Actualité

Rachat d’Activision/Blizzard par Microsoft – les autorités brésiliennes approuvent sans restrictions

4
Please log in or register to do it.

C’est par la voie officielle du ministère compétent en matière de concurrence que nous apprenons que les autorités brésiliennes approuvent cette fusion sans restriction. Deuxième étape d’un marathon de décisions très attendues autour de cette opération hors norme.

La compétitivité, la concurrence, le marché

Emboitant le pas à l’Autorité générale de la concurrence d’Arabie Saoudite, qui en août dernier, déclarait n’avoir aucune objection à formuler sur le rachat d’Activision-Blizzard par Microsoft, c’est aujourd’hui le Conseil d’Administration de la Défense Économique (CADE) du Brésil qui rend son verdict et celui-ci est sans appel.

[…]Comme déjà vu, Nintendo ne s’appuie actuellement sur aucun contenu d’Activision Blizzard pour rivaliser sur le marché.

À son tour, Sony dispose de nombreux leviers en tant que marque leader mondiale depuis plus de 20 ans, une vaste expérience dans le secteur, la plus grande base d’utilisateurs, de machines installées, un catalogue robuste de jeux exclusifs, des partenariats avec plusieurs éditeurs ainsi que des consommateurs fidèles à la marque […] qui devraient contribuer à maintenir la compétitivité de PlayStation dans un éventuel scénario post-opération, même face à une éventuelle perte d’accès au contenu d’Activision Blizzard.

CADE

Le cas (-ll Of Duty) d’une certaine licence

Le rachat d’un tel monstre ne va pas sans poser plusieurs questions concernant la possible exclusivité de plusieurs licences appartenant aux studios impactés. Microsoft s’est déjà à plusieurs reprises ouvert publiquement au respect des contrats signés antérieurement à l’acquisition et au maintien de certaines licences sur d’autres plateformes a posteriori. Le CADE lui cible spécifiquement dans son rapport le FPS phare d’Activision pour étayer sa décision :

Compte tenu de l’énorme popularité de Call of Duty, il est raisonnable d’en déduire que si les jeux Activision Blizzard n’étaient plus disponibles sur les consoles Sony, les utilisateurs de PlayStation pourraient décider de migrer vers Xbox, voire un PC, pour continuer à avoir accès aux jeux de la franchise.

D’un autre côté, il est également raisonnable de supposer que si les prochains jeux Call of Duty devenaient exclusifs à l’écosystème Microsoft, les joueurs fidèles à la marque PlayStation pourraient tout simplement abandonner la série, migrant leur demande vers d’autres jeux disponibles sur leur console préférée.

CADE

Dans ses conclusions, le CADE valide donc sans réserve aucune, l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft et semble même se permettre, au détour d’une phrase anodine rappelant quel est le rôle de cette institution, une légère pique envers Sony :

Il est important de noter que l’objectif du CADE est la protection de la concurrence au service des consommateurs brésiliens, et non la défense des intérêts particuliers de certains concurrents.

[…] Compte tenu de ce qui précède, il est conclu que la présente fusion est approuvée sans restrictions.

CADE

Si tous les yeux sont désormais tournés vers les autorités américaines, européennes et anglaises qui n’ont pas encore rendues leurs verdicts, la présente décision du CADE brésilien pose une brique supplémentaire à la muraille Xbox+Activision/Blizzard dans le bon sens, au grand dam de certains.

Sledgehammer Games sur une suite d'Advance Warfare ?
In Focus – Creator Talks, l’interview des développeurs de A Plague Tale Requiem par Maghla – Episode 4
    • Pour faire court…tout le monde en fait. Mais tu te doutes que certaines institutions ont plus de poids que les autres. La notion de poids étant très relative cela dit. US, EUR ou UK entre autres.
      En l’occurrence, il faut savoir que le Brésil pour ce qui touche à l’ « Amérique Latine » est un des plus gros marché du continent.
      Sa décision pèse donc énormément et leurs éléments de langage ne laisse aucune place au doute.
      Les prochains à livrer leurs conclusions seront les US ainsi que l’Europe, la commission UK ayant décider de se donner jusqu’à mars 2023 pour réfléchir. Aucun doute que le rachat passe sans encombre sauf surprises, surtout que Microsoft a créé une page détaillant les bénéfices de l’acquisition et stipule qu’ils accompagneraient les différents intervenants dans leur réflexion.
      Mais une fois ces trois là donnant leur feu vert, autant dire que ça sera définitivement OK.