Resident Evil Village : Sony n’impose pas de nivellement par le bas !

Depuis hier soir, l’accord passé entre Capcom et Sony au sujet de Resident Evil Village fait couler beaucoup d’encre. Ce qui semble être une copie du contrat entre les deux parties s’est en effet vu être rapidement et largement partagé et a donné lieu à beaucoup de réactions. Au centre de la polémique ? Des mentions portées au contrat qui empêcheraient supposément les versions Xbox Series X|S du jeu d’être supérieure à la version PS5. On revient sur ces éléments et on décrypte le contrat Resident Evil Village.

Le contrat entre Capcom et Sony leake sur le web

C’est donc sur Twitter que le supposé contrat entre les deux sociétés japonaises est apparu dans la soirée du 20 avril. Plusieurs utilisateurs ont en effet partagé des documents désignés comme étant l’accord signé par Capcom et Sony dans le cadre de la promotion de Resident Evil Village via Playstation. Des supports dont la véracité ne pour l’instant être affirmée en l’état mais qui paraissent crédibles, tant sur la forme que sur le fond.

 

 

Rappelons en effet que Capcom avait subit un vaste piratage informatique en fin d’année dernière. Le développeur japonais s’était ainsi fait voler de nombreuses données dont des éléments commerciaux, des données personnelles de joueurs et d’autres informations confidentielles. Ce contrat pourrait donc tout à fait provenir de cette action et s’avérer authentique. C’est d’ailleurs ce que nous considérerons ici pour mieux répondre aux différents éléments polémiques.

Resident Evil sur PS5 : la version ultime ?

Un des points qui retiennent tout particulièrement l’attention des joueurs concerne la performance de Resident Evill Village sur les supports concurrents aux Playstation. Beaucoup pointent du doigt une “clause de parité”  inscrite au contrat qui obligerait à niveler par le bas les différentes versions du jeu. Autrement dit, Playstation imposerait à Capcom d’offrir la meilleure version du jeu sur PS5, même si d’autres machines plus puissantes pourraient la dépasser.

Ce point n’est tout simplement pas juste. Et pour s’en persuader, il suffit de reprendre les éléments inscrits au contrat, dans la partie 1.4 Feature, Content and Technical Parity, traduite ici par nos soins :

“Pendant la durée du contrat et pendant les sept (7) années suivantes, l’Editeur s’assurera que chaque version du Jeu disponible sur les Plateformes PS maintient une parité de contenu, de fonctionnalités et de technique (sous réserve des limitations matérielles de la plateforme) avec toute version équivalente du Jeu ou de DLC publiée sur toute autre Plateforme concurrente ou Plateforme PC/Mobile. L’Editeur ne diffusera pas le Jeu ou tout DLC sur une quelconque Plateforme Concurrente ou Plateforme PC/Mobile sur une base exclusive, ni ne proposera de contenu supplémentaire ou des fonctionnalités ou avantages supplémentaires aux utilisateurs finaux du Jeu sur une quelleconque Plateforme Concurrente ou Plateforme PC/Mobile sur une base exclusive.”

Globalement, cette clause permet à Sony de s’assurer que Resident Evil Village tournera du mieux possible sur Playstation et que Capcom ne saurait offrir du contenu ou des fonctionnalités exclusives à d’autres plateformes. Une démarche plutôt logique mais qui a pris une ampleur inattendue à cause du terme “parité technique”.

Resident-Evil-Village-Cover

En effet, pour beaucoup, ce terme induit qu’aucune version ne pourra être supérieure à celle proposée sur PS5. Mais l’élément important se trouve un peu plus loin, entre parenthèses : sous réserve des limitations matérielles de la plateforme. Autrement dit Capcom devra offrir une version optimisée pour les consoles Playstation, mais pourra également développer des versions supérieures sur des supports plus puissants ou qui proposent des technologies plus évoluées. Ce sera naturellement le cas des PC équipés de cartes graphiques de dernière génération, mais aussi possiblement de la Xbox Series X.

Pour être très concret sur cette partie, il faut retenir que les accords de ce type prévoient qu’il n’y ait pas de différences entre les versions si elles ne sont pas justifiées pas les limitations hardware. Autrement dit, si PS5 et Xbox Series X sont toutes les deux capables d’afficher de la 4K, alors les deux versions devront la proposer.

A l’inverse, imaginons que la PS5 ne soit pas capable de gérer de l’occlusion ambiante à cause de son hardware mais que la Xbox Series X en soit capable, alors Resident Evil Village pourrait offrir cette option sur la console de Microsoft sans qu’elle ne soit présente chez Sony.

Nous pourrions donc résumer cela à : Tout ce qui est possible de faire sur Xbox Series X et qui est également possible sur PS5 doit être disponible sur PS5. C’est ça la parité technique

Pas de sortie sur le Xbox Game Pass avant un an

Les autres éléments polémiques du contrat se situent au niveau des délais d’exclusivités. Les accords mentionnent en effet l’obligation pour Capcom de proposer les futurs DLC de manière anticipée sur les consoles Playstation. Ainsi, les contenus supplémentaires de Resident Evil Village qui sortiront pendant la durée du contrat devront bénéficier d’une exclusivité temporaire d’au moins 14 jours sur les consoles de Sony. Un délai qui pourrait être supérieur si Capcom le décidait mais qui ne saurait en aucun cas être inférieur.

Plus loin, le contrat fait également mention de l’impossibilité pour le développeur japonais de porter son jeu sur des services concurrents à ceux de Playstation pendant la durée du contrat. En d’autres termes, ni Stadia Pro, ni le Live Gold ni le Xbox Game Pass ne pourront accueillir le jeu au cours de sa première année d’existence. Une obligation s’assortie d’ailleurs d’une période exclusive de négociations d’une année, pendant laquelle Sony aura la primeur des échanges pour intégrer Resident Evil Village à son PS Plus ou PlayStation Now. Une primeur qui vaut aussi d’ailleurs pour la mise à disposition de Bundle console + jeu !

Resident-Evil-PS5

Enfin, d’un point de vue marketing, Sony s’assure également que les mentions Playstation, son logo ou la boite du jeu seront davantage visibles que ceux des concurrents dans le cadre de publicités multiplateformes. Cela peut-être via la taille des mentions, ou via la disposition des éléments, comme sur l’image plus haut.

Des accords classiques pour le marché

Finalement, il ressort de ce leak que les accords entre Sony et Capcom n’ont rien de polémiques. Les termes de ce dernier sont en effet plutôt classiques et il n’y a, à la lecture, rien de choquant ou d’anti-concurrentiel.

D’ailleurs, Daniel Ahmad, célèbre analyste dans la sphère vidéoludique, a partagé plus tôt un contrat similaire du côté de Xbox. On y retrouve un certain nombre d’éléments en commun que ce soit sur les éléments de parité ou sur la définition de la concurrence.

Les précédents décryptages

2

  1. Beau travail de fond.

  2. Après capcom n’occupe pas une grande place dans mon cœur à part dead rising que je trouve sympa le reste c’est osef tier, mais un moment sony il serait temps de proposer des choses plutôt que de simplement retirer des possibilités à la concurrence c’est pas avec des suites, des remakes et des exclus tempos qu’on va me convaincre de prendre une PS5. Mais bon c’est l’habitude de sony payer pour retirer du contenu aux autres machines pendant que xbox paye pour proposer de nouvelles possibilités aux joueurs

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription