Test – Just Cause 4

Rico Rodriguez is back ! Après avoir renversé trois despotes dans les volets précédents, Rico est aujourd’hui confronté à la Main noire, organisation déjà à l’oeuvre dans les deux premières aventures. Ce coup ci, les antagonistes principaux, ce sont eux, et plus particulièrement leur chef, Gabriella Morales. Présentée comme la rivale féminine de Rico, avec une vengeance personnelle à la clé, Gabriella est à la tête d’une organisation paramilitaire qui a pris le pouvoir de Solis, un pays fictif d’Amérique latine.

Une histoire ? Quelle histoire ?

Pour ce qui est de l’histoire, ne vous attendez pas à du grand art. Comme d’habitude dans la série Just Cause, le scénario tient sur un timbre poste. Le début du jeu nous fait penser que l’histoire évoluera de manière plus complexe que dans les précédents épisodes, mais après quelques cinématiques intéressantes, le soufflet retombe vite… Le même principe que les premiers volets se met en oeuvre : une accumulation de missions, à faire dans l’ordre que l’on souhaite, avec une histoire quasi inexistante. Un système d’escouade que l’on fera avancer pour conquérir progressivement les différentes régions du jeu a été implanté, mais son impact sur la progression est finalement très faible, débloquant des challenges et défis au fur et à mesure de votre progression. Dans l’état, vous êtes libre de vous déplacer où vous le souhaitez sur la map.

Le terme bac à sable est souvent utilisé dans les jeux à monde ouvert, le principe étant d’avoir un paquet de choses intéressantes à faire, comme on le souhaite, sans contraintes. Et bien de ce côté là, Just Cause 4 ne trompe pas sur la marchandise. Comme dans la grande majorité des jeux à monde ouvert, le monde de Solis propose de très nombreuses activités et missions. Certaines sont nécessaires à la progression du scénario, et d’autres facultatives. Les missions principales sont introduites par des cinématiques, inintéressantes au possible, dont le but est de donner un semblant de consistance aux objectifs. Je dis bien semblant car les missions ne se résumeront qu’à une seule chose : tout détruire. Rendez vous à un point donné, appuyez éventuellement sur quelques interrupteurs au passage, et n’oubliez pas de tout faire péter en le faisant ! Pour ce qui est des activités annexes, certaines sont basées sur un timing serré, comme atteindre des objectifs dans le temps imparti, en utilisant un mode de transport prédéfini, ou encore de détruire des dirigeables dont le principe sera de les atteindre, de la manière la plus originale qui soit.

Rodriiiguez : Père et Fils

Ce coup ci, les développeurs ont sensiblement étoffés les possibilités offertes aux joueurs : le grappin, fer de lance de Rico, peut être utilisé de manière bien plus polyvalente qu’auparavant. Comme de coutume, on peut attacher deux éléments entre eux, et en constater les effets, mais également attacher des ballons ou des propulseurs aux différents objets du jeu, en espérant se fendre la poire à la vue des résultats obtenus. L’expérimentation est la clé, mais le soucis est que l’action dans Just Cause 4 est tellement fournie, qu’il sera difficile, en plein combat, d’en faire à sa guise. Heureusement pour nous, Rico est un surhomme, littéralement. Le nombre de balles qu’il peut encaisser avant de rendre l’âme nous fera souvent penser que sa peau est composée en grande partie de kevlar. A chaque impact l’écran clignote en rouge, et vu le nombre d’adversaires lourdement armés, on ne sera pas loin de la crise d’épilepsie à chaque combat. Ces combats s’avèrent d’ailleurs assez bordéliques, les ennemis attaquant de toute part, la mobilité sera votre point d’orgue. Rico est encore équipé de son wingsuit légendaire et de son parachute, et cela dès le début du jeu. Déblocables progressivement dans l’opus précédent, la possibilité de les améliorer vous sera proposé dans ce 4ème opus. Que ce soit en combat ou lors des déplacements sur l’immense carte, la maîtrise de ces gadgets sera primordiale. Le combo grappin, parachute et wingsuit, amène une grande partie du peps de Just Cause 4, et le ressenti de liberté en est extrapolé. D’autres moyens de locomotion vous sont proposé, dont un paquet de véhicules en tous genres, bien plus variés qu’auparavant. La conduite des voitures s’est affiné, avec un ressenti très différent selon que vous conduisiez une petite citadine ou un 4×4 bien lourd. Cette différence se constate également aux commandes d’un plus grand nombre de motos, d’avions, et d’hélicoptères disponibles.

