Test – Let’s Cook Together!, quand coopération rime avec coordination.

Avec Jess Bond, les jeux coopératifs, c’est notre dada. Et je dois avouer que, de mon côté, c’est encore plus le cas lorsqu’ils se placent sous le thème de la cuisine. Gérer les commandes et se répartir les tâches, ça nous connaît. Du coup, quand on a appris l’existence de Let’s Cook Together!, on s’est tout de suite dit « Allez ! ». Avec cependant une grosse interrogation en tête : n’allait-il être qu’un ersatz d’Overcooked! ou saurait-il se différencier de la concurrence ?

Un burger complet pour la table 2 !

Avant toute chose, un point rapide sur l’accessibilité du jeu : n’espérez pas pouvoir en profiter en solo. Let’s Cook Together!, comme son nom l’indique, n’est jouable qu’à deux. Et n’espérez pas pouvoir faire équipe avec quelqu’un à l’autre bout du pays, ici, ce n’est que du local. La deuxième chose qui m’a marqué est la direction artistique choisie par Yellow Dot, les développeurs. Des graphismes rappelant un dessin-animé bas de gamme qui ne présage rien de bon. Mais comme je le dis souvent, l’habit ne fait pas le moine, jugeons plutôt sur le gameplay.

Après avoir choisi son légume qui fera office de personnage, puis un niveau, chaque joueur se retrouve d’un côté d’une cuisine qui ne mettra pas forcément à disposition les mêmes ingrédients et outils. C’est sur le bar central qu’arriveront les commandes à réaliser en temps limité, composées d’un à trois plats. Au début, c’est plutôt simple (burger nature, boissons,…) puis ça se complique progressivement (salades, augmentation du nombre d’ingrédients dans les préparations,…).

 

Précédemment, dans Let’s Cook Together!

Cette expérience culinaire propose une construction atypique : la campagne est découpée en trois saisons de 56 épisodes. Ce sera donc 168 niveaux qui vous attendront, rien que ça ! Chaque saison a sa particularité. La première propose un thème fast-food, la deuxième se concentre sur les pâtisseries alors que la dernière est axée sur une cuisine plus orientale. Elles auront à chaque fois leurs plats qui leur seront propres, mais aussi des ustensiles particuliers, ce qui permet d’amener un peu de variété bienvenue.

Terminer chaque épisode vous permettra de récupérer des pièces d’or nécessaires pour améliorer votre équipement. On ne va pas se le cacher, pouvoir réduire le temps de découpe ou d’automatiser notre mixer, ça nous a été indispensable ! Mais vous pourrez aussi utiliser cet argent pour débloquer les saisons suivantes et un mode de jeu « sans-fin » qui ne s’arrêtera que lorsqu’une commande est ratée ou qu’un ingrédient tombe par terre. Let’s Cook Together!  a eu la bonne idée de proposer un mode compétitif. La liste des commandes est commune et ce sera la course à celui ou celle qui sera le ou la mieux organisé(e) et rapide.

Bataille de tomates !

Le titre de Yellow Dot rentre parfaitement dans la catégorie du « simple à prendre en main, difficile à maîtriser ». Les commandes sont à la portée de tous : le stick gauche pour déplacer son personnage, le bouton A pour interagir avec les ingrédients et les ustensiles, le bouton X pour envoyer un ingrédient à son partenaire et enfin le bouton Y pour valider le plat en main. Attention cependant à être bien organisé, car si vous envoyez un ingrédient à l’autre joueur alors qu’il a les mains prises, il se le prendra en pleine poire. Vous écoperez alors d’un petit malus et l’ingrédient à terre ralentira la personne qui marche dessus.

Pour plus d’accessibilité, quatre modes de difficulté sont proposés, qui influent notamment sur la durée de validité des commandes. Idéal pour s’offrir une expérience taillée sur mesure. Mise à part la limitation à deux joueurs qui mettra sur le carreau un bon nombre d’apprentis cuisiniers, on ne peut que constater les efforts du studios pour proposer un titre à la portée de tous. Si les quelques voix sont en anglais, il est important de souligner que tous les textes ont été traduits en français. Le contenu est aussi au rendez-vous, avec une durée de vie tournant autour de la trentaine d’heures au minimum.

Reste que quelques défauts subsistent pour cette excellente surprise. Au-delà de la direction artistique qui n’est vraiment pas attrayante, j’ai trouvé les musiques rapidement répétitives. Même si je dois admettre qu’une fois dans le feu de l’action, je n’y prêtais plus attention. Enfin, les niveaux se ressemblent tous en terme d’architecture, on est loin d’une inventivité à la Overcooked! de ce côté-là. Pas de pièges ou d’éléments perturbateurs, vos seuls ennemis seront le temps et une éventuelle désorganisation.

L’avis de Jess Bond : quand il y a un jeu coopératif à se mettre sous la dent, je réponds présente instantanément ! Surtout lorsque c’est un jeu de cuisine qu’on pourrait être tenté de comparer avec l’excellent Overcooked!. Et pourtant, Let’s Cook Together! n’a rien à envier à son “concurrent”, si ce n’est sa partie déjantée. J’avoue également que la direction artistique du titre me rebutait au premier abord. En effet, très peu d’environnements différents sont proposés et les animations ne sont pas particulièrement folles. Cependant après l’avoir pris en main, force est de constater que j’y ai passé un très bon moment. La durée de vie est conséquente et le gameplay vraiment addictif. Toute la partie concernant les améliorations apportent un plus non négligeable et le mode multijoueur compétitif donne clairement envie de se donner pour battre son adversaire. Autre bonne idée du titre, son mode sans fin, qui peut tenir les joueurs en haleine. Bref, un titre que je recommande pour les amoureux de jeux de cuisine coopératifs !

Conclusion

Let’s Cook Together! est à la fois une excellente surprise mais aussi une très bonne alternative aux cadors du genre. Il faudra cependant être deux pour en profiter, et passer outre les graphismes qui ne donnent franchement pas envie, avouons-le. Le titre est sacrément généreux et son système de progression est bien pensé. Les recettes variées font oublier l’architecture des niveaux similaires. En bref, il fait partie des jeux coopératifs (et parfois compétitifs) que je conseille sans hésiter.

 

Critères d’accessibilité

Déficience VisuelleDéficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

Détails TV4KJeu fourni par l’éditeurOui
ConsoleXbox Series XTemps passé sur le jeu7 heures
Niveau de difficultéN/AJeu terminéSaison 1 terminée

 

+ Les plus

  • Excellente durée de vie
  • Progression avec les équipements à améliorer
  • Quatre niveaux de difficulté
  • Des recettes variées
  • Un mode affrontement intéressant

- Les moins

  • Deux joueurs en local uniquement
  • Une direction artistique qui manque de charme
  • Architecture et décor des niveaux assez similaires
  • Musiques rapidement lassantes

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription