• Actualité
  • Communauté
  • Game Pass
  • ID@Xbox

    ID@Xbox

    Le programme ID@Xbox est un programme de développement conçu pour aider les développeurs indépendants à créer et à publier leurs jeux sur les plateformes Xbox et Windows 10. Il offre aux développeurs un accès gratuit aux outils de développement, à un soutien technique, à une assistance marketing et à des ressources pour la certification de jeux.

    Boîte à indés – United Assault – Battle of the Bulge, autant regarder Band of Brothers
    Boîte à indés – Speedgunner Ultra, un bon petit Super Meat boy-like
    Boîte à Indés – Finding the Soul Orb, une bonne heure de marche pour 1000G
    Boîte à Indés – Dead Station, tout juste passable, pour 1000G rapides
  • Bons plans
  • Test – Eternal Hope, le joli conte universel

    Sans atteindre la maestria effroyable ni la puissance évocatrice des Inside et autre Limbo, Eternal Hope est un beau voyage crépusculaire. Ses phases de plateformes et énigmes à base de monde parallèle fonctionnent à merveille et obligent agréablement à tirer parti des jolis détails des décors qui le sont tout autant. Le périple est cependant court et ne permet pas de réelle rejouabilité. Reste un récit tendre et doux en surface, mais dont la noirceur et la conclusion ne laisseront pas insensible la personne derrière la manette. Une belle expérience vidéo ludique donc, accessible à tous et toutes, pour peu que vous ayez un cœur. Et de l’espoir. 

    Eternal-Hope-héros

    De savoir couper l’espoir en deux 

    Vous vous êtes déjà demandé ce que vous seriez prêt à faire par amour ? Comme tout le monde j’imagine. Ti’bi, le héros d’Eternel Hope n’a pas ce genre de dilemme hypothétique. Sa compagne morte devant ses yeux, il accepte l’impensable auprès d’une divinité : pactiser avec elle et récupérer les fragments de l’âme de sa bien-aimée pour espérer la ramener. L’être omnipotent va même jusqu’à lui céder une partie de ses pouvoirs afin qu’il réalise son destin. Ainsi, Ti’bi dispose désormais d’une clairvoyance lui donnant accès à une autre dimension qui fait tout le sel de ce récit au départ tout à fait classique. 

    Ce qui l’est moins c’est cet univers uniquement coloré en arrière-plan et dont l’action se déroule tout en ombres chinoises. L’impression d’être devant un petit théâtre de marionnettes n’est pas loin et suivre l’aventure de Ti’bi est un réel plaisir quasi enfantin. Au final, et ce n’est pas un mal, ce récit ne dure que le temps d’un conte raconté au coin du feu, avant de s’endormir. Soit deux heures de direction artistique épurée et élégante, de phases de plateformes rendues originales et plaisantes par la faculté de Ti’bi de passer d’un plan dimensionnel à l’autre. 

    Par moments, Eternel Hope peut même faire penser à Limbo ou Inside mais en moins puissant ou sidérant. En effet, dans les deux jeux que je viens de citer, l’impression d’être dans un monde aussi dangereux que riche se fait ressentir et l’envie de briser le mur de la 2,5D pour l’explorer est irrépressible. De son coté, l’univers d’Eternal Hope n’a pas cet élan. Je n’ai jamais ressenti ce sentiment vertigineux que nous ne sommes qu’un rouage d’un grand tout qui nous dépasse très largement. Pour le dire mieux, dans Eternel Hope, le monde tourne autour et n’existe que pour l’histoire de Ti’bi. 

    Eternal-Hope -plateforme

    Ti’bi or not Ti’bi 

    En comparaison avec Inside et Limbo, Eternel Hope est également moins angoissant et peut convenir à tous les publics. Les créatures que Ti’bi peut voir dans l’autre plan ne sont guère effrayantes, ces gentils monstres l’aideront même à atteindre certaines plateformes. De plus, il faudra faire montre d’observation et de timing pour se sortir de situations où passer rapidement d’une dimension à l’autre sera indispensable. Ici, un tronc d’arbre ne sera creux que dans un plan, quand là, il faudra enchaîner des sauts de plateformes alternativement présentes dans un monde ou l’autre. L’ensemble est un peu technique mais réjouissant à réaliser ! 

    Quelques personnages rythmeront la fuite en avant de notre héros. Le méchant troll, une famille de hérissons ainsi qu’une sorte de gobelin farceur renforcent encore s’il le fallait, l’aspect conte. Le réel et seul reproche que j’ai envers Eternal Hope est l’affrontement contre le boss final. Car comme dans beaucoup de jeux de plateformes, il n’y a pas de réel combat. Ti’bi n’a pas d’arme. Il dresse des pièges ou esquive l’adversité. Et donc, en arrivant à la fin de son aventure, il lui faudra faire de même avec le méchant ultime, via des actions obligatoires et scriptées. Sauf que celles-ci ne sont pas forcément claires. Alors on tâtonne, on meurt en boucle. Heureusement qu’il y a de nombreux points de contrôle. Cet épilogue pénible conclut tout de même une jolie histoire pour un joli jeu qui peut toucher tout le monde par ces petits personnages attachants et sa thématique ô combien universelle, l’Amour.  

    Eternal-Hope-énigme


    Critères d’accessibilité

      Déficience Visuelle   Déficience Auditive
    Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
    Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
    Marquage des ennemis Police personnalisable
    Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
    Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
    Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
    Option Text to speech
    Ralentissement du jeu

     

    Conditions de test

      Détails TV 4K   Jeu fourni par l’éditeur oui
      Console Xbox Series X   Temps passé sur le jeu 2 heures
      Niveau de difficulté N.A.   Jeu terminé oui