Test – Toe Jam & Earl : Back in the Groove

Toe Jam et Earl, ça c’est vraiment ce qu’on appelle un jeu culte. Paru pour la première fois en 1991, sur la Megadrive de Sega, ce jeu avait marqué beaucoup de joueurs à l’époque grâce à son principe original, et son ambiance déjantée. Deux ans plus tard, sa suite, Panic on Funkotron fait son apparition, avec un succès moindre, les joueurs n’acceptant que peu son orientation plateforme. Le troisième volet, Mission to Earth finira par enfoncer le clou en 2011, sur la première Xbox, avec un épisode oubliable à plus d’un titre.

Alors que s’est il passé, entre le premier épisode, envisagé un temps comme étant l’éventuelle future mascotte de Sega, et sa déchéance ? Et bien un éloignement du concept de base, tout simplement. Malgré les personnages, similaires, des couleurs flashy, et une musique groovy, le premier Toe Jam et Earl avait un gameplay original, très proche d’un rogue like dans ses mécaniques, et très novateur pour l’époque.

Kick Jam and Crash

Avec la recrudescence des roguelike sortis récemment , comme Dead Cells, ou encore Below, Humanature Studios, un studio indépendant californien, a eu la très bonne idée de se faire financer le 4ème volet de cette série de légende par Kickstarter et de jouer sur la corde qui avait fait vibrer les fans de l’opus original. Un financement participatif réussi, quelques années de développement et voici donc que débarque aujourd’hui, Toe Jam & Earl Back in the Groove !

L’intro du jeu nous plante le décor : Toe Jam et Earl, gaffeurs chroniques, accompagnés de deux copines, veulent frimer en se rapprochant de notre bonne vieille planète bleue. Une mauvaise manip les fera s’écraser en beauté pour le plus grand plaisir de nos manettes. Maintenant c’est a vous, joueur, de retrouver les dix parties du vaisseau nécessaires pour repartir vers Funkotron, la planète la plus funky de l’espace !

Ascenseur pour l’espace

Quatre personnages peuvent ainsi participer ce coup-ci à l’aventure :Toe Jam, rappeur de son état, rapide et téméraire, Earl, son pote plus pataud, mais tout aussi groovy, Latisha, et Lewanda, victimes malgré elles de cet atterrissage forcé.

Ensuite, chaque niveau se présente en 3D isométrique. Dans ces niveaux, le but sera alors de trouver les pièces pour reconstituer votre vaisseau, en parcourant une map qui se dévoilera au fur et à mesure de nos pérégrinations. Rien ne garantie que le niveau dans lequel vous êtes abrite la pièce recherchée, mais un ascenseur s’y trouvera pour sûr, ce qui vous permettra d’atteindre le niveau supérieur. Mais attention, si vous tombez du bord du niveau, vous vous retrouverez à devoir trouver, et reprendre l’ascenseur. Cette construction des niveaux par couches fait tout le sel de Toe Jam et Earl et vous donne la liberté de monter ou descendre à votre guise.

Là, ils ont mis le paquet

Sur chaque niveau, la flore se laissera fouiller pour de beaux billets vert, victuailles diverses, mais aussi de beaux paquets cadeaux qui ne se découvriront que lorsqu’on les ouvre. Une surprise à chaque fois qui révélera, entre bien d’autres petits plaisirs, des chaussures ressorts pour atteindre des zones inaccessibles, des pouvoirs d’invisibilité, des tomates à envoyer sur les adversaires ou encore des boules de bowling qui vous assommeront si vous n’êtes pas aux aguets !

Car oui, retrouver les morceaux de vaisseaux pour retourner à la maison ne sera pas une partie de plaisir ! Un tas de personnages louches se sont passé le mot pour vous ralentir dans votre mission. En gros, tout ce que la planète propose de pire. Des prêtres inquisiteurs qui vous envoient fissa au niveau précédent (ou en enfer si vous voulez y voir une métaphore), jusqu’aux fans boutonneux qui vous foncent dedans pour vous demander un autographe, il y en a pour tous les (dé)goûts.

Je vais peut être en surprendre certains, mais le monde est également habité par des personnes qui vous veulent du bien. Des vieux sages qui montent vos stats et qui révèlent ce que contiennent vos cadeaux, aux stands vendeurs de hot dogs, qui vous requinqueront en moins de deux… contre un petit pécule bien sûr, nous sommes sur terre après tout ! D’ailleurs leurs emplacements et activités peuvent également varier selon que vous les voyez pour la première ou la énième fois, ce qui sera moins rébarbatif, lors des allers retours entre les niveaux.

Cerise sur le gâteau, les missions bonus du premier épisode font leur retour, accessibles par une porte, parfois cachée. Elles consistent à courir pour ramasser des bonus, tout en évitant les pièges semés sur votre route. Un mini jeu de danse est également dispo, qui consiste à taper les boutons au rythme des flows. Sympa !

Funky ! 

Une des raisons principales du succès de Toe Jam & Earl est sans aucun doute son ambiance. Avec des graphismes flashy, biens contrastés et tape à l’œil, on peut dire qu’ils flattent vraiment la rétine, avec un style que certains assimileront sans doute aux Simpsons. La musique aussi n’est pas en reste, avec des thèmes groovy, funky et totalement dans le ton : les habitués de la franchise seront aux anges.

Du point de vue des options, les développeurs n’ont pas fait les choses à moitié, avec deux apparences pour les héros (dont les looks originaux), trois niveaux de difficulté, un mode tutoriel, un monde fixe ou aléatoire (déblocable), il y a de quoi faire. Un choix multilangue avec sous titres et menus en français est également au programme, ce qui assez rare pour un jeu indé pour être souligné.

A noter également que l’aventure peut être parcourue en coopération à deux en écran splitté ainsi qu’en ligne. Une roue de dialogue sera disponible à chaque fois pour féliciter votre compère.

Groovy ! 

Les habitués du premier Toe Jam et Earl ont sûrement reconnus dans ce test une multitude d’éléments qui ont fait le succès de l’original. Et cela n’est pas surprenant vu que les développeurs ne l’ont jamais caché : leur but était de faire une suite/remake conçue pour plaire aux fans de la première heure. Et le résultat est là : un jeu capable de satisfaire tout joueur à la recherche d’un concept atypique et fun, avec une très bonne durée de vie. En se basant sur l’original tout en l’améliorant, le résultat en fait sûrement le meilleur, et plus complet, volet sorti à ce jour. Un bel hommage.


En résumé 

Toe Jam & Earl back in the Groove est un titre qui comblera les fans du premier opus sorti jadis sur Megadrive, qui n’espéraient sans doute plus de vraie suite à leur jeu fétiche. Les nouveaux joueurs, découvriront eux un titre certes atypique, mais à l’ambiance déjantée, super drôle et très original. Groovy baby !


Critères d’accessibilité

  Déficience Visuelle  Déficience Auditive
Contraste élevé (réticule de visée) Sous-titres avec indications d’ambiance
Taille couleur de police Identification de la personne qui parle
Marquage des ennemis Police personnalisable
Interface personnalisable Couleur de police personnalisable
Couleur minicarte personnalisable Options d’alerte alternatives (vibration, flash…)
Option daltonisme Sons ambiants signalés (informe sur présence)
Option Text to speech
Ralentissement du jeu

Caractéristiques du Test

Caractéristiques TV4K HDRJeu fourni par l’éditeurOui
ConsoleXbox One XTemps passé sur le jeu5 heures
Niveau de difficultéNormalJeu terminéOui

+ Les plus

  • Une super ambiance !
  • Encore plus réussi que l'original
  • Une excellente durée de vie

- Les moins

  • Peut devenir répétitif
  • Des décors qui manquent de variété
Bercé aux jeux vidéo depuis l’Amstrad, j’ai vécu ma vie vidéoludique sur cet adage: mieux vaut rouler en fiesta et avoir un paquet de jeux, qu’en Porsche, et d’en avoir aucun!

5

  1. Est-il possible d’ajouter le prix de vente lors de sa sortie dans les infos?

    • Oui c’est pas une mauvaise idée, enfin au moins le prix de vente du store.

  2. ” il y en a pour tous les (dé)goûts.” Excellent

  3. a voir mais le jeu ne m’as jamais attiré , même maintenant, peut etre qu’un jour…

  4. Pas la peine de me le revendre, je l’ai déjà acheté ! ^^

    Et concernant le test, il touche pile poil ce qui fait le sel de ce jeu !

Vos réactions

Mot de passe oublié