0
Please log in or register to do it.

Project Zero, pour les vieux gamers comme moi, ça parle un tout petit peu. Ça murmure plutôt. On sait vaguement qu’il y a une histoire d’appareil photo, de fantômes et d’horreur. À l’occasion des vingt ans de cette licence oubliée, le dernier épisode en date sorti sur la vénérable WiiU a droit à son portage sur Xbox. L’occasion de frémir ? Non, et je vous explique tout ça dans ces quelques lignes. 

Anachronique d’une mort annoncée 

Je me suis renseigné pour vous (de rien). Ce Project Zero est sorti en 2014 et le poids des années est impitoyable. Dans ce portage 2021, absolument tout pue l’ancien monde. Ah non mais là on est dans Retour vers le futur, je vous assure. Les plus optimistes y verront une plongée quasi archéologique dans un genre désuet, les plus cyniques : de la flemme level max. 

Le pitch est pourtant particulièrement et morbidement attrayant. Je vous explique. Le Mont Hikami est le théâtre d’évènements dépassant l’entendement : des vagues de suicides de jeunes gens et même d’enfants. Glaçant. Nous suivrons l’enquête surnaturelle de trois personnages que nous incarnerons tout à tour au cours de treize chapitres. Pour compléter ces derniers, il faut compter 30 à 40 minutes. Autant dire que pour un jeu d’horreur, la durée de vie est donc plus que correcte. 

Donc le fond, pourquoi pas, une plongée dans le folklore japonais, la terreur du suicide et leur tentative de l’expliquer par le surnaturel, moi aussi, ça aurait piqué ma curiosité. Hélas, la forme est tellement anachronique que se battre avec un gameplay passéiste et la gestion de la caméra (douce ironie), c’est non. L’enfer manette en main. 

Y a pas photo

Littéralement dans son jus fermenté de 2014, Project Zero devait déjà paraitre d’un autre temps à l’époque. Les niveaux formés de petits couloirs, de minuscules zones restreintes qui mettent à mal la caméra ruinent l’immersion. Les graphismes en eux même ne sont pas honteux et donnent une patine agréable à l’ensemble. Les fantômes/démons sont eux réussis et se révèlent être à la hauteur. Ils seront affreusement pénibles à éliminer avec l’appareil photo servant d’arme. D’une part car ils sont coriaces. Mais d’autre part, ce sera surtout à cause de la caméra avec laquelle il faudra batailler dans les couloirs. Un comble. 

Malgré cela, Project Zero n’est pourtant pas difficile. Des consommables nombreux, des améliorations pour votre appareil photo sont légion. Et surtout ce jeu d’horreur ne m’a fait jamais peur. Je n’ai pu faire que quatre chapitres sur les treize. Je n‘ai pas tenu. Il y a tellement mieux pour frémir que ce portage d’un autre temps. Et en toute transparence, je vais vous dire pourquoi j’ai arrêté. Le jeu a planté. J’ai donc relancé et tenté de reprendre ma partie. Un message m’indique alors que ma progression a été perdue. Là j’ai eu peur, marrant de voir que Project Zero a réussi à me faire flipper pour ça, à ce moment précis, dans le menu principal. Je me voyais déjà me retaper tout depuis le début, j’étais dégouté ^^. Bon, après avoir relancé une nouvelle fois le soft, j’ai tout récupéré mais j’ai senti qu’il était temps. Que je n’aurais pas plus d’adrénaline après cette navrante mésaventure.  

À noter que le jeu propose des dialogues en japonais sous-titrés en français. L’anglais est disponible également pour les voix, mais quel intérêt ? Dernier point, c’est marrant, il y a un mode photo.  

Conclusion 

Portage qui paraissait déjà dépassé en 2014, Project Zero est d’un anachronisme total. Tant le gameplay que l’architecture même du titre nous montrent qu’en quelques années, les jeux vidéo ont fait des bons de géants, au moins en ce sens. Cette capsule temporelle peut plaire aux amoureux les moins regardants du Japon et de son folklore. Pour les autres qui veulent s’amuser à se faire peur, il y a tellement mieux.


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée)✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
✘ Taille couleur de police✔ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis✘ Police personnalisable
✘ Interface personnalisable✘ Couleur de police personnalisable
✘ Couleur minicarte personnalisable✘ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
✘ Option daltonisme✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
✘ Option Text to speech
✘ Ralentissement du jeu

Conditions de test

 Détails TV4K  Jeu fourni par l’éditeuroui
  ConsoleXbox Series X  Temps passé sur le jeu5 heures
  Niveau de difficulténormal  Jeu terminénon
Plus d'infos sur l'apparent Smash Bros de Warner
Les coups de cœur de la rédac' #06 - Octobre 2021