• Actualité
  • Communauté
  • Game Pass
  • Bons plans
  • ID@Xbox

    ID@Xbox

    Le programme ID@Xbox est un programme de développement conçu pour aider les développeurs indépendants à créer et à publier leurs jeux sur les plateformes Xbox et Windows 10. Il offre aux développeurs un accès gratuit aux outils de développement, à un soutien technique, à une assistance marketing et à des ressources pour la certification de jeux.

    Boîte à indés – Prison Simulator, la taule, c’est l’enfer, surtout à la manette…
    Boîte à indés – The Sword of the Vagrant, un jeu d’action 2D moins beauf qu’il n’y paraît
    Boîte à indés – Run Sausage Run !, la date de péremption est dépassée
    Boite à indés – Five Night At Freddy’s : Security Breach, le renouveau de la saga ?
    Boîte à indés – Clash : Artifacts of Chaos, un univers particulier
  • MX-Vs-ATV-Legends-Cover-MS

    Test – MX vs ATV Legends, englué dans la boue 

    Avec son contenu gigantesque et son aspect simulation de courses extrêmes tout en restant accessible, MX vs ATV Legends peut convenir aux moins exigeants. Et parfois offre même de très bons moments avec des pistes plus sauvages faites d’obstacles et autres étranglements. Trop rares cependant pour faire oublier les gros problèmes de finition, les temps de chargement abominablement longs et l’austérité générale qui auront raison de la patience du plus grand nombre. Reste donc un honnête petit jeu de courses extrêmes, exigeant au niveau pilotage, mais aux atours assez peu reluisants. 

    MX-vs-ATV-Legends-panorama

    Un démarrage sur les rotules des chapeaux de roues… 

    Austère. C’est le qualificatif qui me saute aux yeux à l’issue du tutoriel qui semble durer des siècles. Longuet donc, mais plus que nécessaire au vu des spécificités des disciplines motorisées présentées ici. Austère, c’est le mot qui persiste au hub et pendant la carrière. Pas pour autant tout à fait tristoune non plus, il y a bien quelques fioritures ici ou là, mais bizarrement, ce n’est pas la fête alors que le spectaculaire, le show off et la démesure devraient être un minimum au cœur de l’expérience.  

    C’est dommage car ça partait bien : quel plaisir d’entendre la belle musicalité de certains des PNJ faisant partie de notre écurie parler le français de la Belle Province. Bon, je dis “ça partait bien” mais juste après, ça cale. Le mode carrière se résume à enchaîner bêtement, automatiquement, machinalement les épreuves puis à papoter vite fait avec son crew sans que cela n’ait une quelconque incidence. Enfin papoter, plutôt entendre ânonner nos collègues. Aucun souffle épique ne ressort, alors que ce sont normalement des sports extrêmes où la santé des participants est clairement en jeu ! On n’est pas sur une partie de pétanque là, mais sur des vitesses invraisemblables à touche-touche avec les autres concurrents. Ben non, niveau mise en scène, sex-appeal, l’encéphalogramme est désespérément plat. Incompréhensible pour un jeu de bosses…  

    MX-vs-ATV-Legends-quatreroues

    … pour une sortie de route pas bien glorieuse 

    Pour les moins exigeants niveau ambiance et spectacle, c’est sûr que le contenu fait de centaines d’épreuves sur des terrains très variés fait envie. Surtout qu’aux classiques circuits et sprints s’ajoutent des épreuves bien plus sauvages et amusantes. Avec obstacles naturels ou artificiels, des goulots d’étranglement ou des raccourcis piégeux, ces courses tranchent avec le reste et constituent les rares moment d’extase. Ah je sais je m’emballe mais ce sont ces quelques occasions réjouissantes qui ont fait battre mon cœur au-delà des 50 battements par minute (j’ai un cœur de sportif). Le reste est assez insipide. Les véhicules à quatre roues semblent être sur aéroglisseurs et n’offrent ni de sensations satisfaisantes, ni de crédibilité pour m’accrocher sur le long terme. Pendant les 8 heures passées sur Mx vs. ATV Legends, j’ai très largement privilégié les motos, bien plus convaincantes et plaisantes. Au moins, elles ne laissent pas la vilaine sensation d’être en carton, ni d’avoir une cible peinte dessus, l’IA étant agressive. 

    Je parlais plus tôt des tutoriels balourds… Mais même dans les difficultés les plus basses, il faut respecter quelques principes de bases comme la gestion des bosses ou se pencher dans les virages. Ne pas le faire coûte évidement de précieuses secondes. Heureusement, la maniabilité est assez bien élaborée pour qu’au bout de quelques heures, on arrive à bien négocier les épingles ou bosses traîtres sans y penser. Enfin un bon point ^^ 

    Finalement, le plus gros problème est la finition générale. Je ne sais pas si le patch day one viendra corriger cela, mais voir des éléments scintiller dans les menus, ou des micro freezes en pleine course, c’est pénible. Et que dire des temps de chargement insupportablement longs pour lancer une épreuve. J’ai fini par chronométrer : entre 40 et 55 secondes ! Soit un cinquième de l’épreuve au vu des temps que j’ai réalisés. Ils sont tout simplement interminables et épuisants. Tellement longs que je me suis demandé ce que je faisais encore sur ce MX vs. ATV Legends et à rêver de motos sur un Forza Horizon par exemple. 

    MX-vs-ATV-Legends-sprint


    Critères d’accessibilité

      Déficience Visuelle   Déficience Auditive
    Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
    Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
    Marquage des ennemis Police personnalisable
    Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
    Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
    Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
    Option Text to speech
    Ralentissement du jeu

     

    Conditions de test

      Détails TV 4K   Jeu fourni par l’éditeur oui
      Console Xbox Series X   Temps passé sur le jeu 8 heures
      Niveau de difficulté normal   Jeu terminé non