Bleeding-Edge-Cover-MS

Bleeding Edge

Enhanced Xbox One X Exclusivité Xbox Windows 10 Xbox One Xbox Play Anywhere
Voir sur le Microsoft Store

Avis – Bleeding Edge : le Brawler Arena qu’on attendait pas

Bleeding Edge, le futur brawler de Ninja Theory, sort prochainement sur nos consoles. Proposant une formule originale, le combat en quatre contre quatre à la troisième personne, il a fort à faire pour se trouver une place dans un marché qui déborde de titres multijoueur en tout genre. Pour juger de son potentiel, nous nous sommes rendus en Angleterre, chez Ninja Theory. L’occasion pour votre humble serviteur de jouer à une dernière version de Bleeding Edge et de nous entretenir avec les développeurs.

Bleeding Edge : les bases et le combat

Si vous n’êtes pas encore familier avec le jeu, revenons sur quelques bases qui aideront à la compréhension. Bleeding Edge est un team arena brawler, comprenez par là que c’est un jeu multijoueur par équipe en arène. Vous évoluez avec trois autres joueurs pour éliminer une équipe adverse, composée elle aussi de quatre joueurs, sur des cartes disposant de différents dangers environnementaux. Pour composer votre équipe, vous pourrez choisir parmi une douzaine de personnages différents. Les héros sont répartis selon la classique trinité :

  • les tanks : qui disposent d’une grande survivabilité et qui génèrent de la menace.
  • les DPS : les attaquants destinés à infliger rapidement une grande quantité de dégâts.
  • les supports : essentiels à toute équipe, ils peuvent soigner leurs alliés ou infliger des malus aux adversaires.

Manette en mains, les différences entre chaque personnage sont palpables. Les tanks sont effectivement robustes et s’avèrent être particulièrement utile en première ligne. Ils encaissent ainsi les coups, laissant le soin aux DPS d’attaquer sereinement et de porter leurs coups au bon moment. Ceci étant, il faudra tout de même toujours veiller à ne pas vous éloigner trop longtemps de votre support au risque de périr sous les assauts répétés. Pour se déplacer ou prendre la fuite sur l’une des cinq cartes proposées, les héros disposent d’un hoverboard. Si l’idée semble à première vue intéressante, elle souffre néanmoins d’un défaut majeur en se retrouvant associée à la touche droite de la croix directionnelle. Lorsque l’action bat son plein, il est alors parfois difficile de penser à lâcher son joystick pour l’activer. Et n’espérez pas non plus rester loin des affrontements et faire cavalier seul. Le travail d’équipe est en effet la seule manière d’obtenir la victoire.

Lors de notre session dans les locaux de Ninja Theory, nous avons pu tester deux modes de jeu. Ceux-ci seront d’ailleurs les seuls disponibles au lancement du titre le 24 mars prochain. En Objective Control, il faudra sécuriser des zones en éliminant les adversaires pour marquer des points. En Power Collection, il s’agira de récupérer des cellules énergétiques puis de les déposer dans une zone ciblée. Petite difficulté supplémentaire, aucune interaction n’est possible durant le dépôt et tout dégât subi réinitialisera l’action. Autrement dit, vous serez plus vulnérable que jamais dans cette position et devrez compter sur vos partenaires pour vous protéger. Le mode idéal pour tester votre teamplay !

Pour chacun de vos héros, vous avez la possibilité de customiser son arsenal au travers de modificateurs. Attribuant des passifs à vos compétences, ils s’apparentent aux “builds” de vos personnages. Ils seront tous récupérables avec la monnaie du jeu que l’on récolte au fur et à mesure de nos parties. En réalité, ils ne sont pas aussi essentiels que ce qu’ils peuvent sembler et servent avant tout à apporter une forme de spécialisation. Rien d’indispensable et qui soit en mesure de changer radicalement vos affrontements donc.

Enfin, notez que de gros efforts ont été faits sur les options d’accessibilités. Grâce à une simple pression sur la touche X, vous pourrez y accéder dès l’écran de connexion au jeu. De nombreux paramètres, allant du volume des menus et leurs tailles à plusieurs réglages de déficience visuelle, peuvent ainsi être activés/désactivés selon votre besoin. Un point très positif à souligner pour que le plus grand nombre puisse apprécier le titre.

Landslide, la nouvelle arène mexicaine !

Au nombre de quatre, les arènes sont un élément essentiel du gameplay d’un jeu multijoueur. Dans Bleeding Edge, elles présentent toutes une taille idéale pour offrir des “havres de paix” tout en restant à proximité du tumulte de l’action. Chacune dispose de son identité visuelle avec de nombreux éléments scénaristiques en lien avec les biographies des champions :

  • Skygarden propose de s’affronter au sein d’un temple céleste d’inspiration asiatique ;
  • Boneyard nous rappelle les casses automobiles de la licence Borderlands ;
  • Aqueducts vous fera découvrir les égouts de ce New York distopique ;
  • Enfin, Jersey Sink vous plongera dans une gare ferroviaire aux nombreux recoins et dangers.

Autant de décors et d’environnements qu’il faudra apprendre à connaître pour adapter au mieux sa tactique. Car oui, chaque map disposera de pièges éparpillés un peu partout avec lesquels il vous faudra composer et surtout de multiples “chemins” desquels peuvent surgir vos ennemis. En jeu il faudra ainsi être particulièrement attentif à tout ce qu’il se passe autour de vous pour ne pas vous retrouver en mauvaise posture.

Cette visite chez Ninja Theory aura aussi été l’occasion de découvrir une nouvelle arène qui sera disponible à la sortie du titre. Nommée Landslide, elle se compose de trois zones délimitées par un grand système de rails en hauteur. À l’instar de Jersey Sink, un train circule en continu sur la carte vous offrant aussi bien un échappatoire bienheureux qu’une mort certaine.

Première impression : on ressent immédiatement la volonté des développeurs de nous faire prendre de la hauteur. Des plateformes de saut sont réparties sur l’ensemble de la carte et, bien que la verticalité ne s’entende que sur deux étages, c’est avant tout une opportunité pour les héros à distance de briller. L’action se déplace constamment entre les deux niveaux, demandant une bonne dose de réactivité et d’adaptabilité. C’est également sur ce second plan qu’on appréciera le plus l’environnement coloré et désertique de cette ville mexicaine. Dans le gameplay ci-dessous, vous pourrez voir la configuration de la carte pour vous faire une meilleure idée de celle-ci.

Mekko le dauphin rejoint le roster de Bleeding Edge !

Les plus curieux d’entre vous avaient certainement remarqué la présence d’un personnage supplémentaire inconnu sur le site officiel du jeu. Nous avons pu le découvrir et préparez-vous à être surpris.

mekko-le-dauphin-animation

Dites bonjour à Mekko le dauphin, un tank à distance capable d’absorber les dégâts sur son bouclier pour surcharger ses compétences. Capable d’attribuer un bonus d’armure et vol de vie aux alliés à proximité, sa résistance est compensée par une vitesse de déplacement réduite. Sur les parties que j’ai pu jouer chez Ninja Theory, je peux vous dire que Mekko est le tank le plus résistant de tous. Couplé avec un soigneur comme Zero Cool ou Kulev, il devient rapidement très compliqué à éliminer, même au seuil de la mort. Il pourra utiliser son barrage sonique pour incapaciter un adversaire et ainsi éviter ses attaques. Le gameplay ci-dessous vous montrera l’étendue de ses capacités.

Conclusion : la lame est tranchante mais peut rapidement s’émousser

Bleeding Edge propose donc une expérience dynamique et originale dans un genre qui n’a aucun autre représentant. Son roster de personnages est équilibré et son gameplay tactique s’adresse à tous les profils de joueurs. Avec seulement deux modes de jeu et cinq cartes, un suivi régulier en contenu déterminera le succès du titre à terme. Et s’il présente déjà des qualités évidentes (direction artistique, gameplay précis, variété des situations, etc), du travail reste à mener pour parfaire sa copie (déclenchement de l’hoverboard, manque d’impact visuel pour les héros à distance…). Quoi qu’il en soit, je jouerai très certainement au jeu à sa sortie grâce au Xbox Game Pass. Les conditions de jeu étaient certes inhabituelles mais j’ai passé un meilleur moment sur cette preview de Bleeding Edge que sur les quelques parties que j’avais effectuées sur Overwatch à sa sortie. Beaucoup de positif donc pour un titre qu’il faut clairement surveiller et tester le 24 mars prochain !

Les dernières actualités concernant Bleeding Edge

3

  1. Sur le papier, le jeu a tout pour me plaire et ta preview semble conforter ce sentiment. La vraie bonne nouvelle est la disponibilité du jeu sur le Game Pass ce qui lui assurera je l’espère un matchmaking de qualité et des parties serrées. Hâte de m’y frotter !

  2. Pas convaincu après les premières bêta mais il faut préciser que ce n’est pas mon genre de titre de prédilection. Par contre, là c’est indéniable, le travail de Ninja Theory concernant les persos est impressionnant. J’ai juste trouvé l’action un peu fouilli une fois dans la bataille, mais ca ne demande qu’une autre session de test !

  3. Le teamplay sera essentiel et rien que pour ça il aura son public.

Vos réactions

Mot de passe oublié