orientation du stick), esquive, block haut/bas, agripper et super coup. C’est simple, efficace, fluide et fun ! Le dynamisme des matchs ne peut pas être contesté. Il faudra d’ailleurs être en mouvement quasi constant sur le ring, car les adversaires ne vous feront pas de cadeaux. Les rivaux s’avèrent être inconnus certes, mais particulièrement coriaces. Tatoués pour la plupart, génériques pour beaucoup, ils présentent tous un scénario distinct. Des histoires qui se termineront systématiquement par le déblocage d’un autre personnage, mais aussi par l’acquisition d’un short de couleur différente, dla balle ! Pour ce qui est des KO, on se retrouve face au fameux burinage du bouton X pour se relever. Manettes au bout du rouleau, vous êtes prévenues ! Les combats ne seront pas les seules distractions du titre, à certains moments de l’histoire, vous pourrez vous entraîner ! Ces séquences se résument à taper en rythme un punching bag ou encore courir sur un tapis en cliquant respectivement LT et RT. Rien de transcendant mais différent du reste et relativement amusant.

“Si tu sais ce que tu vaux, faut tout essayer pour l’obtenir”. 

Le mode multi se limite à du local, mais j’imagine bien ce Big Rumble Boxing : Creed Champions devenir un passe temps agréable pour de nombreux joueurs. Primo parce que l’on peut marteler les touches en espérant s’en sortir et secundo parce que les jeux de boxe ne se bousculent pas vraiment au portillon. D’autant que l’ambiance des rixes change grandement selon le ring. Du simple gymnase d’entraînement au Grand Stadium, treize ambiances différentes se présenteront à vous.

“C’est pas fini tant que la cloche n’a pas sonné”. 

Big Rumble Boxing : Creed Champions s’avère être un bon jeu de boxe Arcade. Malgré le manque de cinématiques, de musiques connues in-match et de modes de jeu, l’essentiel est là ! Soit du fun, du panache et de l’action appréciable entre amis. Notons également qu’à l’instar du récent Aliens, il est assez rare de voir une adaptation cinématographique paraître, alors qu’aucun film de la franchise n’est prévu dans l’immédiat. Et ça, sans en avoir l’air, ça fait plaisir !

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
  Contraste élevé (réticule de visée)  Sous-titres avec indications d’ambiance
  Taille couleur de police  Identification de la personne qui parle
  Marquage des ennemis  Police personnalisable
  Interface personnalisable  Couleur de police personnalisable
  Couleur minicarte personnalisable  Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
  Option daltonisme  Sons ambiants signalés (informe sur présence)
  Option Text to speech
  Ralentissement du jeu

Conditions de test

  Caractéristiques TV4K HDR OLED  Jeu fourni par l’éditeur Oui
  ConsoleXbox Series X  Temps passé sur le jeu 4  Heures
  Niveau de difficultéNormal  Jeu terminé Presque :-p

+ Les plus

  • C'est Rocky !
  • Des matchs survoltés
  • Une maniabilité fluide et agréable
  • Techniquement correct
  • Les menus avec la musique des films
  • Sur Xbox Series X|S, des chargements quasi inexistants

- Les moins

  • Côté contenu, c'est le minimum syndical
  • Un style visuel qui ne plaira pas à tous
  • Les musiques des films oui, mais uniquement dans les menus
  • Le scénario et sa présentation, biens nazes

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription