Test – SnowRunner, « Convois de l’extrême » Simulator

Voir sur le Microsoft Store

Après un premier épisode sobrement appelé Spintires paru le 12 juin 2014, développé par Oovee Game Studios, et le second par Saber Interactive baptisé MudRunner, sorti le 31 octobre 2017, le studio américain est de retour avec SnowRunner. Ce troisième épisode de la célèbre franchise au gameplay si particulier vous met encore et toujours aux commandes de gigantesques camions ou de 4X4 avec pour but de vous frayer un chemin à travers les étendues sauvages et hostiles. Tandis que le premier se concentrait uniquement sur des environnements sauvages et boueux et se montrait particulièrement exigeant, le deuxième osa un peu plus de diversité en introduisant des conditions enneigées qui éprouvait votre détermination et votre patience autant à rude épreuve que la boue, tout en jouant la carte d’une plus grande accessibilité pour les néophytes. Que vaut alors SnowRunner ? Arrive-t-il à garder son identité tout en améliorant sa formule ? Vous le saurez en lisant la suite de ce test réalisé dans des conditions difficiles (bah ouais quoi, j’étais congelé ou couvert de boue… qu’est-ce qu’il ne faut pas réaliser pour XboxSquad, je vous le demande !?)

SnowRunner-Gravir-Montagne

Un (ou plutôt trois) vaste monde à explorer

Annoncée comme trois fois plus grande que celle de MudRunner, la zone de jeu de SnowRunner s’étale sur près de 30 kilomètres carrés répartis dans trois régions différentes. Le premier environnement, situé dans le Michigan, sert d’introduction au titre et fonctionne comme une sorte de rappel du précédent opus, puisqu’on se retrouve à nouveau dans un milieu tempéré au sol particulièrement boueux. Il nous permet d’apprendre (ou nous remettre en mémoire) le gameplay si particulier de la série, grâce notamment à un tutoriel particulièrement complet, chose qui manquait cruellement dans MudRunner. Vous y apprenez que la base sera de chercher les postes de guet pour révéler la carte (missions, lieux de production, véhicules), réussir des missions pour obtenir de l’argent et de l’expérience et enfin trouver des garages pour améliorer vos véhicules ou en acheter de nouveaux. Le second, en Alaska, se caractérise par un environnement très enneigé, tandis que le troisième, localisé en Russie, se rapproche de celui du Michigan avec toutefois des forêts plus denses. On peut déjà reprocher au titre l’absence relative de milieux enneigés (seulement une carte sur trois), ce qui est quand même plutôt handicapant pour un titre baptisé SnowRunner

Au programme, vous devrez chercher et remplir différentes missions et contrats répartis un peu partout sur la zone comme le simple transport de marchandises, l’aide à la réparation d’infrastructures comme des ponts ou des pipelines, ou encore le déblaiement de certains secteurs. Pour en débusquer de nouvelles, ainsi que d’autres installations et véhicules, le plus simple est de partir à l’exploration des vastes contrées du jeu. D’ailleurs, je vous recommande de partir le plus tôt possible explorer les moindres recoins de la carte avec un de vos 4X4, afin de repérer les diverses améliorations et véhicules cachés disséminés un peu partout. Ceux-ci étant plus légers et maniables, vous aurez moins de risques de vous coincer.

Graphiquement, le jeu est vraiment réussi. Les décors sont particulièrement soignés et j’ai pris beaucoup de plaisir à explorer les moindres recoins de ces contrées sauvages. Les véhicules ne sont pas en reste car ils sont toujours très bien modélisés extérieurement, mais cette fois-ci aussi à l’intérieur. En effet, dans MudRunner, en vue intérieure on avait droit à un cockpit à la Gran Turismo, c’est-à-dire avec un tableau de bord classique à compteurs au milieu d’un intérieur complètement noir, alors que dans SnowRunner, Saber Interactive a travaillé en collaboration avec les différents constructeurs, afin d’obtenir un rendu le plus fidèle possible des véhicules sous tous les angles. On notera aussi l’apparition d’un cycle jour/nuit ainsi que d’une météo dynamique, dans les deux cas avec un intérêt discutable. En effet, pour le premier, tandis que le jour tout se passe bien, la nuit on ne peut quasiment rien faire, la faute à des phares vraiment trop peu puissants sur les véhicules pour y voir quelque chose. Quant à l’évolution de la météo, malheureusement celle-ci n’a pas l’air d’avoir le moindre impact sur la conduite des véhicules et/ou sur la texture du sol.

SnowRunner-Gameplay-Michigan-Remorquage

Man Vs Wild

Tout comme MudRunner avant lui, SnowRunner est avant tout un immense bac-à-sable fait pour apprécier le gameplay, pas forcément évident pour les néophytes de la licence. Votre but est toujours d’honorer différentes missions et contrats à travers la map pour gagner de l’argent et de l’expérience. Cette dernière vous servira à débloquer de nouveaux véhicules et améliorations. La physique du jeu est une merveille, car les interactions entre l’environnement et les véhicules sont très réalistes et on cherche vraiment à apprendre à anticiper les pièges. Ainsi, vous passerez beaucoup de temps à observer votre environnement pour les déceler. Il est toujours nécessaire de progresser avec prudence car les difficultés peuvent surgir à n’importe quel moment. Il vous faudra donc faire preuve de patience et d’une certaine forme de stratégie pour pouvoir vous en sortir. En outre, heureusement, votre fidèle treuil est toujours là pour vous sortir des situations les plus ardues, pour peu que vous trouviez un point d’ancrage. Toutefois, Saber Interactive a introduit une toute nouvelle fonction qui peut vous sauver la vie dans des conditions difficiles : la fonction « Récupération ». Celle-ci vous permet tout simplement de vous téléporter à votre garage. Attention néanmoins car si vous avez une remorque attachée, vous serez obligés de vous en séparer et de l’abandonner sur place.

Soyez également attentifs à l’état de votre véhicule et à son niveau de carburant, sous peine de retrouver celui-ci immobilisé. Dans les deux cas, un rapide tour par votre garage via la fonction « Récupération » suffira à remettre votre véhicule en état et en faire le plein. Toutefois, le revers de la médaille c’est que vous y serez téléporté et pourrez donc vous retrouvez à l’opposé de là où vous étiez. Concernant le carburant d’ailleurs, vous trouverez à divers endroits de la carte plusieurs stations-service. Autrement, il vous est tout à fait possible de rajouter à votre véhicule de l’équipement pour le réparer ou faire remonter son niveau d’essence, de lui attacher une remorque, ou même de faire venir un véhicule de soutien dans ce but. Les possibilités sont nombreuses et le choix vous appartient. Honnêtement, au cours de mes nombreuses heures de jeu, je n’ai jamais trouvé SnowRunner punitif sur la gestion de l’état du véhicule et du niveau de carburant, si toutefois on y fait attention.

Enfin, une autre nouveauté qui tranche avec son prédécesseur et lui donne davantage d’accessibilité, c’est que contrairement à MudRunner où vous étiez obligés de charger manuellement votre cargaison, souvent à l’aide d’une grue, ce qui était loin d’être évident, dans SnowRunner la démarche a été simplifiée puisqu’il vous est possible de charger automatiquement votre camion, pour autant que vous ayez la bonne remorque évidemment.

SnowRunner-Gameplay-Customisation

Une customisation complète pour vous aider à triompher de Mère Nature

Dans SnowRunner, c’est un garage plutôt fourni de près de 40 véhicules qui vous attend. Ce nombre s’étoffera par la suite grâce aux différents DLC d’ores et déjà prévus. De nouvelles missions et maps devraient également venir renforcer l’offre fournie par le jeu. Peu ergonomique dans MudRunner, la personnalisation est cette fois une des clés pour s’en sortir. Dans votre garage, en plus de pouvoir acheter de nouveaux véhicules, vous pourrez au fur et à mesure de votre progression débloquer de nouveaux équipements vous permettant de mieux vous en sortir dans les conditions extrêmes. Un véhicule est en panne de carburant ? Pas de problème ! Équipez votre camion d’une citerne ou attachez une remorque à une de vos voitures (la même est aussi possible pour le camion). Un véhicule à sortir d’une situation périlleuse ? Armez le vôtre d’une grue et allez lui porter secours. En plus des équipements que vous pouvez installer sur votre véhicule, vous disposez de tout un panel d’accessoires pour personnaliser l’apparence de celui-ci (nouvelle peinture, nouveaux pare-chocs, système d’éclairage, système pour éviter de noyer le moteur,…).

SnowRunner-Gameplay-Michigan-Transport-Cargaison-2

Conclusion

Avec SnowRunner, Saber Interactive a su conserver et même perfectionner le gameplay si particulier de sa série, contribuant même à introduire quelques petites nouveautés vous permettant de vous sortir de toutes les situations. Évidemment, savoir faire preuve de patience et de prudence dans vos différents trajets est la meilleure stratégie à adopter. Graphiquement soigné, j’ai pris beaucoup de plaisir à vadrouiller ici et là à travers les vastes étendues sauvages proposées par le studio américain. Toutefois, espérons que davantage de contrées enneigées seront disponibles par la suite, car c’est très ironique pour un titre de s’appeler SnowRunner et de n’avoir qu’une seule zone sur trois disposant de ce type de conditions climatiques… En résumé, SnowRunner est un bon jeu, au gameplay rafraîchissant et vraiment efficace, qui offre un bon mix entre désir d’exploration et lutte contre la Nature pour réussir à mener à bien vos missions.

Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
✘ Contraste élevé (réticule de visée)✘ Sous-titres avec indications d’ambiance
✘ Taille couleur de police✘ Identification de la personne qui parle
✘ Marquage des ennemis✘ Police personnalisable
✘ Interface personnalisable✘ Couleur de police personnalisable
✘ Couleur minicarte personnalisable✘ Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
✘ Option daltonisme✘ Sons ambiants signalés (informe sur présence)
✘ Option Text to speech
✘ Ralentissement du jeu

 

Conditions de test

  Détails TV4K  Jeu fourni par l’éditeurOui
  ConsoleXbox One X  Temps passé sur le jeu15 heures
  Niveau de difficultéFacile  Jeu terminéNon

+ Les plus

  • Gameplay toujours aussi exigeant
  • Une physique vraiment réaliste
  • Plus accessible que son prédécesseur
  • Des environnements soignés
  • Un vrai tutoriel
  • Gestion des dégâts du véhicule et de son niveau de carburant
  • 40 véhicules disponibles très bien modélisés
  • La customisation des véhicules
  • La coopération en ligne plutôt efficace

- Les moins

  • Un seul environnement neigeux sur trois…
  • Cycle jour/nuit et météo dynamique qui n’apportent rien
Tel un chasseur traquant sa proie, je suis toujours à la recherche de nouveautés de l'actualité JV pour les partager, quelle que soit la plateforme.

6

  1. Beaucoup de qualités et peu de défauts cet opus.

  2. Après ce n’est que mon humble avis, mais je serai ravi d’en discuter

    • Ben tu le fais clairement remarquer dans ton test, y’a un élément qui est vraiment discutable je trouve, c’est l’absence de la neige. Le bousin s’appelle Snowrunner et ya qu’une map sous la neige ? Ça pourrait être drôle si ce n’était pas le titre du jeu. Enfin. De bonnes améliorations (comme une vue intérieure digne de ce nom visiblement et un principe déjà efficace dans l’épisode précédent. Du tout bon pour les fans !

  3. Ah oui clairement Niko1664, il a des défauts c’est sûr, mais ce défaut de grosse absence de zones enneigées avec ce titre, c’est un problème sacrément bête…

    • Plus que bête même. C’est presque tout le titre perd son identité. Il devient une redite du précédent (bon, mieux…ok mais bon.) surtout que s’ils jouaient avec les congères, la glace (lac ou rivière gelée..), y’aurai de quoi faire et légitimer le titre, mais pas forcément de ce que j’en vois. Je suis pas client non plus dès le départ mais bon.. J’admets pour avoir bien testé le premier récemment que c’est amusant quand même 🙂

  4. Oui voilà, c’est un gameplay inédit et rafraichissant, ça change 😉

Vos réactions

Mot de passe oublié