Rico Air, vols discount

D’autres moyens de naviguer sur la carte existent, notamment un fast travel, qui s’activera lorsque un nouveau lieu sera découvert. On n’y accède pas par magie, mais par le biais d’accolytes, qui vous y transportent en hélicoptère. Déblocables au cours du scénario, ces aides vous permettront également de vous faire livrer des armes, ou véhicules en tous genres, sur simple appel. Bien pratique ! Ces héliportages font parti des scènes les plus impressionnantes du jeu : lâché du ciel, la vue panoramique offerte au joueur permet d’apprécier la taille du pays de Solis. Composé de plusieurs régions, le panel classique est ici représenté dans ses plus grandes largeurs, Forêts, Collines, montagnes enneigés, déserts arides, villes fournies…c’est un immense monde qui se présente à nous.

C’est quoi ton appareil photo ? Bah un Ricoh tien !

Malheureusement, l’adage “belle de loin, loin d’être belle” est vraiment en raccord avec Just Cause 4. Même sur Xbox One X, le rendu visuel est loin d’être exempt de défauts : contrastes trop accentués, couleurs baveuses, clipping de la végétation très présent, character design grossier, avec des yeux sortis de la génération précédente, n’y allons pas par quatre chemins : c’est très décevant. Alors oui, passer après RDR2 ne joue pas en sa faveur, et oui, Avalanche n’a pas les moyens de Rockstar, mais quand même, de mémoire le troisième volet me semblait plus joli ! Le nombre d’explosions impressionnantes et, en général, de choses qui se passent à l’écran peut expliquer la chose, mais au moins c’est fluide, et cela en toutes circonstances (sur Xbox One X en tout cas).

Faisons une petite passe rapide sur les tornades et autres conditions météo extrêmes, largement mises en valeur dans la promo de Square Enix. Finalement, elles n’ont que peu d’impact sur le gameplay. Loin d’être marquantes visuellement, et ne proposant que peu d’intérêt ludique, elles n’ont que pour bénéfices d’être là, pour se démarquer des précédents Just Cause, où elles ne l’étaient pas.

En ce qui concerne la partie sonore, il y a du bon et du moins bon. La musique d’ambiance est passe partout, mais les véhicules proposent dorénavant de nombreuses stations de radio, avec des talk shows (en anglais), de la techno (bien sympa), ou encore de la musique hispanique. Pour ce qui est des effets sonores, attendez vous à entendre des explosions, beaucoup, d’explosions.

Alors ? Le nouveau Rico ?

Alors au final, qu’en est il de ce Just Cause version 2018 ? Et bien c’est un peu ça, une sorte de mise à jour de Just Cause 3. Cela m’attriste de le dire, mais je ne considère pas Just Cause 4 comme indispensable pour les fans de la série. Cela dit, il reste quand même un jeu fun, complet, proposant un vrai bac à sable, au sens propre du terme. La durée de vie avoisine les 35 heures si vous faites le scénario et les missions annexes, mais augmentez cela si vous aimez battre vos propres records. Alors si vous êtes un nouveau venu à la série de Rico Rodriguez, vous découvrirez un jeu, certes aux antipodes d’un RDR2, mais excellent pour se marrer et se prendre pour un surhomme.


En résumé 

Just Cause 4 propose un jeu à monde ouvert immense, où la liberté totale est le point d’orgue. Rempli d’objectifs et de choses a faire (certes répétitifs), le jeu a été pensé pour faciliter la vie du joueur, avec une quantité de gadgets, armes, et véhicules, très impressionante. Le peu de nouveautés et la réalisation technique décevante pourront être un frein aux habitués de la série, mais si vous faites abstraction de ces défauts, Just Cause 4 : c’est du fun à l’état pur.


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle   Déficience Auditive
 Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

+ Les plus

  • Un vrai bac à sable
  • Une liberté totale
  • Un paquet d'armes, de véhicules, de gadgets
  • Un monde immense
  • Très fun
  • Une très bonne durée de vie

- Les moins

  • Techniquement moyen
  • Répétitif
  • Peu de nouveautés
  • La météo anecdotique
  • Des combats fouillis
Bercé aux jeux vidéo depuis l’Amstrad, j’ai vécu ma vie vidéoludique sur cet adage: mieux vaut rouler en fiesta et avoir un paquet de jeux, qu’en Porsche, et d’en avoir aucun!

6

  1. Merci pour le test cela me conforte dans l’idée que c’est décidément pas ma came.

  2. Merci pour le test, à petit prix

  3. Du just cause quoi !!!!
    Divertissant 5 minutes et après on s’ennuie (

  4. ah ça c’est dommage pour un jeu comme ça

  5. Je vient de finir le jeu quel kiffe, ce jeu est absolument magique. Mes Réactions

    – ou sont les Pistolets ?
    – ou sont les grenades ?
    – ou est l’IA des PNJ ?
    – un peu trop facile par rapport au 3

Vos réactions

Mot de passe oublié