Test – F1 22, virage réussi pour la nouvelle réglementation, le mode Vie F1 vraiment nécessaire ?

Comme chaque année, Codemasters a préparé un nouvel opus de son jeu phare sur la Formule 1. Celui-ci est nommé F1 22 pour coller à la nomenclature de Electronics Arts. Alors que le sport vit une véritable révolution avec l’introduction des voitures à effet de sol, la tâche s’annonçait complexe pour le développeur. Est-ce que le défi a été réussi ? Découvrons cela sur la piste.

Le Mode Vie F1, vraiment nécessaire ?

Première surprise en lançant le jeu, nous découvrons directement dans le hub principal le mode Vie F1. Celui-ci a pour but de nous faire vivre la vie d’un pilote de Formule 1, mais en réalité, ne sert que comme centre de collections pour des objets à obtenir en jouant. Parmi eux, des vêtements et accessoires pour votre avatar, mais aussi du mobilier pour votre logement. On doit par exemple décider rapidement de la couleur de notre canapé. Passionnant, n’est-ce pas ? Alors que nous passons la plupart du temps dans un cockpit. Nous pouvons également visiter la pièce de vie d’autres joueurs.

Après cela, il est possible de découvrir les Supercars, ces énormes bolides comme la voiture de sécurité Mercedes AMG, des Ferrari, Mclaren ou Aston Martin. Principale nouveauté de ce nouvel opus, je me suis empressé d’aller les essayer. Pour cela, nous pouvons partir en contre-la-montre sur les différents circuits, ou dans les Tours Rapides Pirelli. Ceux-ci représentent une succession de défis à réaliser avec ces voitures sur divers circuits. On retrouve par exemple un test de la vitesse moyenne sur un secteur au Grand Prix d’Azerbaïdjan, ou même… un concours de drifts. Non, non, vous ne rêvez pas. Un concours de drifts dans un jeu de Formule 1. C’est un peu comme si FIFA décidait d’obliger les footballeurs à faire du basket puisque cela se joue aussi avec un ballon. Non, pour moi, leur conduite approximative n’apporte aucun intérêt dans un jeu centré sur la Formule 1.

Des améliorations notables sur les carrières

Depuis quelques années, les jeux F1 proposent un mode carrière classique ou « Mon écurie ». La différence est nette : le classique vous met dans la peau d’un pilote et vous pouvez guider le développement de la voiture, tout en étant sujet aux décisions de l’équipe concernant votre contrat. De son coté, « Mon écurie » reprend tout cela en y ajoutant la gestion de l’équipe : il faut ainsi gérer les différents départements, investir dans votre usine, choisir le meilleur pilote pour vous accompagner. F1 22 voit My Team se doter d’un système intéressant : il est désormais possible de débuter avec une réputation déjà établie ainsi que de nombreuses ressources. La solution parfaite pour se jeter dans le grand bain sans partir du bas de la grille. Les deux modes disposent maintenant exactement de la même interface et des mêmes éléments, avec des options de gestion différentes selon votre choix. Cette “unification” de l’interface est plutôt appréciable, puisque nous pouvons passer d’une carrière à une autre sans avoir à chercher où sont les différentes options de l’interface.

Afin de progresser dans la carrière, nous retrouvons les différentes courses week-end après week-end. S’il est possible de se faire un championnat totalement personnalisé de 10, 16, ou l’intégralité des vingt-deux courses, le déroulement de celles-ci a quelque peu évolué. Les essais libres sont désormais plus intéressants, avec trois programmes à compléter et des objectifs secondaires dans chacun d’entre eux. Les graphiques permettant leur suivi en direct sont également plus précis. Le studio a également intégré les courses sprints qui sont présentes sur certains Grands Prix. Celles-ci changent le déroulement d’un Grand Prix, avec une course plus courte qui définira la grille de départ de l’événement principal. Une vraie réussite qui permet de coller plus à la réalité.

Que ce soit le mode carrière ou My Team, la progression se déroule comme dans les précédents jeux, avec un système de rival, de prestige pour votre pilote ou votre écurie selon les performances et un seul objectif : devenir champion du monde. Un point noir cependant, les événements annexes dans la carrière. Si dans les jeux précédents, ceux-ci proposaient de participer à des courses sur des F1 rétro, F1 22 propose cette fois-ci des défis… Supercars. Il faut donc passer en piste avec ces voitures pour gagner en réputation durant la carrière.

Le pilotage le plus agréable de la licence

Parlons peu, parlons bien. Si j’ai trouvé la conduite un peu plus compliquée qu’auparavant à la manette, QUEL PIED AU VOLANT ! Embarqué dans la F1-75 de Ferrari, les sensations sont tout bonnement grisantes. Le modèle physique et le travail des suspensions font une réelle différence, on ressent bien la surface de la route et notamment les bosses. Rassurez-vous, ma tête va bien, aucun marsouinage n’est à signaler, Codemasters ayant autant anticipé ce problème des Formule 1 2022 que Mercedes. L’appui de la monoplace se fait véritablement ressentir à moyenne et haute vitesse, tandis que nous sentons bien la diminution en roulant moins vite, effet de sol oblige. C’est donc une véritable réussite volant entre les mains. C’est bien simple, je ne pense pas avoir pris un tel plaisir de conduite sur un autre jeu F1.

Codemasters a également souhaité augmenter l’immersion. Pour cela, il est désormais possible d’intervenir dans plus de phases de la course qu’avant. Cela prend forme lors du tour de formation où nous pouvons contrôler la voiture jusqu’à sa zone d’arrêt finale : s’arrêter trop tôt ou trop tard influencera votre départ. Idem pour les arrêts aux stands qui vous demandent, si vous activez l’option, de tourner au bon moment pour entrer dans l’emplacement du changement de pneus. Dommage que cela se fasse avec l’appui sur un bouton plutôt qu’en tournant manuellement le volant, cela brise quelque peu l’immersion. Cependant, ces quelques éléments donnent déjà une meilleure sensation de contrôle d’un bout à l’autre de la course. Il ne resterait plus qu’a pouvoir conduire la monoplace sur toute la ligne des stands, chose encore impossible actuellement.

Afin de coller à la vie réelle, nous pouvons également découvrir le tracé de Miami. Débutant cette année, il bénéficie de la plus belle modélisation à l’heure actuelle en plus de proposer un réel défi en piste. Codemasters a également rattrapé son retard sur les modifications ayant eu lieu sur les circuits l’année dernière : Melbourne, Abu Dhabi et Barcelone ont été revus pour incorporer les changements de tracés.

Concernant le mode multijoueur, il m’a été impossible pour le moment de le tester. Ce test n’en tient actuellement pas compte. Reste à savoir si les problèmes persistants de F1 2021 ont été corrigés dans cet opus, ce qui est grandement nécessaire et aurait dû être une priorité des équipes.

Conclusion 

F1 22 est parvenu à prendre le virage correctement pour cette nouvelle ère de la Formule 1. La conduite n’a jamais été aussi agréable avec des sensations au plus proche de la réalité. De plus, le mode carrière continue de s’améliorer avec quelques ajouts bien pensés. Cependant, la présence des Supercars est difficile à comprendre, d’autant plus que les F1 rétro ont disparus depuis quelques temps et manquent à de nombreux joueurs. Est-ce que le temps passé à développer ces bolides n’aurait pas été mieux utilisé à faire ce que Codemasters sait faire, c’est-à-dire, de la F1 ? Ou à corriger quelques bugs persistants depuis plusieurs années…


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle   Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV 4K   Jeu fourni par l’éditeur Oui
  Console Xbox Series X   Temps passé sur le jeu 8h
  Niveau de difficulté Contrôle de traction + trajectoire   Jeu terminé Non

+ Les plus

  • Les monoplaces 2022
  • Les sensations de conduite
  • Le mode carrière continue de s'améliorer
  • Toujours plus d'immersion
  • VF intégrale

- Les moins

  • Quelques décisions incompréhensibles (appuyer sur A pour tourner dans les stands)
  • Les Supercars, quelle utilité ?
  • L'obligation de jouer avec les Supercars pour les succès, dans un jeu de F1.
  • L'IA toujours perfectible

Mot de passe oublié

Inscription