Test – Rip Them Off, il n’y a que la maille qui m’aille !

Rip Them Off est un jeu de puzzle/stratégie/gestion développé par le studio français Lozange Lab. Vous l’aurez probablement deviné d’après le titre de ce test, il est question ici de moutarde. C’est en effet un hommage au renouveau de la filière, qui a su se réinventer, en partenariat avec l’Association des Producteurs de Graines de Moutarde en Bourgogne. Mais naaaan ! J’rigole ! Il n’y a pas de mystère, l’enjeu ici c’est le blé, la thune, la caillasse, le flouze, bref l’oseille. Si vous souhaitez interrompre votre lecture et que vous portez un intérêt particulier à la production de moutarde, vous pourrez trouver les contacts utiles à cette adresse. Dans le cas contraire, découvrons ensemble pourquoi il faut que vous vous laissiez tenter.

Rip Them Off - Hamelin

Ma petite entreprise connaît pas la crise

Rip Them Off a été créé par des capitalistes sans foi ni loi pour des lemmings, appelés ici Dupes. Je m’explique. Un obscur Conseil tire les ficelles et vous somme de générer toujours plus de cash. Différentes configurations mettant en scène des centres-villes défileront au fur et à mesure des niveaux. Les rues sont ainsi parcourues par des piéton·e·s aux poches percées qui marchent tout droit et ne demandent qu’à craquer leur PEL. Voilà pourquoi je parle de lemmings. Ce sont des personnages qui se baladent en file indienne et sur lesquels vous n’avez aucun contrôle direct. J’en profite aussi pour faire un coucou à tous les petits rongeurs mignons de la toundra qui liront ce test 😉

Le but du jeu est de combler les emplacements commerciaux disponibles avec des boutiques afin d’exaucer le souhait des client·e·s, c’est-à-dire les dépouiller. Mais attention, votre budget est limité, il faut donc construire judicieusement. Et voilà l’aspect stratégique qui entre en scène. Chaque achat effectué par les passant·e·s vient renflouer vos caisses. Les bâtiments possèdent une jauge et une durée d’occupation. C’est parfaitement adapté aux courses par temps de COVID-19, c’est formidable ! Les acheteur·se·s passent ainsi un temps déterminé dans chaque magasin et il faut tenter de faire rentrer le plus de monde possible. Car un·e client·e qui ne peut pas raquer est un·e client·e frustré·e. Ça ne vous rapporte simplement pas autant que ça pourrait parce qu’il ou elle continuera sa route, mais cela ne l’empêchera pas de dépenser dans la boutique suivante.

Vous devrez dépenser et dimensionner les échoppes intelligemment pour absorber la foule tout en respectant le budget. Attention également à la disposition des commerces car, contrairement à leur nom, les Dupes ne le sont pas. Ils et elles n’aiment pas trouver deux fois le même magasin sur leur chemin, et si cela venait à se produire, personne n’entrerait dedans. J’avoue qu’en regardant simplement le trailer, je n’avais pas tout saisi. Je me disais : “Bon ok, c’est joli mais on construit des bâtiments et on attend”. Mais c’est avec délectation que j’ai découvert un titre possédant un gameplay d’une ampleur et d’une profondeur que je ne soupçonnais pas.

Rip Them Off - Tabernae Vagantes

Le fric, c’est chic !

Pour terminer un niveau, il faut atteindre un certain chiffre d’affaires en un nombre de tours limité. Une quantité déterminée de Dupes arpente les rues à chaque tour et celui-ci se termine lorsque tout le monde a atteint la sortie. Dans un genre différent, cet aspect est un peu dans la veine du non moins excellent Bridge Constructor Portal. Une phase préparatoire permet de disposer ses bâtiments ou de les améliorer. Puis vient la phase de lancement où les lemmings sont lâchés. On peut toujours intervenir et ajouter des constructions à ce stade, à mesure que l’on amasse de l’argent. Une fonctionnalité très appréciable permet d’ailleurs, même si on n’a pas les fonds nécessaires, de prévoir le prochain coup qui se réalisera lorsque ceux-ci seront disponibles.

Après un rapide tuto, vous êtes vite abandonné·e·s à votre sort. Il vous faudra alors scruter les comportements et expérimenter pour trouver comment achalander au mieux votre zone commerciale. Il y a donc un petit côté puzzle game pas piqué des hannetons. Finir un niveau débloquera des paliers de difficulté supplémentaires. Attention cependant, dans certains cas vous reprenez ledit niveau où vous l’avez laissé au palier précédent. Le hic c’est qu’une configuration qui passait très bien pour le premier palier pourrait très bien vous envoyer droit dans le mur pour le suivant. Si vous avez mal calculé votre coup, il faudra ainsi remplacer des bâtiments en gâchant au passage de précieuses ressources. C’est là qu’on se rend compte que les phases de préparation et de planification ne sont pas à négliger.

L’esthétique est épurée, élégante et très agréable à l’œil. Il n’y a pas d’information superflue à l’écran et tout est utilisé subtilement pour qu’on puisse, d’un seul coup d’œil, évaluer l’ensemble de la situation. Comme expliqué plus haut, il faut mettre les flâneu·r·se·s sur la paille. Il n’y a toutefois aucune indication de leur pouvoir d’achat. La petite astuce est la suivante : ils et elles commencent leur trajet en étant de couleur noire puis, à mesure de leurs dépenses, le niveau de noir diminue jusqu’à idéalement devenir vert si vous les avez complètement rincé·e·s. Cela n’a l’air de rien mais, mais ce genre de petit détail, ça m’émerveille. C’est à la fois beau et efficace comme un dessin technique.

Rip Them Off - Emerald City

Conclusion

Je vous invite à vous plonger sans retenue dans ce titre ô combien rafraîchissant où on se situe clairement du bon côté du tiroir caisse. Rip Them Off est très simple à prendre en main, mais pas simpliste. Vous devrez faire preuve d’observation, de patience et de jugeote pour venir à bout des 10 niveaux dans lesquels se répartissent 28 paliers. Cela n’a cependant rien d’insurmontable. Son aspect visuel, intrigant au premier abord, s’avère être un bijou au service du gameplay. Avis aux complétionnistes enfin, les succès sont très faciles à obtenir. Je n’ai fait strictement aucun effort et il ne m’en manque que deux, mais simplement parce je n’ai pas fini certains niveaux.

Critères d’accessibilité

Déficience VisuelleDéficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
 Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
 Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

Détails TVFull HDJeu fourni par l’éditeurOui
ConsoleXbox OneTemps passé sur le jeu6 heures
Niveau de difficultéXJeu terminénon

+ Les plus

  • Prise en main simple et rapide
  • Gameplay plus fouillé qu'il n'y paraît
  • Fait appel à la logique et l'observation
  • Visuellement accrocheur
  • Design au service du gameplay
  • Succès gratuits pas chers
  • Accessible en terme de difficulté

- Les moins

  • Manque de moutarde

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription