Matt Booty évoque la Scarlett et souhaite sortir “un jeu par trimestre”

L’année 2019 se termine prochainement et Microsoft n’aura jamais été dans une meilleure posture cette génération pour aborder l’année suivante. La Scarlett est prévue pour la fin 2020, le Gamepass continue de s’établir comme un service incontournable et le xCloud, service de cloud-streaming du groupe, montre des premiers signes très encourageants. Mais il ne faut pas oublier les acquisitions de studios et les récentes annonces des titres à paraître qui génèrent une dynamique positive pour Xbox.

Matt Booty, patron de Xbox Game Studios, s’est confié à Gamesradar sur la stratégie adoptée pour faire de l’année 2020 un succès. L’intégralité de l’interview est disponible (en anglais) en suivant ce lien.

Xbox first party : le mariage réussi ?

Le journaliste commence par revenir sur les acquisitions récentes de studios first-party (au nombre de 15 actuellement) pour savoir comment va se traduire tous ces investissements en terme de contenu pour les joueurs. Booty se dit confiant sur la stratégie pour l’année 2020.

Nous sommes sereins concernant l’année à venir. Nous avons pour objectif de sortir un jeu tous les trois, quatres mois. Il reste du travail à fournir à ce niveau-là. Ça ne sera pas facile mais nous en sommes proches.

Il poursuit en répondant à une question concernant un changement de stratégie volontaire pour investir massivement dans les studios first-party et tiers.

Je pense que nous sommes plus confiants et fiers de pouvoir parler de nos studios actuellement. Toutefois, il est important de rappeler que nous avons trois grands canaux de création de contenus pour Xbox. Vous avez donc les Xbox Game Studios : ce sont nos first-party. Vous avez également les éditeurs tiers où nous avons un immense volume de contenu arrivant par des partenariats tiers – ce qui inclus toutes les annonces du X019 comme Yakuza, Final Fantasy ou Kingdom Hearts. Il reste pour finir l’ID@Xbox : je suis toujours épaté par ce que ces derniers font, en sortant des trailers qui peuvent durer une vingtaine de minutes (rires). […] Personne à Redmond ne favorise un canal plutôt qu’un autre, aussi bien dans les faits que dans les mots. Simplement, nous avons été plus fiers récemment de parler de ce qui se passe avec nos studios maisons.

Booty a également été interrogé sur l’impact de l’arrivée de Microsoft au sein de studio comme Obsidian ou Ninja Theory et comment le mariage avec les équipes de Xbox s’est opéré.

Si on prend The Outer Worlds par exemple, c’est un jeu qui a pris plusieurs années de développement – à toutes fins utiles, le jeu était sur le point d’être achevé quand nous avons finalisé l’acquisition. C’est alors que j’ai dit à Obisidian : ‘Félicitations, nous sommes ravis que l’acquisition n’ai pas créée de couacs dans le projet.’

Puis, on peut prendre l’exemple de Wasteland 3 avec InXile, où le rachat a complètement impacté ce que le studio pouvait faire avec ce titre. Bien que le projet ait débuté avant son rachat, nous avons pu leur apporter plus de ressources, de support et vraiment beaucoup, beaucoup de stabilité et de temps.

Nous avons pu leur dire : ‘Wow, c’est génial ça ! Vous savez quoi ? On va se pencher sur la question. Détendez-vous et prenez le temps nécessaire. Faisons les choses bien.'[…]

One vs Scarlett : révolution marquante mais pas clivante

Interrogé sur le fait que des annonces soient encore prévues avant la fin de l’année, Booty s’attarde sur l’écosystème Xbox et comment aucun joueur/joueuse ne sera laissé sur la touche à la sortie de la prochaine génération de consoles.

Nous voulons que tout le monde se sente à l’aise en achetant une Xbox. Autant que vous achetiez une One S maintenant que lorsque vous prendrez, à l’automne prochain, une Scarlett. Cette bibliothèque de contenus dans laquelle vous investissez va vous suivre, pour que vous ne deviez pas faire un choix, entre chaque génération. C’est très important pour nous.

