Actualité

The Falconeer : Tomas Sala répond à nos questions dans Backstage

0
Please log in or register to do it.

Lors de sa sortie le 10 novembre de l’année passée, The Falconeer a étonné les joueurs de bien des manières. Non seulement le titre était une des premières exclusivités tirant pleinement parti des capacités techniques des nouvelles consoles mais surtout, le jeu de combat aérien n’a été en fait développé que par une seule personne. : Tomas Sala.

Afin d’en savoir plus sur les raisons et la manière de réaliser un jeu d’une telle ampleur seul, Backstage a eu l’occasion de s’entretenir avec le créateur néerlandais. Au cours d’une longue interview, nous avons eu la chance d’aborder de nombreux sujets. Dès le début de notre entretien, nous avons été marqués par la disponibilité et la bonne humeur de Tomas. Malgré une charge de travail considérable entre le suivi du jeu et le développement des prochains DLC, nous avons pu échanger avec lui pendant presque 2 heures.

Nous avons notamment abordé ses débuts en tant que joueur et comment il en est arrivé à développer des jeux. A l’époque, il faut savoir que le développement de jeu vidéo était à des années-lumière de ce qu’on peut connaître aujourd’hui. Il n’y avait pas d’écoles spécialisées ou de filières bien définies. Ses débuts se firent donc juste avec une bande de copains :

On a créé un studio mais nous n’avions aucune idée de ce dans quoi nous nous lancions. Nous ne savions même pas ce qu’était un éditeur, mais nous savions faire des jeux. Alors on a simplement proposé nos services autour de nous et petit à petit ça a marché. On a donc commencé à faire des jeux pour d’autres sociétés.

Tomas nous a également expliqué sa motivation et ses préférences pour le développement en solo. Le travail en équipe n’est tout simplement pas une chose pour lui :

Travailler en équipe était particulièrement difficile pour moi. Si le studio est très petit, à trois personnes, il n’y a pas de problème, on fait ce qu’on veut. Mais quand on est 8 ou 10, on doit avoir des plannings ou encore des réunions quotidiennes. On s’assied ensemble, on doit raconter ce qu’on a fait, évaluer le temps,… Quand j’arrivais dans ces meetings, on me demandait ce que j’allais faire. Alors je notais rapidement 2 ou 3 choses sur un tableau et ensuite je voulais retourner travailler. La plupart du temps, tout le monde me regardait en me disant « Mais, Tomas, ceci aussi, c’est du travail ! ».

Le jeu étant récemment sorti dans le Xbox Game Pass, nous en avons également profité pour lui demander son avis sur le service d’abonnement de Microsoft:

Le Game Pass est plus grand que n’importe quoi d’autre. C’est fou tellement c’est grand. Il y a tellement de personnes qui essaient le jeu et il y a tellement de feedback ! En fait, je suis content que le jeu n’aie pas été dans le Game Pass à sa sortie parce que j’ai eu donc 3 mois pour l’améliorer.

Si vous désirez en savoir plus sur la conception de The Falconeer et le parcours de Tomas Sala, nous vous invitons à voir cette interview dans son intégralité ou en plusieurs parties que vous pourrez retrouver sur notre chaîne Backstage. N’hésitez pas à activer les sous-titres automatiques en français.

D’autres actualités concernant The Falconeer :

La mort d'Anthem influence le développement de Dragon Age 4
La nouvelle bande-annonce de Deathloop est là