• Actualité
  • Communauté
  • Game Pass
  • ID@Xbox

    ID@Xbox

    Le programme ID@Xbox est un programme de développement conçu pour aider les développeurs indépendants à créer et à publier leurs jeux sur les plateformes Xbox et Windows 10. Il offre aux développeurs un accès gratuit aux outils de développement, à un soutien technique, à une assistance marketing et à des ressources pour la certification de jeux.

    Boîte à indés – How to fool a liar king, un visual novel en français
    Boîte à indés – United Assault – Battle of the Bulge, autant regarder Band of Brothers
    Boîte à indés – Speedgunner Ultra, un bon petit Super Meat boy-like
    Boîte à Indés – Finding the Soul Orb, une bonne heure de marche pour 1000G
    Boîte à Indés – Dead Station, tout juste passable, pour 1000G rapides
  • Bons plans
  • PowerWash Simulator-crasse

    Test – PowerWash Simulator, ou la vie sans aucune pression 

    Ce qui surprend le plus dans PowerWash Simulator, c’est la qualité et la finition générale de cette simulation de nettoyeur à haute pression. Par contre, les contrats s’enchaînent sans d’autre ambition que d’améliorer son matériel. Sur ce point d’ailleurs, l’équipement de base fera vivre des heures pénibles et longuettes. Mais il faut reconnaître qu’une fois les meilleurs jets obtenus, PowerWash Simulator peut être un bon passe temps si l’on débranche son cerveau pour entrer dans une phase d’introspection méditative. 

    PowerWash Simulator-crasse

    Vivre la pression de l’auto-entreprenariat ? 

    Qui n’a jamais ressenti la satisfaction de passer un nettoyeur haute pression sur une surface immonde pour en en révéler la beauté originelle ? Alors si en plus c’est payé, pourquoi se priver ! Enfin ça reste de l’argent virtuel évidement dans PowerWash Simulator où s’enchaînent les contrats de nettoyage de maisons, jardins, mobiliers urbains ou véhicules. Oh, il y a bien des contrats plus excentriques tels qu’une gentille baraque comme sortie d’un conte des frères Grimm. Las, le mode campagne se limite à enchaîner mécaniquement les missions.  

    Il faut voir également l’état des trucs à nettoyer ! On dirait qu’une armée de ratons laveurs atteints de diarrhée aiguë sévit dans un voisinage pourtant très propret en dehors de la juridiction des contrats. Ah non mais c’est abominable à 360°, en 3D, cinémascope et PANAVISION et tutti quanti. Les saletés ont même une barre de vie ! Et c’est là qu’on voit que le lichen est une vraie saloperie à nettoyer. Surtout que le matériel de départ est nul, vous assurant de bien galérer. Au final, les premiers contrats mettent des heures pour être complétés à 100%. J’en suis ressorti vidé, lessivé, rincé, en ayant l’impression d’avoir bossé des plombes à des taches débilitantes, abrutissantes et mécaniques. Aucune satisfaction, que de l’aliénation. 

    Passés ces premiers moments délicats, le temps de s’équiper un peu mieux à la boutique, je me surprends à y passer des heures dessus. Mais attention, sans le casque vissé sur la tête. Ah non, au bout de cinq minutes, je n’en pouvais plus du son généré par le jet haute pression. Alors un conseil : c’est le moment de profiter de vos podcasts en retard ou de kiffer vos sons préférés.  

    PowerWash-Simulator-replay

    Casque anti-bruit non fourni 

    Le truc dingue aussi est le niveau de finition de PowerWash Simulator. Rarement vu un jeu de ce type aussi bien fini. C’est le plus beau jeu de Karcher de l’histoire ! Bon blague à part, le rendu global est tout à fait correct et fluide, de même que celui des salissures qui est plutôt “propre”, comme dirait le testeur de base. Le tout se déroule à la première personne sans avoir envie de vomir. Pas mal, non ? Il y a même un replay en accéléré à la fin de chaque contrat ! On voit alors notre avatar se démener sur le chantier, c’est assez drôle. 

    Ça l’est moins tout de même car sur certains contrats, il faudra passer une ou deux heures avec parfois de la crasse difficile à trouver, malgré la sorte de vision de l’aigle fournie pour les repérer. Hyper pratique au demeurant au général, plus pénible quand il reste une surface infinitésimale de cradouillou planquée dans un recoin. Évidement au fil des missions, on sent les traquenards arriver et on est plus vigilant sur ce genre de “pièges”. 

    PowerWash Simulator en est un aussi, de piège. C’est un jeu très chronophage pour pas grand-chose puisqu’on qu’on reste simple exécutant de contrats prédéfinis. Pas de dimension de management de personnel comme dans d’autres productions du genre. Ça reste donc un plaisir strictement solitaire. Encore que, il dispose d’un mode coop non testé ici. C’est surtout une invitation involontaire à l’introspection. Une occasion offerte de faire divaguer son esprit, réfléchir sur le sens de la vie, de l’univers et du reste. Par ailleurs et c’est dommage, l’interface PC ne participe pas à la convivialité du titre et rend lourdingue toute navigation dans les menus. Je signale que PowerWash Simulator est intégralement en français.

    PowerWash Simulator-jardin


    Critères d’accessibilité

      Déficience Visuelle   Déficience Auditive
    Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
    Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
    Marquage des ennemis Police personnalisable
    Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
    Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
    Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
    Option Text to speech
    Ralentissement du jeu

     

    Conditions de test

      Détails TV 4K   Jeu fourni par l’éditeur oui
      Console Xbox Series X   Temps passé sur le jeu 6 heures
      Niveau de difficulté N.A.   Jeu terminé non