[…] Nous voulons que nos joueurs sachent qu’ils ne perdront pas leurs contenus existants. C’est pourquoi nous pensons avoir un avantage avec Scarlett, car n’importe quel jeu Xbox One fonctionnera sur Scarlett. Vous ne faites pas un portage sur un autre système d’exploitation ; vous ne faites pas un portage sur une API graphique différente.

Matt Booty confirme que chaque titre des first-party sortant avant la fin 2020 sera jouable sur Scarlett. Il garde une réserve concernant les éditeurs tiers, ces derniers décidant eux-mêmes de la compatibilité ou non.

La fin de l’interview se termine en évoquant plus précisément le studio The Initiative et sa place au sein des studios majeurs.

Il y a pas mal d’informations déjà connues du public. Nous avons été très ouvert sur les talents que nous avons recrutés – ce sont des vétérans de l’industrie avec de l’expérience sur des titres AAA. […] Nous communiquerons plus sur leurs projets en temps voulu. On a pas le besoin de tout révéler dès aujourd’hui.

Dans l’ensemble, on notera que le message est positif à l’attention des joueurs qui peuvent décider librement de changer de génération sans avoir l’impression de perdre tout ce qu’ils ont accumulé au cours des années. Xbox a ainsi toutes les cartes en main pour retrouver de sa superbe sur l’année 2020.

9

  1. Hâte de pouvoir precommander la petite Scarlett, mais de toute façon je garde ma one et ma one x et ma 360

  2. J’ai du louper un truc car j’arrive toujours pas à voir précisément comment la rétrocompatibilité fonctionnera sur Scarlett : Booty dit que “n’importe quel jeu Xbox One fonctionnera sur Scarlett” et deux lignes en dessous il garde des réserves concernant les éditeurs tiers s’ils se décident de la compatibilité ou non…. donc concrètement 100% mes jeux déjà achetés sur l’écosystème Xbox “avant la fin 2020” pourront-ils se lancer sur next gen ou non ?

    • Pour les first-party oui visiblement c’est béton !

    • La phrase est aussi bien à l’attention des joueurs que des éditeurs tiers : Xbox souhaiterais que l’ensemble du catalogue Xbox One soit “compatible” sur Scarlett. Pour les first-party, ce sera tous les jeux sortis.
      Pour les éditeurs tiers, et c’est déjà le fonctionnement pour la rétro-compatibilité actuelle, ils ont le choix de porter le jeu sur Scarlett ou non. Dans le premier cas, pas de dév supplémentaire nécessaire et le jeu pourra être “optimisé pour Scarlett” comme on a le “optimisé pour X” déjà. Dans le second, c’est l’éditeur qui prend la décision de ne le porter (pas toujours facile de savoir pourquoi). Je penses que c’est pour éviter ce second choix que les équipes de rétro-compatibilité actuelle ont bougé depuis quelques temps sur la rétro-compatibilité sur Scarlett. Pour convaincre un maximum de tiers.
      Booty ne voulait pas s’avancer sur un chiffre comme il peut le faire sur les first party, n’ayant aucune garantie que ce sera bel et bien le cas.

    • Dans l’interview originale:
      “because our goal is that any game that runs on an Xbox One will run on Scarlett. You’re not porting to a different operating system; you’re not porting to a different graphics API; you’re just running an Xbox game, right? So we hope that that’s a big advantage in terms of our initial content library.”

      Il parle donc bien d’objectif. Pas de certitude absolue.

    • C’est la volonté aussi des éditeurs comme pour les jeux 360

  3. “C’est pourquoi nous pensons avoir un avantage avec Scarlett, car n’importe quel jeu Xbox One fonctionnera sur Scarlett. ”
    Ça c’est cool !

  4. Ultra ambitieux quand même.

  5. Impossible avec leur studios actuellement, il en faudrait minimum 5 de plus ou alors il compte sur Xbox Global Publishing pour gratter des deals exclusifs (comme pour Tell Me Why de DONTNOD).

Vos réactions

Mot de passe oublié