Test – Sable, pas assez d’ingrédients pour en faire un jeu béton !

Présenté durant l’E3 2018 pendant la conférence Xbox, Sable n’avait pas laissé insensible bon nombre de joueurs avec sa direction artistique singulière. D’ailleurs pour tout vous dire, la première fois que je l’ai vu il m’a directement fait penser au dessin animé “Les mondes engloutis” qui passait durant les années 80 à la télévision. Avec sa plastique à l’aspect crayonné vintage, le titre proposait de nous faire voyager dans un monde post-apocalyptique à l’aide de notre moto futuriste. Alors, que vaut le jeu du petit studio Shedworks ? Je vous raconte tout avec ma pelle et mon seau !

Bryan is in the desert.

Vous êtes Sable, une jeune fille vivant dans le monde désertique de Midden parmi une petite communauté. Et aujourd’hui est un grand jour pour vous ! En effet, l’heure est venue d’effectuer votre rite de passage à l’âge adulte “The Gliding” (Le Glissement). Ce dernier consiste à partir découvrir le monde tout juste accompagné de votre moto volante, et d’une “Gliding Stone” qui vous permettra de léviter dans les airs. Il vous faudra, pendant votre voyage, aller en recherche de différents masques et de choisir celui qui vous définira pour le passage à votre majorité.

C’est ainsi que vous partirez et rencontrerez d’autres peuplades parmi les sept régions que composent l’aire de jeu. Ces derniers vous partageront (systématiquement) leurs problèmes et vous demanderont de les aider. Et se pointe, ni vu ni connu, le premier souci selon moi. Tous les dialogues écrits sont et seront à la sortie du jeu exclusivement en anglais. La localisation française est bien prévue. Mais pour le moment la seule information que j’ai est qu’elle devrait arriver avant la fin de l’année. Dommage pour un titre dont les échanges avec les protagonistes sont parfois nombreux avec, de temps en temps, des choix à faire dans vos réponses.

Ainsi, les non anglophones devront patienter ou avoir google trad ouvert à côté d’eux si ils veulent s’intéresser à l’histoire un minimum… ou même pouvoir analyser le caractère ou les réactions de chaque personnage. En effet, vous n’aurez aucun moyen de pouvoir observer leur visage, caché par un masque. L’importance de la compréhension des écrits est ainsi amplifiée et on peut très vite passer à côté de l’essentiel. La platitude de la mise en scène n’aidera pas non plus à s’impliquer et mettra surtout en relief des situations très vite ennuyeuses.

Breath of the sleeping

Sable nous pousse à explorer et à rencontrer mais il le fait selon des schémas beaucoup trop redondants. Si le titre vous laisse une complète et agréable liberté d’exploration, chaque zone sera structurée pratiquement de la même manière avec des types de points d’intérêts similaires (camp, cartographe, Sarin…). Une certaine routine s’installe pour devenir très vite lassante.

Vous découvrirez des environnements qui se traversent majoritairement avec votre pod des sables dans le plan horizontal. Il n’y aura pas grand chose à faire à part admirer les paysages assez dépouillés et chercher les différents endroits remarquables qui vous demanderont d’élever votre regard. Car oui, le titre proposera énormément de verticalité durant vos reconnaissances pédestres. Il faudra ainsi gravir, sauter, flotter sur un grand nombre d’édifices pour aller attraper un objet, rejoindre un personnage non-joueur ou résoudre les différents casse-têtes du titre. D’ailleurs, ces derniers qui feront office de petits “donjons”, à défaut d’être difficiles, seront toujours agréables à parcourir. En outre, ils amèneront vers un pan scénaristique facultatif mais plutôt instructif.

Dans les faits, vous pourrez vous agripper sur presque n’importe quelle surface (sauf les matières métalliques), mais une barre d’endurance freinera vos ardeurs d’alpiniste en herbe. Et pour rajouter un poil d’agacement à l’ensemble, on ne parlera pas de l’inertie désagréable des sauts couplée à une approximation fréquente. J’ai parfois échoué sur certains bonds ou durant une ascension. Mais pas de panique ! Car heureusement, vous ne pourrez pas mourir dans Sable. Votre pierre vous sauvera de chutes vertigineuses et vous n’aurez, de plus, aucun combat à effectuer pendant tout votre périple. Seul votre adresse, votre matière grise et votre patience seront mises à contribution. Enfin ça, c’est si vous n’avez pas des haut-le-cœur avant…

Un grain de sable dans l’engrenage technique

Oui parce qu’on va parler un peu plus sérieusement de l’aspect technique de Sable qui est resté enfouie sous les dunes. Et la chose qui vous fera le plus mal aux yeux sera assurément le clipping quasi-constant du jeu. Dès que la végétation devient plus fournie, c’est la foire aux clignotements ou au grossissement inesthétique des éléments du décor. On pourrait aussi soulever les hoquets de l’animation ou les bugs de textures qui écorchent un peu plus cette direction artistique si particulière mais si charismatique. Ma déception a été d’autant plus grande face à cette déconfiture sablonneuse.

J’aurais pu penser que les chevauchées avec notre engin des sables seraient un moment de contemplation et de plaisir bienvenues mais, là non plus le contrat n’est pas rempli. Il faudra s’acclimater des soubresauts un peu fous de l’appareil lorsque celui-ci rencontrera des endroits un peu vallonnés. On pourra toujours l’améliorer et le customiser pour le rendre plus performant mais cela ne changera en rien le ressenti manette en main. Et je vais éviter de parler des terrains encombrés d’arbres et de rochers…

CONCLUSION

Il est un peu compliqué de ne pas louer l’audace des développeurs de part un univers et une direction artistique qui ne laissera personne indifférent. Malheureusement, l’exécution finale pêche à bien des égards et s’enfonce dans des sables mouvants d’ennuis et d’approximations. Je sais maintenant pourquoi Sable me faisait penser aux Mondes Engloutis. Ce n’est pas seulement vis à vis de sa plastique mais passé son générique, je voulais surtout que cela se termine rapidement pour pouvoir regarder enfin “Les Mystérieuses Cités d’Or”.

Critères d’accessibilité

Déficience VisuelleDéficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée)Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonismeSons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

Détails TV4KJeu fourni par l’éditeuroui
ConsoleXbox Series XTemps passé sur le jeu14 heures
Niveau de difficultéXJeu terminéoui

+ Les plus

  • Une direction artistique fascinante par moment...
  • Une ambiance musicale envoûtante.
  • Une exploration libre et sans barrière.
  • Des mini-donjons plaisants à découvrir.

- Les moins

  • ...Mais qui peut aussi faire peur sur certains éclairages.
  • Une platitude fréquente et ennuyeuse.
  • Trop d'impairs techniques.
  • Des bugs encore trop présents.
  • Beaucoup trop vide.
  • Peu d'implication dans les enjeux.
  • Trop d'approximations dans le gameplay.
  • Pas de localisation en français

2

  1. Je suis extrêmement déçu de la localisation, pas de VF, c’est franchement inacceptable pour moi.
    J’attendais énormément de ce titre mais au vue du test, j’avoue avoir quelques doutes…j’y jouerais sûrement mais pas tout de suite.

  2. Déçu également
    Trop de points négatifs pour que je le lance.
    Dommage
    Next

Vos réactions

Mot de passe oublié

Inscription