Test – Planet Coaster, une digne suite spirituelle à Roller Coaster Tycoon

Voir sur le Microsoft Store

Ah les jeux de gestion, s’il y a bien un studio de référence dans le genre, ce serait probablement Frontier Development. En novembre 2016, les développeurs nous proposaient Planet Coaster sur PC, un titre qui débarque dès maintenant sur consoles et en prime sur le Xbox Game Pass. Présenté comme la digne suite spirituelle de l’excellente licence Roller Coaster Tycoon, le bébé de Frontier, à qui on doit récemment les très bons Zoo Tycoon et Jurassic World Evolution, réussit-il son pari de redonner un coup de fraicheur aux jeux de gestion de parcs d’attractions ? La réponse, dans ce test qui promis, ne vous donnera pas le tournis.

Welcome to Planet Coaster

Vous voilà dans la peau d’un nouveau directeur de parc d’attractions. À vous les constructions complètement démesurées à base de vrilles, loopings et virages qui feront grimper l’adrénaline de vos visiteurs. Planet Coaster se découpe dans une formule qu’on connaît bien pour peu qu’on ait joué aux précédents titres du studio. En effet, le soft propose trois modes de jeux à savoir la carrière, le bac à sable et le mode défi.

Le mode carrière vous permettra d’assimiler les bases où chaque scénario abordera une thématique particulière. Tout d’abord, on se laissera porter par le tutoriel qui malgré tout est plutôt bien fait, afin d’assimiler les bases qui au final ne se révèlent pas compliquées à prendre en main. Les débutants trouveront donc autant leur compte que les joueurs expérimentés. Car ne croyez pas que le mode carrière soit simple à terminer, il faudra maîtriser toutes les subtilités pour maintenir les bénéfices de votre parc dans le vert et ainsi rafler la médaille d’or sur chaque scénario.

Passons aux deux autres modes, le bac à sable et le défi. Ils sont sensiblement proches à savoir qu’ils vous permettront de construire votre parc d’attractions librement. La petite nuance, c’est que le mode défi vous lancera de petits objectifs en cours de partie (optionnels) qui malgré tout vous feront gagner quelques dollars s’ils sont accomplis. Rien de bien nouveau à ce niveau-là, on reste dans un schéma classique pour le genre.

Une partie gestion poussée mais pas tant

Sur l’aspect gestion, votre principale préoccupation sera d’amasser suffisamment d’argent pour continuer à faire prospérer votre parc. Et votre budget passera par différentes cases, la première : vos employés. Vous embaucherez différents types : le personnel d’entretien, les vendeurs, les agents de sécurité, les animateurs et enfin les mécaniciens. Chacun a une tâche bien particulière, il faudra donc veiller à avoir suffisamment de main-d’œuvre dans votre parc et faire en sorte que vous répondiez à leurs besoins. Gardez donc un œil sur leur salaire, leur charge de travail ainsi que leur niveau de formation, sinon ils démissionneront.

Ensuite, passons au parc à proprement parler. Il va falloir veiller à disposer de suffisamment d’attractions afin que vos visiteurs ne s’ennuient pas. Ils ne s’attarderont pas dans votre parc dans le cas contraire. Faites attention aux différents prix que vous imposerez. Trop cher et vous aurez peu de visites, à l’inverse, vous aurez beaucoup de visiteurs mais les bénéfices ne seront pas garantis, à vous de trouver le juste milieu. Il faudra aussi prendre le soin d’implanter quelques boutiques et buvettes afin de répondre au maximum aux exigences de votre public. Dernier élément à prendre en compte, les environnements : plus votre parc sera beau visuellement, plus sa note grimpera ce qui attirera davantage de visiteurs.

Enfin, pour répondre à tout cela et vous diversifier, vous devrez entamer quelques recherches pour débloquer de nouveaux bâtiments, services, attractions et boutiques. Cela vous donnera plus de cachet, augmentera la note globale du parc sans tomber dans la routine ou la répétitivité des jeux de gestion (même si, on est d’accord, vous aurez le sentiment de recommencer toujours le même parc au fur et à mesure). Dernier élément à prendre en compte pour faire en sorte que votre parc ait plus de visibilité, c’est d’entamer quelques campagnes de marketing. Vous pourrez ainsi cibler le type de public souhaité : les familles, les adultes ou les plus jeunes.

Alors oui, c’est plutôt complet mais si vous êtes un adepte du genre, vous n’allez pas crouler sous les tâches, surtout que Planet Coaster vous prendra par la main dès le début. Je n’ai jamais eu ce sentiment d’être complètement débordée par les événements et le tableau des demandes du public vous permettra rapidement de faire le tour de ce qu’il faudra améliorer dans votre parc. Une fois les différents éléments mentionnés plus haut posés, le parc finira par tourner tout seul sans le moindre problème.

Une liberté de personnalisation folle

S’il y a bien un point qui doit être mis en avant, c’est sa possibilité de personnalisation quasi infinie. Le joueur est encouragé en permanence à créer un parc tout en laissant libre court à son imagination. Personnellement, je vous avoue être un poil frustrée sur ce point. N’ayant pas la fibre artistique, il m’est difficile de créer quelque chose qui me convient. Mais attention, je ne jette pas la pierre sur le jeu, car il est indéniable que vous pourrez faire littéralement ce que vous voulez.

Ainsi, si les montagnes russes proposées par le titre ne vous conviennent pas, il vous sera alors possible de les développer vous-mêmes. À vous l’attraction ultime avec le nombre de virages que vous souhaitez, vous pourrez même choisir quel type de rail utiliser, le type de déclencheurs d’événements en cours de trajet, bref quand je vous disais que les possibilités de personnalisation étaient infinies, je ne vous mentais pas. Mais ça ne s’arrête pas là, si les boutiques ne sont pas à votre goût, libre à vous d’en créer de nouveaux modèles. Et bien évidemment, vous pourrez sauvegarder vos chefs d’œuvre pour les réutiliser dans un autre parc.

Vous pourrez ainsi créer différents thèmes, allant du western aux contes de fées, vous aurez la main pour développer le parc de vos rêves. Et pour les personnes qui n’ont pas particulièrement envie de s’attarder sur ce point, vous pouvez passer par le Frontier Workshop, un espace communautaire où les joueurs peuvent partager leurs créations. Ça peut aller des attractions, des boutiques ou même carrément des parcs entiers et croyez-moi, je suis presque jalouse quand je vois les créations de certains !

Particulièrement plaisant pour les yeux

Pour profiter de nos œuvres fraichement créées, quoi de mieux qu’un aspect graphique beau et détaillé ? En effet, on pourra noter le soin apporté à chaque élément d’un bâtiment ou même des différentes végétations que l’on posera pour décorer notre parc. Le jeu ne subit pas particulièrement de ralentissements, même avec un parc fourni (pour ma part en tout cas, j’ai pu tester un parc à 2000 visiteurs sur Series X sans constater de problème). Là où la technique pêche par contre, c’est lorsque vous accomplissez un objectif en carrière et donc que vous débloquerez une médaille. En effet, il m’est arrivé presque une fois sur deux, d’avoir un plantage dès qu’il est réussit. Problématique dans le cas où notre progression n’a pas été sauvegardée et qu’on se retrouve donc à recommencer nos tâches. Même constat lorsque j’ai développé des recherches ou lancé des campagnes marketing, dès qu’elles étaient terminées, le problème fut le même. Espérons que ce soit corrigé dans un prochain patch, car ça peut littéralement gâcher l’expérience.

De mon point de vue, les jeux de gestion sont plus agréables à prendre en main sur PC et pourtant, Planet Coaster n’a pas à rougir de sa prise en main à la manette. Tout est bien adapté, la navigation entre les différents menus se fait sans accroc et poser des bâtiments et autres éléments de personnalisation n’est pas particulièrement difficile. Je retiendrais peut-être la création des allées qui n’est pas toujours au point mais après un peu plus de pratique, on finit par s’y faire. Et puis si vous avez raté la mise en place d’un élément, vous pouvez très facilement annuler une action en une touche.

Conclusion

Planet Coaster s’impose réellement comme une référence du jeu de gestion. En effet, le soft s’adresse à tous les types de joueurs que ce soit débutant comme confirmé. La prise en main à la manette est facile et les interfaces ergonomiques, de quoi passer un excellent moment. Mention très spéciale pour les différentes possibilités de personnalisation qui mettront votre potentiel créatif à rude épreuve ! Si on met de côté les quelques problèmes techniques, je vous conseille vivement de vous lancer dans l’aventure, il en vaut vraiment la chandelle !

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TVFull HD  Jeu fourni par l’éditeurnon
  ConsoleXbox Series X  Temps passé sur le jeu20 heures
  Niveau de difficultéX  Jeu terminénon

+ Les plus

  • Des possibilités infinies de personnalisation
  • Un mode carrière conséquent
  • Facile à assimiler
  • Joli visuellement
  • S'adresse aux débutants comme aux confirmés

- Les moins

  • Quelques problèmes techniques
  • La prise en main à la manette est parfois peu intuitive
Traquant ardemment le succès, je n'hésite pas une seule seconde à ajouter un jeu à 100% à mon tableau de chasse. Sinon je ne vis que pour le jeu musical, les shooters et autres jeux de gestion.

6

  1. Un bon petit jeu de gestion en somme. Un genre de Theme Park après le non moins très fun Two Point Hospital (dispo Game Pass) tiré largement de Theme Hospital. Entre ça et le très bon Jurassic World Evolution, les jeux récents de gestion ne manque pas, c’est cool !

    • Ah Two Point Hospital <3
      Mais carrément ouais ! Il y a plein de jeux de gestion qui valent le coup ! Les thèmes sont multiples et certains sont dans le Game Pass, plus d'excuses pour ne pas essayer :p

  2. Mais … est ce que par pur hasard vous m’avez pas donné envie d’y jouer juste parce qu’apparemment on peut faire un parc Western ou sci-fi peut-être? x) Merci pour ce super test et franchement ça fait plaisir de voir un test franc! (a propos que le testeur précise qu’il n’a pas d’âme créative et que le problème vient de lui et pas du jeu… J’adore cette franchise du testeur!)

    • Mais c’est super sympa ça ! Merci pour ce commentaire ! 😀
      Et oui, je n’ai pas la fibre artistique et je l’ai bien prouvé en essayant de créer quelque chose de visuellement sympa dans mes parcs xD
      Ps : on peut même créer un parc “pirates”, espérons qu’ils proposent de nouveaux thèmes pour plus tard :p

    • Un theme pirate, mais c’est génial ! XD Et est ce que l’on peut mixer les themes? Genre avoir une partie du parc en western, une autre en pirate, une autre sci-fi,…? ^^

      Et ba de rien, c’est normal, c’est aussi franc que ton test ahah ! Et pas de soucis, pas besoin d’être artiste pour voir ce que le jeu a a proposé. 😀

    • Exactement ! Tu peux avoir une partie pirates, une autre western et une autre Sci-fi, c’est tout à fait possible 😉
      Certains scénarios seront focalisés sur des thèmes particuliers, mais en bac à sable, tu es libre de faire ce que tu veux 🙂

Vos réactions

Mot de passe oublié

Xboxsquad

GRATUIT
VOIR